J’ai survécu!

En revenant de Chicago, au mois, de mai, nous sommes arrêtés à Toronto pour visiter le zoo de Toronto et surtout ses fameux pandas. Malheureusement, le zoo était fermé pour cause de grève des employés. Lili était vraiment triste, c’était LA sortie des vacances pour elle, celle qu’elle attendait depuis si longtemps.

Comme les pandas quittent le zoo en mars 2018, nous avions promis d’aller faire un tour au zoo à un autre moment dans l’été. Lundi, donc, nous sommes partis le matin, et nous sommes passés par Gatineau pour voir les MosaïCanada 150.

Ensuite, direction Toronto-Markham pour une nuit à l’hôtel.

Saviez-vous que l’Ontario avait une journée fériée lundi? Nous on s’en est rappelé trop tard. 3 heures de trafic, et donc de temps supplémentaire passé en voiture pour arriver à bon port. 10 heures de route plutôt que 7 heures… Nous sommes partis le matin 1h30 trop tard sur notre horaire prévu. Arrivée à l’hôtel vers 23h00. Dodo.

Le lendemain, nous nous sommes rendus au zoo. Les pandas ont été notre premier arrêt de la visite. Il n’y avait personne ou presque.

Nous avons pu prendre notre temps pour bien les observer. Ils jouaient, étaient bien coquins.

Le reste de la journée s’est bien déroulé. À 32 semaines de grossesse, je marchais lentement, mais je suivais. Nous n’avons pas pu faire tout le zoo. Nous avons délaissé la longue marche d’une heure (qui m’aurait pris au moins 1h30 à moi et ma grosse bédaine) dans la section de l’Afrique et la section éloignée du Canada. Mais nous avons pu faire une visite agréable et tous ont été heureux de la sortie.

T-shirts de panda, bouteille de panda, photos de panda… Non pas de toutous de panda, ça elle en a déjà assez…

Nous sommes partis à 17h30 au lieu de 16h00 comme prévu. Un peu de trafic, un arrêt pour souper et quelques arrêts pipis plus tard, nous arrivions à la maison vers 2h00 du matin, complètement exténués mais bien heureux d’avoir réussi à tenir promesse à notre fille. Dodo.

Chambre d’hôtel pour 7

Il n’est pas évident de voyager avec une famille nombreuse, celle qui n’entre dans aucun standard. 5 enfants dans une chambre d’hôtel relève d’une mission dangereuse.  J’ai donc fait mes recherches avant de partir pour trouver sur notre chemin des hôtels avec suites pouvant accueuillir au moins  6 personnes, le petit de 3 ans pouvant dormir entre papa et maman.

Toronto première escale: une suite avec cuisinette, comprenant un divan-lit double qui a aussi une petite extension grandeur bassinette. une chambre avec deux lits doubles. L’équilibre des genres de notre famille facilite cette tâche: les deux filles ensemble et les deux gars ensemble. Les parents sur le divan-lit… très peu confortable, bien sûr, surtout avec une grosse bedaine de grossesse. La cuisinette est pratique pour couper les restos. On prépare le souper tranquillement bien qu’il soit un peu tard. Le lendemain, le petit déjeuner est fourni. Nous sommes encore au Canada, le tarif hors saison très abordable 150$ (tx. incl.)

Nous quittons pour Chicago, mais la route est un peu longue, nous avons donc choisi un hôtel au sud du lac Michigan à 45 minutes de Chicago pour couper le trajet. Merrillville deuxième escale: minuscule chambre considérée comme une suite avec deux lits doubles et un divan-lit. Adultes, nous coucherons dans un lit double avec 3 ans entre nous deux… ouf très tassés 😉 Il y a un mini-frigo et un micro-ondes, une chance que ce n’est qu’en passant. Le petit déjeuner est compris le lendemain matin. En réservant d’avance sans chance d’annulation, j’obtiens un tarif acceptable de 125$ US ou 175$ CND.

Lundi soir, nous sommes arrivés à l’hôtel réservé par la compagnie de mon mari. Mundelein troisième escale: Ils n’ont aucune suite, les chambres ne logent que 4 personnes maximum. Nous avons donc demandé deux chambres collées avec une porte entre les deux. Nous n’avons eu aucune confirmation qu’elles seront effectivement communicantes. Tout le long du trajet, nous essayons différentes combinaisons pour placer la famille dans deux chambres qui ne communiqueraient pas, tout en tenant compte des besoins importants de mes enfants différents. Aucune solution. C’est donc avec appréhension que nous arrivons au bureau d’accueil: les chambres communiquent!!!! La porte magique est visible au centre au fond de la photo.

Deux chambres avec deux lits doubles. Il est possible de placer les 4 plus vieux d’un côté, le petit seul dans son lit juste à côté du nôtre dans la deuxième chambre. J’ai poussé le lit contre le mur et mis des oreillers en L l’empêchant de tomber du lit. Bon il n’est pas supposé être dans ce sens, mais il bouge beaucoup. Une nuit, je l’ai même entendu crier à l’aide, il était au fond du lit, au pied, sous les grosses couvertures…De plus, deux chambres de bain complètes sont alors à notre disposition. Deux douches!!! on n’a même pas ça à la maison! Vraiment ce fut une solution agréable pour nos 5 nuits à cet hôtel. Il n’y a qu’un mini-frigo cependant. Pas de micro-ondes ou de cuisinette. Les repas froids sont le lot de quelques soupers, les lunchs sont tout de même faciles à préparer, et les restos complètent la semaine. Les déjeuners étant fournis que pour une seule personne par chambre (??) nous déjeunons dans la chambre avec notre nourriture. La compagnie payait une des deux chambres, donc ce confort pour seulement 135$ US ou 190$ CAN par nuit.

Toronto dernière escale: Le même hôtel qu’à l’aller, MAIS j’ai fait une demande spéciale que j’ai réussi à obtenir: la suite avec deux chambres à coucher. Nous avions donc un lit Queen dans une chambre, deux lits doubles dans l’autre, DEUX salles de bain complètes encore une fois, un salon (pour notre après-midi cinéma) et une cuisinette pour préparer les repas de ces deux jours. Nous avons essayé de coucher petit homme sur le divan-lit avec son grand frère, mais il n’est pas resté, nous avons donc hérité de sa bougeotte entre nous deux dans le lit Queen. Les petits-déjeuners étaient inclus. Cette organisation est vraiment la plus confortable, c’est aussi ce que nous utilisons lors de nos fins de semaine à Ottawa. Le prix a encore une fois été abordable: 190$ par nuit toute taxes incluses. Pour éviter les restaurants, c’est un prix acceptable.

Je ne suis pas une grande voyageuse. Plusieurs m’ont parlé de réserver des appartements sur différents sites spécialisés. Mais je suis très malhabile dans ces situations. J’ai donc préféré choisir le convenu, le connu, le moins compliqué.

Prochaines vacances, il y aura probablement 6 enfants… à moins que la grande ne puisse pas suivre. De nouvelles recherches devront avoir lieu. Pas facile de voyager en famille nombreuse, mais ça se fait!

 

 

Une famille de superhéros

C’est ce que mes enfants ont décrété: nous sommes une famille de superhéros, capables de s’adapter à toutes situations même celles dignes de nos pires cauchemars.

Notre camion, que nous avions tout de même entretenu de façon importante (lire coûteuse) avant de partir, nous a lâché, probablement à cause des conditions extêmes rencontrées: 2 jours de 7-8 heures de route à fond de train et 3 jours de trafic intense de 2 heures à 31 degrés Celsius. Les hoses de transmission, qui avaient été vérifiées juste avant le départ et qui étaient dans un état stable bien qu’usé, ont commencé à fuir de façon notable.

J’ai dû faire trois garages, dont le dernier un concessionnaire Sprinter-Mercedes (lire très très coûteux), pour parvenir à obtenir une prise en charge adéquate. Ils ont commencé les réparations le jeudi à l’heure du dîner. Nous devions quitter le vendredi matin pour un autre hôtel. Le vendredi, ils se sont rendu compte qu’une des hoses était tellement rouillée qu’elle était soudée par la rouille au radiateur. il fallait donc remplacer le radiateur au complet, car il était impossible de changer la hose. Il n’était pas en stock. Nous avons annulé la réservation de l’autre hôtel et sommes restés sur place une nuit de plus. Ils ont envoyé un courseur en chercher un, ce n’était pas le bon modèle. Ils ont renvoyé le courseur chercher la bonne pièce, nous étions alors vendredi vers l’heure du souper. Nous quittions pour Toronto samedi matin.

Pendant tout ce temps, le service très très couteux nous a quand même fourni gracieusement un véhicule de remplacement: une mini-fourgonnette Mercedes Metris. (Je ne connaissais pas ce modèle, et j’étais très stressée de la série d’événements, j’entendais une «Mattress van» au lieu de «Metris van». J’essayais de faire du sens de cette voiture, mais un camion de matelas était pour moi un non-sens. Riez, riez, le stress dans le tapis, la tête ne va pas bien). Nous avons ainsi pu aller chercher mon mari à la visite de l’usine qui fermait la formation et visiter le musée des sciences et de l’industrie.

Samedi matin, nous paquetons tous les bagages, nous nous rendons au garage pour récupérer le camion qui devait être disponible «mid-morning». Arrivés sur place, après une attente de 30 minutes, trois personnes me disent chacune leur tour que la situation est étrange (odd), mais sans plus. Finalement, une explication: le courseur n’était pas rejoignable depuis le vendredi soir, ils ne savaient pas où il était, ni donc le nouveau radiateur. Le technicien était en «overtime» depuis 8 heures samedi matin, mais aucune trace du radiateur. Il fallait quitter l’hôtel pour midi.

Je demande une prolongation du «check-out» jusqu’à 2h00 pm, un téléphone m’indique qu’ils ont enfin retrouvé le-dit radiateur et qu’en un peu moins de deux heures, il sera posé. Nous pourrons partir pour Toronto en milieu d’après-midi, mais avec 8h30 de route (sans arrêt, ce qui est impossible bien sûr) nous y arriverons en toute fin de soirée. Nous récupérons enfin le camion, nous payons la facture un tantinet moins chère, mais tout de même exorbitante, et nous transférons les bagages dans notre Scoubidoo, les enfants crient de joie de récupérer notre tacot rouillé, et nous quittons pour Toronto.

À l’aller, nous sommes passés aux douanes de Détroit par le «Ambassador bridge», nous sommes revenus au Canada par le «Tunnel to Canada». Nous sommes rentrés au pays facilement et sans perte alimentaire cette fois-ci. Nous sommes arrivés à l’hôtel de Toronto vers 2hoo du matin.

Dimanche au lever (très tard), la température est à la pluie et à l’orage. Nous irons au zoo demain lundi. Une petite partie de quilles, des achats pour les repas (la chambre d’hôtel est avec cuisinette) et pour l’après-midi cinéma (la chambre a une télé et un lecteur DVD), la journée s’écoule tranquillement.

Une dette étouffante et un niveau de stress insupportable plus tard, nous ressentons un vague manque quant à cette visite de Chicago. Nous n’avons pu profiter du dernier billet de notre «City-Pass» pour le Art Institute of Chicago, ni n’avons pu faire les boutiques pour finaliser nos achats de souvenirs. Mais nous sommes enfin au pays, avec un camion encore un peu plus près d’un état satisafaisant.

Gérer une telle situation à 21 semaines de grossesse avec 5 enfants qui réagissent fortement au moindre changement d’horaire relève d’une force herculéenne. Oui nous sommes une famille de supehéros!

Et sur Terre…

The Field Museum. GRANDIOSE de l’extérieur et de l’intérieur. Il faut aimer le style: vieux musée poussièreux qui accumule des spécimens trouvés au cours de nombreux voyages. Il n’est pas poussièreux, mais on pourrait facilement l’imaginer ainsi. Le musée Redpath de Montréal en écran IMAX, ou le musée de la nature d’Ottawa.

Ce hall d’entrée rappelle curieusement un film bien connu: Nuit au musée, surtout avec Sue, cette tyrannosaure Rex qui est véritablement la vedette du musée. D’ailleurs elle est aussi la vedette du film 3D que nous avons visionné.

Il y a une grande collection de fossiles:

D’animaux empaillés, dont le pangolin qui a tellement réjoui Elliot (en voir un en vrai!!!!), une galerie complète de renards, les hyènes de Lion Guard, un bébé kangourou, et tellement plus:

Des squelettes de toutes sortes et de toutes époques:

Des miniatures étonnantes du Livre des Morts:

ou de la préparation de momies:

De la révision de nos apprentissages antérieurs: le shadouf, les vases canopes, les momies, la trace d’un long cou, le tatou et sa défense, les cellules prokaryotes et eukaryotes,…

De l’interactif encore et toujours: de l’Art parmi le réel, une exploration du monde souterrain, ici des mues d’insectes (nous avons été miniaturisés), l’essai d’un lit égyptien (très peu confortable, selon Lili), et la rencontre du troisième type…

Supposé être une jeune femme de l’Égypte ancienne, nous avons tous reconnu … serez-vous frappé comme nous de la ressemblance?

Dans l’après-midi, Lucie-Maud et Mathis-Alexis ont exploré les sections du musée portant sur les civilisations et les pierres précieuses (dont nous n’avons pas de photos), pendant que nous visitions la section animaux du monde (dont nous avons presque 200 photos). Un musée hors du commun se méritant presque un 10/10 selon moi (parce que j’aime le genre, bien sûr).

Dans les fonds marins

Voici le Shedd Aquarium. Un magnifique bâtiment et un très beau musée. Une visite appréciée des enfants et de maman. Avec les citypass, nous avions droit à un film en 4D: les enfants ont choisi Sea Monsters. Certains effets étaient très réussis et ont fait sursauté plus d’une fois. Nous avions aussi droit à un spectacle aquatique. La salle est impressionnante. En attente du spectacle, nous avons une vue incroyable sur le Lac Michigan. Puis cette baie vitrée se voile d’un écran géant permettant la diffusion d’images pendant le spectacle. Ce fut un spectacle bien moyen pour qui a déjà visité Sea World ou Marine Land. Mais les histoires racontées étaient mignonnes.

On y trouve évidemment des espèces animales aquatiques de toutes sortes: de majestueux bélugas, des anguilles tachetées, des hippocampes, des bébés alligators et bien plus encore.

Des activités pour les enfants plus jeunes ponctuent la visite, les gardant intéressés. La découverte d’une carapace de tortue et d’une mue de serpent, l’exploration d’un sous-marin, l’exploitation d’une aire de jeu physique, le toucher d’étoiles de mer ou de requins, l’observation de raies nageant sous nos pieds… Plusieurs idées pour captiver petits et grands du début à la fin.

Nous avons joué à Finding Nemo 

et à Finding Dory. 

Mais je crois que ce qui m’a le plus impressionnée est de pouvoir observer ces bébés requins

dans leurs capsules. Il était possible de les voir bouger, bien vivants et animés.

 

Les enfants ont donné une note moyenne de 8,5/10 parce qu’évidemment, ils n’ont pas tous les mêmes goûts.

Du 103e étage

Finalement, la température étant superbe, nous sommes allés à la Tour Willis (anciennement la Tour Sears) pour visiter le Skydeck. Du 103e étage, nous avons pu observer la ville de Chicago et même se suspendre dans le vide dans le balcon de verre. L’ascenceur monte ces étages en une minute, ce qui a laissé une désagréable sensation dans les oreilles.

Mes enfants ont fait les fous devant le carton et les braves dans le vrai vide.

Nous nous sommes stationnés sur le campus des musées (plusieurs musées rassemblés sur un territoire restreint, quelle bonne idée). Puis nous avons marché le long du Lac Michigan pour nous rendre à la Tour Willis.  

En chemin, nous sommes passés sous «The Bean». C’est intéressant de nous voir dedans, une preuve de notre présence à Chicago, sans plus. Une belle pièce d’architecture, finalement presque ordinaire.

 

Nous avons vu le train aérien (transport en commun) souvent utilisé dans les films.

Plusieurs belles fontaines se trouvent sur le chemin. Rafraîchissant! Surtout que le soleil tapait fort. Après le printemps du Québec, la crème solaire ne faisait pas partie de nos bagages. Résultat un tan homard pour moi.

Question dépaysement total, cette pancarte postée à toutes les entrées d’un parc urbain. Oui, nous sommes tous sur la même planète, mais je crois que nous ne sommes pas tous dans le même monde.

 

C’est lonnnnnnnnngggggggg!

7h30 de route, c’est long. Mais bon nous sommes maintenant à 45 minutes de notre destination, soit la ville de Chicago et ses activités touristiques. Demain nous visiterons en famille une des attractions du voyage, puis nous irons coucher 4 soirs à l’hôtel au nord de Chicago près du centre de recherche où se donne la formation de mon mari.

Nous avons gagné une heure dans notre journée (fuseaux horaires), donnant l’occasion à la gang d’écouter ce soir la moitié de Rogue One que Mathis a reçu pour son anniversaire samedi.

La route était longue, mais ce matin un cinq minutes très touchant m’a fait conduire les larmes aux yeux. Ma fille, Lucie, m’a lu un poème qu’elle a écrit au nom des enfants pour la fête des mères. Avec sa permission je viendrai le mettre ici quand je serai plus disponible.

Nous sommes passés la frontière en 30 minutes environ. Ils ont jeté nos tomates cerises et nos poivrons (emballages neufs non ouverts) car ça ne peut entrer au USA en transport privé, cela doit venir par camion seulement. Je n’avais pas vu cette information sur leur site. Seulement que les fruits et légumes devaient venir des USA ou du Canada et être dans leur emballage original… C’est juste triste de jeter de la nourriture comme ça.

Bébé se porte bien malgré qu’elle soit restée coincée deux jours dans une bedaine compressée. Ce soir, elle s’amuse à bouger, heureuse de pouvoir enfin le faire.

Je suis contente de visiter demain, pouvoir enfin marcher et dépenser de l’énergie. Nous devrions commencer par le Museum of Science and Industry. Et enfin prendre des photos.

Tant qu’à faire de la route, je peux commenter que les routes ne sont pas plus belles ici que chez nous. De plus, il y a un animal mort frappé au moins à chaque mille de la route et des pneus éclatés chaque 3-4 milles. Les affiches publicitaires sont étonnantes et déclenchent des discussions intéressantes. Les enfants qui s’ennuient ont souvent faim.

Les gens à l’hôtel sont toujours surpris de voir le chariot à bagages rempli jusqu’au sommet, tenir calmes 5 enfants dans une chambre d’hôtel relève du miracle, les rigidités sont plus difficiles à gérer en déplacement surtout avec des nuits inconfortables, des enfants qui passent 7h30 en camion c’est difficile à coucher. Je continue???