Sélection Minilecteurs 2018-2019

Voici les livres qui ont été lus et les activités reliées à ces livres pour le groupe des Minilecteurs (4-8 ans). À notre dernière rencontre, je leur ai fourni une feuille d’appréciation où ils devaient numéroter les albums en ordre de préférence de 1 à 9. J’avais aussi rassemblé sur une table tous les albums pour leur permettre de les feuilleter de nouveau afin de prendre leur décision.

 

La première lecture fut Le secret. Un livre intéressant à faire en début d’année autant pour le temps des pommes que pour établir une ambiance de confiance dans le groupe. Un secret partagé est toujours préférable à un coeur tourmenté.

  Deux albums pour la période de l’Halloween. Raconte-moi une histoire qui fait peur est à raconter avec effets sonores. La voix du petit personnage est écrite en mauve, le reste du texte en noir. La fin est une surprise.  Ça n’existe pas est un album plus interactif où il faut chercher les petits fantômes cachés à chaque double page. Ensuite nous avons caché et cherché des fantômes de papier. Une belle activité à faire en bibliothèque pour découvrir comment celle-ci fonctionne (découvrir le fantôme des documentaires, celui des romans jeunesse, celui des BD…).

 

Attends! Je veux te raconter une histoire! est un album avec des phrases répétitives et une fin surprise. Il est intéressant de le lire lentement, de faire participer les enfants à la répétition des phrases et à l’anticipation de la suite. Nous avons préparé des petites marionnettes de carton avec les différents animaux du livre pour pouvoir redire l’histoire après la lecture. Animaux à colorier et découper Ils peuvent aussi les dessiner eux-mêmes bien sûr.

 

Bon anniversaire Boa! permet de développer le sens de l’empathie en montrant aux enfants comment faire attention d’offrir un cadeau qui plaira à celui qui reçoit plutôt que d’offrir ce que nous nous aimerions recevoir. De plus, les cadeaux sont enveloppés, alors on peut jouer à deviner ce qui se trouve à l’intérieur des cadeaux dans le livre. Les enfants avaient apporté chacun un objet enveloppé et devaient le faire deviner aux autres enfants du groupe. Plusieurs situations d’écriture me viennent à l’esprit:

  • Écrire des indices pour faire deviner le cadeau (texte descriptif);
  • Écrire au contraire des questions à poser pour deviner le cadeau (phrase interrogative);
  • Décrire le cadeau idéal à donner à tel ou tel personnage, qu’on peut piger au hasard parmi des cartes personnages ou que l’enfant choisit lui-même;
  • Écrire un poème avec formule répétitive de ce que l’on donnerait à différents animaux (exemple pour illustrer, svp soyez indulgents, mon talent n’est pas celui des enfants)
    • Je donnerais au béluga
    • Des crayons de couleurs
    • Pour décorer sa blanche peau
    • J’offrirais au perroquet ara
    • Une cacahuète à l’heure
    • Pour ne pas qu’il devienne gros
    • J’apporterais au koala
    • un bouquet de fleurs
    • et un vase avec de l’eau.

Le chien, le chat et la souris est un livre d’anticipation. Il me fait penser à la vie entre frères et soeurs dans une famille. Les trois animaux ont fait un pacte, et le chien, incapable de résister, brise ce pacte. C’est un peu violent à la façon des cartoons américains mais très drôle. Les enfants ont adoré cette histoire.

Petit renard raconte la promenade du personnage illustrée en feuilles d’arbres. Très simple avec une seule phrase par page. J’aurais voulu faire un collage de feuilles d’automne comme activité, mais c’était impossible en bibliothèque, trop friables. Le mot qui arrêta la guerre est un beau livre pour lancer une discussion sur la nécessité des conflits armés dans le monde et l’impact qu’une seule personne peut faire. Les enfants ont tenté de trouver quel mot cela pouvait être, ils lançaient des idées et les autres argumentaient en faveur ou non de ces mots. Je crois que les enfants de 4 à 8 ans étaient trop jeunes pour cet album qui a été le moins aimé de tous .

Plus gro que le ventre a été bien apprécié, comme on peut s’attendre d’un livre de Michaël Escoffier. Il se tisse une interaction entre les enfants et le lecteur.  Il y a beaucoup d’humour dans les détails du livre, il est donc amusant d’observer longuement chaque double page et de commenter. Nous avons fait un petit projet de créer notre propre livre, où le monstre mange trois choses et lorsque le tout ressort tout est mêlé. On peut voir, sur la première photo, les pages couvertures des livrets fabriqués par deux enfants (10 et 5 ans) et la page finale du livre de la plus vieille où le monstre a mangé un livre avec des mots et que le tout ressort avec des syllabes mélangées. C’était un projet rapide fait en moins d’une heure. Mais je crois qu’avoir un peu plus de temps, le résultat pourrait être encore plus fignolé. Il serait possible aussi de fournir un canevas.

Notre projet d’auteur annuel

C’est la 3e ou 4e année. Le projet d’auteur est toujours aussi ressourçant pour moi. Les enfants participent magnifiquement. Ils découvrent un auteur, l’explorent, nous font un compte-rendu et continuent de l’explorer après coup.

Cette année, j’ai choisi Michael Morpurgo. Et les équipes ont choisi ces livres:

  • Le royaume de Kensuké
  • Le lion blanc
  • L’histoire de la licorne
  • Cheval de guerre
  • Enfant de la jungle
  • Le meilleur chien du monde
  • Toro, Toro
  • L’étonnante histoire d’Adolphus Tips

À notre première rencontre, j’ai présenté l’auteur, plus brièvement que pour Roald Dahl l’an passé. Alors que l’auteur Roald Dahl est un réel personnage lui-même, chez Michael Morpurgo, c’est l’univers qui est particulier. Dans presque tous ses livres, on sent ou on vit la guerre. Chez Michael Morpurgo, c’est elle, la guerre, le personnage. Elle joue un rôle déterminant dans presque chacun de ses romans, que ce soit pour petits ou grands.

Entrevue avec une licorne L’histoire de la licorne — Michael Morpurgo

J’ai décidé de donner l’allure d’un bulletin de nouvelles à notre présentation. Les équipes ont toutes décidé, sauf une, de faire une présentation vidéo. Ma suggestion était de tourner autour du reportage, de l’entrevue, des témoignages, mais je laissais tout de même la liberté à des présentations habituelles de marionnettes ou de stop-motion.  Nous avons aussi eu droit à une superbe bande-annonce de film, réalisée avec professionnalisme. Je vous lancerai le commentaire récurrent, je sors de ce projet d’auteur chaque fois complètement ébahie. Nos enfants ont des talents incroyables.

En première rencontre, j’ai présenté une entrevue (Patrice Lemieux à Tout le monde en parle), un début de reportage youtube sur la guerre Avoir 20 ans sous l’occupation (j’ai envoyé le lien aux équipes pour qu’elles puissent regarder la totalité si elles le désiraient) et un reportage écrit sur le travail des enfants dans une briquerie en Afghanistan. Nous avons regardé ensemble les éléments de ce type de travail. Voici une liste de ressources web:

Voici la feuille de consignes modifiable (power point) et en format PDF distribuée à la première rencontre.

Et la feuille d’appréciation des présentations modifiable (power point)  et en format PDF lors de la deuxième rencontre.

Vous pouvez ainsi changer les titres en fonction des livres choisis dans votre groupe.

Tout plein de câlins — Robert Munsch

Cet auteur a écrit des romans pour tous les âges, mais les plus connus sont surtout pour la 4e année et plus. Dans notre groupe, nous avions des équipes des 2e et 3e cycles du primaire et des 1er et 2e cycles du secondaire. Pour nos enfants du préscolaire et du premier cycle du primaire et pour les plus vieux qui préféraient une lecture plus légère, une autre maman a travaillé l’auteur Robert Munsch. Nous avons aussi eu droit, avec cet auteur, à des présentations divertissantes, surtout sous la forme de spectacle de marionnettes. Nous avons ri, comme Robert Munsch sait nous faire rire.

Vraiment heureuse de cette activité réussie! Merci chers participants fidèles.

Un club de lecture vraiment original

Les groupes de soutien sont un outil essentiel à notre survie en école maison. La richesse des activités qui y sont offertes permet à nos enfants de développer des intérêts, des passions, des habilités. Les parents sont des mines d’or de connaissance et de créativité.

Une de ces activités est un club de lecture bien original auquel nous participons une fois par mois depuis un an et demi. Une maman de notre groupe nous réunit pour travailler différents aspects du livre, et ses idées souvent sortent de l’ordinaire. Comme cette fois-ci, où les jeunes devaient lire chacun le début, le milieu ou la fin d’un même livre (donc en équipe de trois), pour comprendre combien chaque partie du livre est importante et a ses éléments caractéristiques.

Mon fils devait lire le milieu du roman Les dix petits nègres d’Agatha Christie; ma fille, la fin du tome 1 des Enquêtes d’Alfred et Agatha. Les deux, très bons lecteurs, n’ont pas aimé cet exercice, car ils aiment beaucoup se plonger dans l’univers d’un livre pendant 2-3 heures et le lire ainsi d’une couverture à l’autre. Mais l’exercice était intéressant. Mon fils a découvert l’univers littéraire d’Agatha Christie (il ne connaissait que le film Le crime de l’Orient Express auparavant, qu’il avait fort apprécié). Il a repris la lecture du roman depuis le début tout de suite après la rencontre.

Ma fille, elle, n’a pas aimé cette lecture. Habituée au style Fantasy, le roman d’enquête lui a moins plu.  Elle a décidé de ne pas lire le livre. Il est vrai qu’elle connaissait maintenant la fin.

J’aime que les enfants soient ainsi déstabilisés. Je trouve que cela leur fait faire des découvertes littéraires et personnelles.  Ils le vivent aussi dans le club des adolecteurs, avec les lectures imposées. Ils sont sortis ainsi de leur zone de confort, parfois pour le mieux, parfois pour le pire.

Nous avons exploré de nombreux thèmes, dont les contes de Noël à travers le monde, les écrivains québécois, les bédéistes, les documentaires, les cartes de souhaits, etc. Et le but de faire lire, lire et encore lire est atteint à 110%.

Merci!

P.S. Que font les petits pendant ce temps ?  Ils réussissent souvent à lire calmement pendant une bonne partie de l’activité. Il faut dire que cette activité se déroule à l’étage jeunesse d’une grande bibliothèque. Ils sont tellement beaux.

Story of a Donut Day

Le groupe des plus jeunes en anglais travaillent la série de livres If You Give a Mouse a Cookie, de Laura Numeroff.  Le livre travaillé à la rencontre de janvier est If You Give a Dog a Donut. Simultanément, les plus vieux, dans leur cahier Juggling With Words (de Grand Duc), en étaient au texte sur Tim Horton (le joueur de hockey qui, comme vous le savez sûrement, a fondé la chaîne de restauration de beignes Tim Hortons). Beau prétexte pour s’amuser sur ce thème sucré.

Après la lecture de l’album aux deux groupes les plus jeunes, le groupe des moyens a joué avec des cartes sur les mots-composés. Il fallait réunir 2 mots sur des moitiés de beignes pour créer un mot composé illustré sur une tasse à café. Ils ont aussi dû classer les mots de vocabulaire relatifs au thème du beigne selon s’ils étaient des noms, des verbes ou des adjectifs. (disponible sur TPT ici)

Les petits, pour leur part, ont pratiqué leurs nombres jusqu’à 20 (en anglais bien sûr) avec des beignes découpés d’une feuille de papier et des beignes numérotés jusqu’à 20. Ils pigeaient un beigne numéroté et devaient mettre dans l’assiette le nombre de beignes de papier en comptant un à la fois. Ensuite ils ont joué à un jeu de table, avec des pions en beigne fait d’une perle de bois sciée en deux avec un «glaçage» de colle scintillante et un dé. Lorsqu’ils arrivaient sur une case, pour y rester ils devaient nommer un des éléments de l’histoire sur le carton des flash cards. (disponible sur TPT ici et le plateau de jeu en fouillant sur Google avec le titre du livre)

Ils ont aussi fait un cerf-volant en papier bouchonné, car dans l’histoire le chien fabrique un cerf-volant. Ici ce fut plus le prétexte de faire un brico que de construire un vrai cerf-volant, par manque de temps.

Comme collation, les enfants ont pu manger des graines de beigne.  Après avoir planté 3 graines de beigne dans une cuillère à thé de sucre à glacer et une goutte d’eau, ils pouvaient manger le reste de leur graines de beigne.  La compagnie des graines de beignes nous avait aussi envoyé un gros contenant de graines non fertiles, Les enfants ont donc rempli leur pot de graines à quelques reprises. Les instructions de plantage ont été lues par moi et suivies à la lettre par eux. Pas question de manquer notre coup, la collation de notre prochaine rencontre en dépendait.

 

Comme devoir, petits et moyens devaient décrire un beigne qu’ils aimeraient manger s’ils étaient assis chez Tim Hortons. Les plus jeunes avec trois ou quatre adjectifs et les moyens avec 3-4 phrases. Lors de notre rencontre du début février, les beignes avaient commencé leur processus de développement en matinée et l’ont terminé en après-midi, pour nous permettre de déguster une superbe collation. Il me manque la photo du plateau garni… Les jeunes lisaient leur description à haute voix et prenaient le beigne décrit sur le plateau.

En cette deuxième rencontre, les deux ados du groupe des grands avaient préparé des petits jeux pour amuser les enfants sur le thème des beignes.

Tic Tac Toe Timbits (chaque enfant jouait une partie de Tic Tac Toe avec 4 jetons et 1 timbit)

La tour de verres (avec un beigne de carton, faire tomber le plus de verres possible)

L’ordre de grandeur (réussir à déplacer les beignes, empilés en désordre sur une tige, d’une tige à l’autre pour qu’ils finissent empilés du plus grand au plus petit sur une même tige)

Course à obstacles (slalom entre les cônes et petit saut et sauts sur un pied avec un beigne de carton sur le nez)

Jeu de l’âne (mettre un beigne le plus proche de la bouche du visage possible les yeux bandés)

Attrape-beignes (essayer d’attraper un beigne aux patates suspendu avec la bouche, sans l’aide des mains)

Difficile de ne pas avoir de plaisir dans ce contexte, mais ce fut réellement réussi.

 

 

A Trip Across Canada

À l’anglais, dans le groupe des moyens (8-11 ans), le Canada est le thème de toute l’année. Au lieu d’avoir de petits devoirs et de petites présentations orales à chacune de nos rencontres comme c’est le cas habituellement, les enfants ont 5 travaux à faire durant l’année, dont 4 à présenter au groupe et ils peuvent les préparer à leur rythme en respectant la date d’échéance.

À notre première rencontre, je leur ai donné trois feuilles qui contenaient les 5 travaux à faire et leurs détails.

Leur première présentation consistait donc à parler d’un animal du Canada, pigé au hasard. En fait, une chasse au trésor a eu lieu à notre première rencontre et les enfants devaient trouver des petits pots de pudding vides contenant une figurine d’animal du Canada et couverts de morceaux de casse-tête du drapeau du Canada. Une fois tous les pots trouvés, ils ont reconstitué le casse-tête du drapeau. Puis avant de partir, ils ont pigé au hasard un contenant de pudding et ont pu enlever le couvercle et découvrir leur animal tout en en gardant le secret.  Je m’étais gardé le castor pour donner un exemple d’informations à donner. Sur leur feuille expliquant la présentation à faire, il y avait une liste de critères bien précis à respecter, comme par exemple de donner la taille et le poids de l’animal en établissant des comparaisons.  Lili a pigé le caribou.

Le jour de la présentation, les jeunes ont peinturé une maquette que mon garçon avait fabriquée la veille. Ils y ont aussi planté des arbres. Ensuite, lorsque venait leur tour de présenter, les enfants mettaient leur animal dans le bon habitat et pouvaient ainsi commencer leur présentation. Nous avons eu les présentations du puma, du mouflon et du raton laveur, en plus du caribou de Lili. Plusieurs enfants étaient absents, j’ai hâte de voir les présentations des autres participants.

     

Le temps que la peinture sèche, ils se sont mis à la préparation de la collation. Comme j’aime tout ce qui est thématique, ils ont cuisiné des queues de castor. C’était franchement délicieux.

Prochains projets de notre voyage à travers le Canada à venir bientôt!

Un calendrier de l’Avent en anglais: thème Canada

Cette année, le groupe des moyens, dans mon club d’anglais, traversent le Canada. Tous leurs apprentissages se font autour du thème du Canada. 

Je leur ai donc préparé un calendrier de l’avent à partir du livre The Twelve Days of Christmas in Canada de Ellen Warwick et Kim Smith. C’est l’histoire d’une petite fille Juliette qui va traverser le Canada avec son cousin et sa grand-mère. À chacune de ses escales, elle envoie une lettre à ses parents leur expliquant ce qu’elle voit, ce qu’elle visite. De plus, chacune des escales ajoute un vers à la chanson classique «The Twelve Days of Christmas» qui a un «Loon in a Maple Tree» comme phrase du premier jour.

J’ai décidé de leur donner une lettre par deux jours afin de leur laisser le temps, dans leurs vies très riches d’école maison, de lire les lettres et de s’amuser avec un petit dessin/mandala du cahier à colorier Colour Me Canada À Colorier que j’ai pris chez Scholastic.

Voici la lettre d’introduction au voyage et le premier mandala envoyé. Nous avons travaillé le Maple Tree dernièrement comme sous-thème de notre rencontre, ce mandala est donc tout indiqué.

12 days of xmas_Maple Leaf

12 days of xmas_3-Introduction letter

Première escale de notre Juliette: Charlottetown, PEI.

La sélection de romans du groupe des Mollolecteurs

Pour occuper les plus jeunes frères et soeurs de mes adolecteurs, j’ai décidé d’avoir un groupe de lecteurs d’âge moyen (9-11 ans). J’ai eu beaucoup de plaisir à faire la sélection de livres pour leur groupe. Québécois, traduction, humour, fantastique, émotions, réflexion, graphique, je voulais un peu de tout.

Voici la sélection:

  • À lire pour le 26 septembre: La curieuse histoire d’un chat moribond de Marie-Renée Lavoie (sélection officielle au Prix Jeunesse des libraires 2015)
  • À lire pour le 24 octobre: Hortense Craquepote et moi de K.Lambert (sélection Communication-Jeunesse 2016-2017)
  • À lire pour le 28 novembre: Même pas vrai de Larry Tremblay et Guillaume Perreault (Prix TD pour l’enfance et la jeunesse, Prix jeunesse du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Prix Marcel-Couture, Prix Alvine-Bélisle, Sélection annuelle Communication-Jeunesse 2017/2018)
  • À lire pour le 23 janvier: les 15 premiers chapitres de Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker (lauréat du Prix Jeunesse des libraires 2018, recommandé par Sophielit.ca)
  • À lire pour le 27 février: la 2e partie de Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker
  • À lire pour le 27 mars: les 11 premiers chapitres de ScaraBoy de M.G. Leonard (lecture recommandée par LesLibraires)
  • À lire pour le 17 avril: la 2e partie de ScaraBoy de M.G. Leonard

J’ai des lecteurs de toutes forces, voilà pourquoi les plus gros romans sont divisés en deux. Je me garde la possibilité d’ajouter un titre ou deux, si la lecture s’avère plus rapide que prévue.

Les dates citées ci-haut représentent les jours de nos rencontres à la bibliothèque de Saint-Hyacinthe pour jaser de notre lecture du mois et participer à une ou deux activités ludiques. Ludiques? oui. On lit ces livres pour le plaisir et la discussion, pas pour en faire du travail scolaire. Nous tiendrons un vote sur notre lecture préférée parmi ces livres à notre dernière rencontre. Mon but est d’envoyer une lettre expliquant notre club de lecture et le résultat du vote à la maison d’édition et à l’auteur gagnants de notre vote populaire.

Si vos lecteurs de 9-11 ans veulent se joindre à nous pour le vote, qu’ils lisent les livres et votent avant le 17 avril 2019. Vous pouvez me faire parvenir les votes ici sur le blogue en commentaires de cette publication. Plus il y aura de lecteurs, plus le résultat sera significatif. (Prénom et âge du voteur requis).