Projet d’auteurs 2019 – Christian Poslaniec

Les lecteurs plus chevronnés se sont attaqués cette année aux quatre romans chiffrés de l’auteur Christian Poslaniec : Le 13e chat noir, Le 12e poisson rouge, La 11e souris verte, le 10e lapin blanc.

Pourquoi lecteurs chevronnés? Parce que le langage est tout de même moins accessible qu’un roman québécois. Les histoires sont assez simples à suivre, mais les noms des villes, des régions, des mets, etc. sont typiquement français et ne nous offrent aucun repère. Malgré tout, mes lecteurs y sont arrivés, et certains en ont même redemandé.

Ces 4 romans sont bâtis sur un même canevas: le personnage principal, Christie Spivac, auteur de renom, a à se rendre dans une région autre pour une raison X. Sur place, il y a un mystère qui vient pimenter sa visite. Il aime se mettre le nez partout et trouve des indices différents auxquels les policiers n’ont pas pensé. Finalement, il arrive toujours à résoudre le mystère et dévoile sa déduction dans l’avant-dernier chapitre.  À la limite du policier et de l’aventure, les romans sont un bon divertissement, touchant à des thèmes comme la pêche et les contes classiques par la bande.

La pêche, élément important dans les romans

Le projet s’est déroulé en 2 rencontres.  À la première rencontre, j’ai présenté l’auteur brièvement et j’ai donné quelques explications rapides sur comment étaient bâtis les romans. Le reste de la période s’est déroulé en jeux de société.

À gauche, les 4 romans et différents livres écrits par Christian Poslaniec. À droite, les jeux de société utilisés.

J’ai utilisé les jeux de société pour rappeler le fait de faire enquête de façon différente. Les jeunes devaient trouver dans les jeux de société les éléments des romans. Il y avait aussi quelques énigmes, dont celle de trouver un indice supplémentaire dans les titres des romans présentés.

Énigme: Quel lien entre ces éléments et un des romans?

Ils pouvaient consigner les indices des jeux de société sur les feuilles suivantes: consignation indices jeux1

Ici un début de corrigé pour voir le genre d’indices à noter: consignation indices jeux corrigé

Voici les photos des énigmes des titres qui pouvaient aussi donner des indices supplémentaires:

À quel titre chaque photo faisait-elle référence? À écrire sur la feuille de consignation des indices des titres: consignation titres

  • Bien sûr , le 13e chat noir (K=13 aux cartes) :  Lien = monnaie de cartes =butin volé
  • L’image était pixelisée de noir, mais de plus en plus visible, le titre était en miroir dans l’eau du petit lac :  Lien= lac, vert dominant, le titre écrit en vert en miroir dans le lac, le mystère était vraiment opaque au départ, puis s’éclaircissait avec la lecture qui avançait
  • Les lettres étaient pêle-mêle, ils devaient reconstituer le titre :  Lien = tuyaux de plomberie pour les lettres
  • Il fallait tirer un indice de chaque couverture de contes classiques :  Lien = Le 7,+3 =10,  lapin,  blanc

Entre nos deux rencontres, ils devaient lire un des quatre romans. Il y avait deux équipes de 4 jeunes. Donc dans chaque équipe, les quatre romans étaient lus. Pendant leur lecture, ils devaient remplir le canevas de base sur cette feuille: Recette de rédaction des histoires numérotées de Christian Poslaniec.

Lors de la 2e rencontre, les jeunes devaient mettre en commun leurs indices découverts en lien avec leur livre lu. Puis, en utilisant les éléments des jeux de société qui n’avaient pas été retrouvés dans les romans, ils devaient bâtir un canevas de base semblable pour une histoire du 9e quelque chose.  Je ne voulais pas qu’ils écrivent une histoire complète; écrire un roman, ce n’est pas une mince tâche. Mais je voulais qu’ils inventent une histoire, en équipe toujours, en se fiant à leur canevas inventé.

Les voici en travail de création de leur histoire, qui a donné un résultat bien intéressant et très différent dans les deux équipes.

Exemple d’éléments qu’ils pouvaient utiliser tirés des jeux: VIVA TOPO a des souris et des chats et du fromage comme pions. Trois éléments déjà pris dans les livres. Il y a aussi des souris vertes, rouges, jaunes et bleues.  Les couleurs rouge et vert sont déjà prises. Le chat est orangé. Ils pouvaient donc utiliser le jaune, le bleu ou l’orangé dans leur titre d’histoire inventée.  Et ainsi de suite.

Nous avons eu Le 9e loup roux et La 9e grenouille bleue comme histoires inventées. Des histoires qui se tenaient, et qui utilisaient la même touche d’enquête que les romans de base.

Une activité qui a semblé intéresser les jeunes. Pour ma part, j’ai aimé que la formule diffère des années précédentes.

Les traverses d’animaux

À la fin septembre, nous avons commencé un projet sur les traverses d’animaux. Dans une première rencontre, j’ai commencé en racontant une histoire drôle comme mise en situation:  Why Did the Chicken Cross the Road.

To get to the other side!

Ensuite, j’ai raconté l’album jeunesse Charlie et Grisou (éditions Nord-Sud) où le lapin veut retraverser une grand-route, mais il s’est blessé en la traversant la première fois, donc il ne veut plus se risquer.

Après la lecture, j’ai présenté des traverses d’animaux à travers le monde et une dernière diapositive du document qui montre quels sont les éléments à considérer pour l’établissement d’une traverse efficace.

12 écoducs

notes et photos photos seulement

J’ai aussi présenté plusieurs cas réels pour prendre conscience des enjeux qui sont vécus. Il est intéressant de vouloir sauver les animaux qui veulent traverser une route, mais il faut que les animaux soient attirés vers cette traverse et souhaitent réellement l’emprunter. Il faut les empêcher d’utiliser d’autres endroits non sécuritaires. Et il faut apprendre des erreurs qui marqueront le projet, analyser la situation pour corriger les impairs.  L’étude de cas nous a permis cela.  Ci-dessous, les nombreux liens consulter. Ils sont en format PDF, mais les adresses des liens sont dans les documents. Je les ai sauvegardés en PDF pour mieux les consulter hors ligne.

An Underpass for Turtles in Wisconsin Is Saving Dozens of the Little Guys’ Lives _ Mental Floss

Christmas Island Red Crab _ National Geographic

crapauduc

Ecoponts et écoducs_ passages pour animaux et vitrines écolo _ Automobile

Fiche de synthese mai 2011 Eco Pont A7

How Did the Elephant Cross the Road_ _ Earth Rangers Wild Wire Blog

How effective are wildlife corridors like Singapore’s Eco-Link_

L’écoduc de Groenendael ouvert à la faune dès ce week-end

March of the red crabs – ABC News (Australian Broadcasting Corporation)

Red crabs march across Christmas Island – ABC News (Australian Broadcasting Corporation)

Salamander Tunnels Flunk First Test in Massachusetts – The New York Times

There Are Teeny Tiny Underpasses for Salamanders in Massachusetts _ Boston.com

Toads Hollow_ A Tunnel Underpass for Toads in Davis – California Through My Lens

Je souhaitais que les jeunes aient leur première idée, en discutent et se questionnent sur les éléments qui pourraient causer problème. Préalablement, ils ont dû faire une recherche sur leur animal ou écrire les informations importantes s’ils en inventaient un. Il fallait identifier les besoins, déterminer l’habitat et imaginer la traverse et les éléments attirants.

Ils ont eu 5 semaines pour compléter le tout, les présentations ont eu lieu au début de novembre. Vraiment, le résultat est assez impressionnant. Si je regarde les plus jeunes de 5 à 8 ans, qui ont multiplié les idées pour créer un environnement arboricole à leur panda roux, les objectifs de l’activité sont largement dépassés. Leur présentation était aussi très bien menée.  Les équipes variaient en âge et en nombre de membres, mais les enfants ont tous travaillé de façon autonome pour construire leur traverse. Les parents ont soutenu à la colle chaude ou à trouer des éléments.

Présentation 5-8 ans_Panda roux

Panda roux

Kangourou (et punching bags…)

Différents lémurs de Madagascar

Dracorne

Raton-laveur (et poubelles!)

Cheval

Licorne de Sibérie

Autruche

LÉGO = salamandre (tunnel à droite)

Hérisson

Centaure

Voici un exemple de court travail sur le dracorne.

 

Projet d’auteurs 2019 – Michael Escoffier

Notre projet d’auteurs 2019 a combiné deux auteurs extraordinaires. Je commence ici avec Michael Escoffier. J’aborderai le second auteur dans une prochaine publication.

Michael Escoffier, celui qui joue avec les mots, en invente des nouveaux et modifie les routiniers. Une présentation de l’auteur et de son univers a été faite par l’autre maman qui animait ce groupe. Les enfants se sont mis en équipe et ils ont choisi un livre à présenter.

Ensuite, à la maison, ils devaient préparer une présentation de leur livre à leur façon. Plusieurs possibilités étaient offertes aux participants, comme à l’habitude avec ce projet: pièce de théâtre, marionnettes, vidéo, livre, affiche, etc.

Elliot et son copain ont choisi le livre Au voleur! et ont décidé de filmer leur histoire de personnages en argile à modeler. Une heure de rire, d’effaçage de film, de reprise, et de rerire. Pour deux garçons de 6 ans, j’ai trouvé leur création vraiment formidable.

Je vous mets le lien pour écouter leur vidéo.

Et si vous préférez la version livre, cliquez sur le lien J’ai perdu mes parties

N’oubliez pas de laisser un commentaire d’appréciation pour les deux garçons.

Projet Roald Dahl

Émue encore une fois. Les présentions riches et variées des enfants m’ont totalement séduite.

À la saveur de l’an dernier avec le projet des contes réinventés, nous avons travaillé les histoires de Roald Dahl. Dans une première rencontre, j’ai présenté le personnage qu’est lui-même l’auteur. J’ai utilisé le livre Roald Dahl, Le géant de la littérature jeunesse pour bien des idées. On y trouve une description de tous les livres écrits par l’auteur, quelques articles biographiques, un article sur le langage spécial du Bon Gros Géant (le gobblefunk), un test sur quels personnages de Roald Dahl nous sommes, une ligne du temps et une photo de l’intérieur de son atelier d’écriture (petite cabane au fond de son jardin). Un super achat!

D’ailleurs, après une courte présentation de l’auteur, j’ai utilisé cette photo de son atelier d’écriture pour présenter son côté original. Les enfants ont écouté avec grande attention. Oui M. Dahl sait capter l’attention des petits et grands avec ses livres mais aussi avec sa vie.

Dans sa petite cabane d’écriture au fond de son jardin, il avait une table des curiosités. Une table couverte d’objets étranges ayant chacun une valeur importante pour l’auteur et lui apportant inspiration pour son écriture. J’avais demandé aux enfants d’apporter chacun un objet qui pourrait figurer sur leur table des curiosités, qui est donc important pour eux et qui les inspirerait pour écrire. Nous avons déposé, de façon anonyme, tous les objets sur notre table des curiosités. Ensuite les enfants devaient observer les objets et deviner quel objet appartenait à quel ami. J’ai nommé ce jeu: Connais-tu bien tes amis? On a eu beaucoup de plaisir. Avoir eu plus de temps, j’aurais demandé à chaque enfant d’expliquer le pourquoi de son choix d’objet, mais malheureusement trois heures, c’est vite passé.

 

Ensuite, j’ai choisi le moins pire des contes réinventés du recueil Un conte peut en cacher un autre et je l’ai raconté en arrêtant avant la fin.  Je leur ai demandé d’anticiper cette fin.  (Pourquoi le moins pire? Parce que ce livre ne plairait pas à toutes les familles, il est disons assez violent dans ses adaptations. Mon fils de 13 ans s’en est délecté.) Je leur ai ensuite lu la fin de l’auteur qui était vraiment inattendue.

Après la pause, j’ai séparé le groupe en quatre. Il y avait un atelier sur chaque table en rotation.

Le premier atelier était la tête de Compère Gredin (personnage tiré du roman de Roald Dahl Les deux gredins) dans laquelle j’avais glissé des objets du jeu Tactil. Sans regarder, juste en tâtant avec les mains,l’enfant plongeait sa main dans la tête, prenait un objet et le décrivait le plus fidèlement possible pour que ses coéquipiers devinent l’objet en question. Exercices favorisant l’utilisation d’un vocabulaire précis. La tête est le jeu original Ned’s head.

 

Au deuxième atelier, les enfants répondaient au test des pages 16-17 du livre Roald Dahl, Le géant de la littérature jeunesse : Quel personnage de Roald Dahl êtes-vous? Beaucoup de plaisir et d’humour dans cet atelier. Le troisième atelier portait sur le gobblefunk, ce langage spécial rempli de mots mélangés. Les enfants devaient trouver des adjectifs mélangés à partir de deux mots, et ce pour chaque lettre de l’alphabet.  L’adjectif nouvellement créé correspondant à la première lettre de leur prénom était couplé à un personnage de la liste des personnages associés chacun à une lettre de l’alphabet pour la première lettre de leur nom de famille. (pages 12-13, du même livre bleu)

ex: Katherine Léger (ça c’est moi hihi) est devenu kaléidoscopagique Oompa-Loompa.

Enfin, le dernier atelier était inspiré du roman La potion magique de Georges Bouillon. Les enfants devaient inventer une recette de potion magique, listant les ingrédients nécessaires et donnant les étapes de préparation. Ils devaient aussi dire à qui cette potion était destinée et pour obtenir quel effet. J’ai entendu bien des ricanements venant de cette table.

Nous avons terminé la rencontre par l’explication du travail à faire. Ils devaient se mettre en équipe ou seul, choisir un des livres de Roald Dahl dans la liste fournie, le lire et faire une présentation orale du résumé prenant la forme qu’ils souhaitaient.

Les présentations ont eu lieu à une rencontre deux mois plus tard.  Nous avons eu une belle variété de présentations: du jeu de société à la pièce de théâtre, de la maquette à l’exposition muséale guidée. Les enfants se sont de nouveau surpassés pour un résultat très divertissant, donnant le goût à plusieurs de lire les autres romans de l’auteur. Objectif atteint!

Le salut de la pièce de théâtre de Mathis, Xavier et Thomas : Charlie et la chocolaterie

L’exposition muséale guidée de Lili et Lausanne : James et la grosse pêche

La maquette de Damien, Édouard et Émryck : L’énorme crocodile

Et de nombreuses autres idées…

Voici différentes ressources supplémentaires et inspirantes:

RDDParty

RESSOURCE_La_malle_Roald_Dahl

  

Vol vers l’Amérique du Sud

Nous avons quitté l’Europe la semaine dernière. Il restait de petits détails à régler avant de partir, mais nous devions arriver en Amérique du Sud vers la fin de la semaine. Première semaine plus calme depuis plus d’un mois. enfin nous avons pu faire quelques journées d’école routinières. Quel bonheur! Les sorties c’est enrichissant, et je ne veux jamais en manquer une seule. Mais force est de constater que la routine est imbattable pour la stabilité et le bon fonctionnement de la troupe.

Je suis dernière minute pour ce continent. Je ne savais pas vraiment quels livres exploiter. Je suis finalement tombée, après maintes recherches, sur cinq livres. Pour Lili, 3e année, des albums faciles point de vue lecture, que nous pourrons exploiter plus en grammaire. Pour Mathis, un roman tout à fait de son niveau et un autre qui me fait douter énormément.

Tout d’abord, nous visitons le Brésil. Nous avons préparé des pao de queidjo, petits pains au fromage, que nous avons trempé dans la soupe aux tomates.

p1060851

p1060849 p1060848 p1060850

Cette semaine nous ferons des brigadeiros, sorte de confiserie brésilienne. J’attends la livraison du livre Isabella et la déesse de la mer et après son exploitation, nous fabriquerons des bracelets brésiliens comme activité manuelle. Nous visiterons la forêt amazonienne en faisant des recherches sur internet: Lili sur la forêt tropicale comme telle et Mathis sur le fleuve Amazone. Lili partira à la découverte des différents animaux qui peuplent cette forêt avec un petit livret d’informations et des fiches à remplir. La lecture du tapuscrit Tatou-Tatou, conte de Rudyard Kipling, et son illustration par Lili, ont servi d’amorce à cette partie du voyage. J’ai trouvé ces fiches et ce tapuscrit sur internet, les références sont d’ailleurs inscrites sur les documents.

Ensuite nous passerons sur la côte ouest, au Pérou. Nous lirons Le singe et l’épi de maïs.  Puis, après son exploitation en français, nous ferons un lapbook sur cette céréale. Voici un site, L’école des céréales, qui m’a fourni beaucoup d’informations sur les céréales en général et le maïs en particulier. L’exploitation portera sur le groupe du nom et son accord (p.2-3), la ponctuation dans le dialogue et les pronoms – reprises de l’information (p.4-5), la double lettre (p.6-7) et l’ordre séquentiel de l’histoire.

 Nous lirons aussi De la glace aux pommes de terre? En exploitation, il y a remplir un questionnaire simple de lecture, remettre en ordre les événements de l’histoire, décrire les personnages et départager leurs actions, et réaliser la recette de glace aux pommes de terre.

Un lapbook sur la pomme de terre suivra aussi.  Je suis tombée sur de nombreux petits jeux à imprimer sur le thème des habitants des Andes. Comme je n’ai pas trouvé le livre ni le tapuscrit de l’histoire Au sommet des Andes, nous remplirons la feuille des rimes tirées du livre et, ensuite, Lili et Elliot pourront s’amuser avec les jeux.

Mathis a pour sa part lu le roman L’arbre de capulies. Son travail a été de faire le résumé des 10 premiers chapitres en tissant le lien clair avec le titre du chapitre. J’avais prévu la lecture de Vol de nuit d’Antoine de St-Exupéry. Mais j’en suis à la moitié de la lecture et je la trouve ardue et ennuyeuse. Alors je vais probablement ne choisir qu’un extrait à travailler. Puis il y aura une situation d’écriture de type narratif encore à déterminer.

Un petit coucou de notre exploration de l’Europe

Nous sommes en pleine construction de notre casse-tête de la ville de Paris. Le fond du casse-tête, la partie casse-tête traditionnel, est une vieille carte de la ville de Paris en 1736. Puis par-dessus, se construit en morceaux-mousse, la ville d’aujourd’hui. Enfin nous ajoutons des pièces de plastique représentant les monuments de Paris.

p1060595

Allez on se lance!   Ça avance lentement.  Mais on va y arriver! Si les sorties peuvent se raréfier…

p1060594p1060701p1060702p1060707p1060709

Nous avons mangé des chocolatines (petits pains au chocolat) et des croissants pour notre repas français, des pâtes fraîches à la carbonara pour notre repas italien et enfin un Koulibiak pour notre repas russe.  Voici les photos de cette recette de poisson en croûte.

p1060692 p1060694

Les repas européens n’ont pas grand chose à nous surprendre. Nous cuisinons déjà beaucoup de tels repas (lapin aux pruneaux, boudins aux pommes, saucisses allemandes…) On pourrait sûrement pousser un peu plus loin, mais il faut aussi respecter le budget serré.

On a écouté une émission sur la Tour Eiffel et lu des livres sur le sujet.

Là on est prêt pour le passage en Amérique du Sud.

 

Mon cahier d’Europe

En fouillant mes dossiers de documents sur mon ordi, je suis tombée sur ces cahiers téléchargeables qui datent de 2008. Je suis contente de les avoir retrouvés, je crois que l’on va pouvoir clore notre voyage en Europe fin octobre par ces cahiers ludiques adaptés aux âges de chacun des deux enfants.

Voici ce que le site donne comme informations. En cliquant sur le lien, vous allez sur une page où les 3 cahiers sont disponibles pour téléchargement. Mon cahier d’Europe

Ces trois cahiers proposent un voyage amusant et instructif à travers les vingt-sept pays de l’Union européenne, dont l’élève découvre quelques caractéristiques historiques, géographiques et culturelles.

Chacun des trois cahiers se compose de 52 pages et contient :

  • une double-page d’introduction comprenant l’éditorial du ministre, un « mode d’emploi » destiné aux parents et le démarrage du récit ;
  • un sommaire en forme de carte d’Europe et 5 plateaux de jeu qui introduisent les différentes étapes du parcours, dans une approche géographique et ludique ;
  • une page par pays, avec une introduction et deux exercices (dont le niveau de difficulté est identifié par un pictogramme) ;
  • les pages de corrigés.