Les traverses d’animaux

À la fin septembre, nous avons commencé un projet sur les traverses d’animaux. Dans une première rencontre, j’ai commencé en racontant une histoire drôle comme mise en situation:  Why Did the Chicken Cross the Road.

To get to the other side!

Ensuite, j’ai raconté l’album jeunesse Charlie et Grisou (éditions Nord-Sud) où le lapin veut retraverser une grand-route, mais il s’est blessé en la traversant la première fois, donc il ne veut plus se risquer.

Après la lecture, j’ai présenté des traverses d’animaux à travers le monde et une dernière diapositive du document qui montre quels sont les éléments à considérer pour l’établissement d’une traverse efficace.

12 écoducs

notes et photos photos seulement

J’ai aussi présenté plusieurs cas réels pour prendre conscience des enjeux qui sont vécus. Il est intéressant de vouloir sauver les animaux qui veulent traverser une route, mais il faut que les animaux soient attirés vers cette traverse et souhaitent réellement l’emprunter. Il faut les empêcher d’utiliser d’autres endroits non sécuritaires. Et il faut apprendre des erreurs qui marqueront le projet, analyser la situation pour corriger les impairs.  L’étude de cas nous a permis cela.  Ci-dessous, les nombreux liens consulter. Ils sont en format PDF, mais les adresses des liens sont dans les documents. Je les ai sauvegardés en PDF pour mieux les consulter hors ligne.

An Underpass for Turtles in Wisconsin Is Saving Dozens of the Little Guys’ Lives _ Mental Floss

Christmas Island Red Crab _ National Geographic

crapauduc

Ecoponts et écoducs_ passages pour animaux et vitrines écolo _ Automobile

Fiche de synthese mai 2011 Eco Pont A7

How Did the Elephant Cross the Road_ _ Earth Rangers Wild Wire Blog

How effective are wildlife corridors like Singapore’s Eco-Link_

L’écoduc de Groenendael ouvert à la faune dès ce week-end

March of the red crabs – ABC News (Australian Broadcasting Corporation)

Red crabs march across Christmas Island – ABC News (Australian Broadcasting Corporation)

Salamander Tunnels Flunk First Test in Massachusetts – The New York Times

There Are Teeny Tiny Underpasses for Salamanders in Massachusetts _ Boston.com

Toads Hollow_ A Tunnel Underpass for Toads in Davis – California Through My Lens

Je souhaitais que les jeunes aient leur première idée, en discutent et se questionnent sur les éléments qui pourraient causer problème. Préalablement, ils ont dû faire une recherche sur leur animal ou écrire les informations importantes s’ils en inventaient un. Il fallait identifier les besoins, déterminer l’habitat et imaginer la traverse et les éléments attirants.

Ils ont eu 5 semaines pour compléter le tout, les présentations ont eu lieu au début de novembre. Vraiment, le résultat est assez impressionnant. Si je regarde les plus jeunes de 5 à 8 ans, qui ont multiplié les idées pour créer un environnement arboricole à leur panda roux, les objectifs de l’activité sont largement dépassés. Leur présentation était aussi très bien menée.  Les équipes variaient en âge et en nombre de membres, mais les enfants ont tous travaillé de façon autonome pour construire leur traverse. Les parents ont soutenu à la colle chaude ou à trouer des éléments.

Présentation 5-8 ans_Panda roux

Panda roux

Kangourou (et punching bags…)

Différents lémurs de Madagascar

Dracorne

Raton-laveur (et poubelles!)

Cheval

Licorne de Sibérie

Autruche

LÉGO = salamandre (tunnel à droite)

Hérisson

Centaure

Voici un exemple de court travail sur le dracorne.

 

Densité et air chaud

Cette semaine, en science, cahier Bizz (éd. CEC) 4e année, expériences sur la densité de l’eau salée et sur le déplacement de l’air chaud.

 

Les 4 couleurs ont des quantités de sel différentes. Et on observe très bien que la plus légère se tient sur la plus lourde, la plus dense en sel se tient au bas de la moins dense. Lorsqu’on essaie de les mettre dans la paille en commençant par la plus lourde, on voit que la plus légère veut migrer au-dessus des autres et ça crée un beau mélange brun.  Expéricence bien montée, facile à réaliser et résultat évident.

 

Constater que l’air chaud se déplace vers le haut et provoque de la turbulence en le faisant. On le constate avec le tourbillon de papier et la fumée de l’encens qui monte droite lorsque pas au-dessus de la source de chaleur et en turbulence lorsqu’on la met au-dessus de l’ampoule incandescente.

Leurs hypothèses étaient justes, on était dans du connu, mais du plaisant quand même. Merci encore Isabelle.

 

Les éclipses (Sciences 4e année)

Ma fille de 4e année a la chance d’avoir une amie de son âge tout près avec qui elle travaille les sciences et l’univers social. Elles sont nées à 2 mois presque jour pour jour de différence, les deux familles faisaient déjà l’école maison. Elles ont donc grandi côte à côte, profitant de chaque rencontre des frères et soeurs plus vieux pour jouer ensemble.

La maman de cette copine est une amie d’importance. Nous avons affronté toutes les situations d’école maison possibles. Nous avons regroupé nos deux familles plus d’une fois pour plus de plaisir: anglais en groupe ou juste nos deux familles, club nature, français, arts plastiques, histoire du monde, projets variés, sciences, univers social, alouette!

Elle a des qualités que je n’ai pas et on se complète tellement bien. Elle cuisine et bricole de façon magique et arrive à intégrer les enfants dans ces tâches de manipulation. Elle m’aide énormément pour le découpage des pièces de matériel plastifié.

Elle devait faire la leçon sur les éclipses du cahier de sciences BIzz (éd. CEC) 4e année. Voici le brico simple et très efficace qu’elle a fabriqué pour les explications.

Merci d’être là!

Sciences 4e secondaire

Alors que ma fille de 17 ans fera ses sciences de 4e secondaire aux adultes, car elle devait finir ses maths de 4e secondaire avant de pouvoir faire les sciences (directive du centre d’éducation aux adultes), mon fils de 13 ans, lui, fera ses sciences de 4e secondaire à la maison. Il est en avance, c’est sa matière, il en mange. Mais il est trop jeune pour bien des options d’obtention d’unités pour son diplôme. École aux adultes: 16 ans.  École régulière: il serait avec un groupe d’élèves de 15-16 ans pour passer un examen de fin d’année qui compterait pour 100% de sa note au bulletin. Et c’est sa seule matière en avance de deux ans.

Donc j’ai décidé de lui faire faire deux fois ses sciences de 4e secondaire. Drôle de décision. Au moins, il aime cette matière. Je ne sais pas quoi faire de plus et je gagne une année avant de le plonger dans l’univers de l’école. L’an prochain, je devrai investir dans certains cours de la commission scolaire Beauce-Etchemin, qui permet les cours en ligne à des jeunes de moins de 16 ans. Il pourra y suivre Sciences et Histoire 4e secondaire.

Cette année, il fera un cahier de base de sciences 4e secondaire, mais sans laboratoire. Juste la théorie. Cela me permet de ne pas y mettre d’énergie, de ne pas chercher le matériel, de ne pas y dépenser de l’argent.  L’an prochain, j’aurai à le faire. Et lui ça lui donne une matière agréable à faire dans sa semaine (selon ses dires).

J’ai donc choisi la suite de ce que j’utilise depuis le début du secondaire: Phénomènes. C’est la suite de Origines (1re et 2e sec.) et de Systèmes (3e sec.) de CEC. Comme nous n’avions pas terminé la section Univers Technologique du cahier Systèmes, que Mathis pour l’instant aimerait devenir architecte, qu’il a le temps devant lui, j’ai décidé de glisser ces pages-là dans ma planification de 4e secondaire.

Voici ce que ma planification donne:  Planification Phénomènes 4e sec

Ici nous avons trois périodes d’une heure de sciences par semaine à partir de la 3e secondaire. Et je calcule sur une année de 40 semaines. Ma planification est donc établie sur ce calcul.

Après sa première section aujourd’hui, il m’a fait le commentaire suivant: «Ça c’était dans mon élément.»

 

Science 3e secondaire

Je crois que nous avons atteint la limite du travail en famille. Les sciences sont faites en famille avec les trois plus vieux depuis 7 ans. Mathis suivait à un niveau plus avancé, Yann était de son niveau et Lucie-Maud revisait sa matière. C’était bénéfique pour chacun. Et plus amusant.

Mais Yann n’arrive plus à suivre la cadence. En maths, il est encore en première secondaire. Et ce n’est pas facile. Alors les sciences de troisième secondaire, qui ont leur lot de formules et de calculs, de compréhension physique et mathématique des phénomènes, ne sont plus dans ses capacités. Il vit des échecs, à répétition, dans les évaluations et ne réussit plus à suivre dans les cours non plus. Les deux autres niaisent pendant que je dois expliquer pour la quatrième fois une notion qu’il est le seul à ne pas comprendre. C’est triste pour lui, mais en même temps, la situation présente est si négative et ne lui apporte que de la déception.

J’ai fait la première coupure hier. Il était fâché et triste à la fois. Pas facile de prendre une décision, pas facile d’en accepter les conséquences. Je ne sais pas si c’est permanent. Je savais que cette séparation s’en venait. Lucie-Maud commencera éventuellement ses sciences de 4e secondaire aux adultes (elle doit finir ses maths de 4e sec. avant). Donc de toute façon, elle quittait ces leçons en famille d’ici queqlues mois. Et Mathis est très rapide. Le faire aller à la vitesse de Yann serait de la torture pour lui, incapable d’attendre son tour.

Est-ce que je donne du temps supplémentaire à Yann, un genre de rattrapage, en surplus des périodes familiales? Ou est-ce que je continue séparément pour les trois? Dans un cas, j’ai plus de travail, mais on finira l’année sur une note positive, il n’aura pas quitté le groupe de leçon familiale. Dans le second cas, il vivra des réussites à sa mesure, mais il restera amer de ma décision. Soupir.

Toutes ces réflexions sont normales, je sais. Arrivés en milieu de secondaire, il est très normal que les forces et faiblesses de chacun les amènent à vivre les matières différemment. Je le savais, mais je n’étais pas encore rendue à en prendre conscience. Et on a frappé le mur.

Je dois dire aussi que le cahier Systèmes de 3e secondaire n’approfondit pas assez les explications de certaines notions. Lorsqu’il n’est pas possible de comprendre avec la première explication, il n’y en a pas d’autres pour broder autour afin de permettre la construction d’une notion solide. J’aime toujours cette collection, la présentation. J’ai eu encore de nouvelles preuves que la façon de présenter la matière était plus claire  dans ce cahier que dans d’autres. Mais, par exemple, dans le chapitre sur les ondes, on manque cruellement de chair autour de l’os. Comme je n’ai pas pris l’habitude de préparer mes leçons (je lis avec eux et on explique oralement à mesure), je manquais d’exemples ou de ressources supplémentaires pour rendre l’assimilation plus facile. Même Lucie et Mathis ont eu un peu de misère à bien intégrer la matière, mais les exercices leur ont permis de boucler la boucle. Yann ce fut le contraire: les exercices l’ont encore plus mélangé.

Une autre réflexion s’impose…