Élections

Non, je ne vous parlerai pas des résultats de vos élections de lundi. Je vais vous parler des élections des jeunes qui avaient à se prononcer sur une question cruciale: Pourquoi penses-tu qu’il est important de voter?

Une initiative très intéressante et certainement pas désintéressée. Amenons les jeunes aux urnes, montrons-leur comment on fait et pourquoi on le fait. Expliquons-leur que c’est un devoir de voter car nous avons ici, au Canada, au Québec, cette chance de pouvoir voter en sécurité, de pouvoir choisir qui nous gouvernera pour 4 ans.

Les enfants de 3 à 18 ans pouvaient se prononcer sur la question. Ils devaient aller derrière un isoloir, cocher une case sur un bulletin de vote, déposer leur bulletin plié dans l’urne. Exactement le même processus que papa et maman.

Pour faire ce geste si important, ils recevaient un collant d’électeur en herbe et ensuite pour avoir inscrit leur vote, ils recevaient un tattoo « J’ai voté ».

Voici les résultats des votes des enfants dans ma circonscription. Résultat bien plus intéressant à discuter que le résultat des adultes…

À la prochaine élection, amenez vos enfants voter avec vous. Initiez-les à leur devoir de citoyen. C’est essentiel.

Ce faisant, vous ne pourrez pas vous soustraire à VOTRE devoir…

 

Éthique et culture religieuse à la maison

Je me fais souvent poser la question: Que fais-tu pour l’éthique et culture religieuse? Officiellement, je n’en fais pas. Mais dans la réalité, nous en faisons tous les jours.

Nous prenons tous nos repas en famille. De nombreuses discussions émergent de ces repas communs. Les enfants ont toujours des questions, qui vont de fil en aiguille couvrir un terrain bien plus large que la question de départ. Et les enfants ont chacun leurs questions, à leur mesure (de 3 à 17 ans), selon leurs intérêts (animaux, histoire, science, arts, sports…). Et oui il y a des sujets d’éthique dans tous ces domaines.

L’actualité s’écoute à la radio en auto en route pour les activités. Pistes pour de nombreuses discussions encore une fois. J’en ai un qui ne parle pas beaucoup, mais je sais qu’il écoute. Et quand il veut intervenir, il le fait. J’en ai d’autres qui parlent beaucoup mais qui n’écoutent pas suffisamment. Ça aussi ce sont des apprentissages importants à faire.

La vie apporte son lot de situations heureuses, malheureuses, fâchantes, révoltantes, attendrissantes… Aucun sujet n’est tabou, aucune route n’est pas à suivre. Parfois on pleure, souvent on rit. Et je sais que d’écouter mes enfants s’exprimer est le meilleur moyen de leur montrer qu’ils ont droit à la parole et à leur opinion.

Il se peut aussi que j’oriente certaines lectures vers des sujets dont j’aimerais discuter. Les lectures obligatoires, choisies en fonction des thèmes abordés, sont rarement innocentes. Souvent aucun travail n’est nécessaire après lecture, juste la réflexion sur la vie que la lecture apporte est suffisante. Puis quelques temps plus tard, on entend ressortir une question, une réflexion, un commentaire, une prise de position dans une discussion et on sait alors que la lecture a porté et a laissé des traces dans leur intérieur d’apprenant.

Parfois je crée des activités de groupe à partir de la littérature jeunesse. Cela permet d’ouvrir encore plus les horizons, prenant conscience que les autres familles peuvent penser différemment. Les perspectives deviennent alors très riches pour la suite des discussions en famille. Et cela permet aussi d’aborder des sujets qui ne seraient pas nécessairement venus naturellement.

Il est possible de faire des cahiers, d’utiliser des manuels. Certaines maisons d’édition ont mis sur le marché de beaux trésors scolaires pour traiter de différents sujets. Ces cahiers ont des discussions de classe et des projets de grande envergure dans leurs pages, parce que cette matière ne s’enseigne pas. Elle se découvre. Mais reste que ces cahiers, aussi bien réfléchis soient-ils, créent un carcan restreignant les voies possibles d’exploration.

C’est en observant autour de nous, en confrontant nos opinions, en s’informant aux bonnes sources (les enseignants sont-ils objectifs et connaissants sur tous les sujets éthiques?) qu’il est possible de développer la pensée critique de nos enfants. Ce que cette matière représente est de former nos enfants à être de bons citoyens. Est-ce que de suivre un plan de cours pensé par des enseignants en fonction d’amener les enfants tous vers des connaissances communes et, disons-le, une pensée assez uniforme, est la façon que l’on souhaite amener nos enfants à être de bons citoyens? En choisissant l’école maison, je crois bien que plusieurs répondront non à cette question. Et cela rejoint aussi aujourd’hui ce que le gouvernement veut imposer comme loi contrôlant l’école maison.

Résultats de recherche d'images pour « enseignant pensée unique »

L’éthique, la culture, la culture religieuse de surcroît, c’est dans l’expérience de la vie qu’on les travaille, qu’on se bâtit un intérieur à vivre en société. À moins de devoir passer les examens uniformes pour le diplôme, sortez des cahiers et explorez la vie sous toutes ses coutures. Alors votre «ECR» sera couverte entièrement, et vos enfants pourront devenir des êtres pensants.