Nouvel horaire scolaire

J’en suis à peaufiner un nouvel horaire scolaire. Les journées-type qui nous ont été fidèles durant tant d’années prennent leur retraite. Il est devenu impossible de fonctionner selon ces journées-type avec ma fille qui sera rendue en 3e secondaire et l’autre qui fera officiellement de l’école en septembre et les deux gars au milieu. Je n’arrive plus à tout concilier dans un horaire si complexe et changeant d’une journée à l’autre. Mes enfants sont dans des univers scolaires trop différents.

J’ai eu peu de temps pour entrevoir les solutions possibles, mais mes constats sont les suivants:

– Les journées-type ont des horaires complexes, très différents d’une journée à l’autre. Cela nous prend la feuille pour savoir où l’on en est.

– Il est difficile de voir l’ensemble de la semaine, de voir d’un coup d’oeil si j’ai assez d’heures de telle et telle matière. Certaines semaines manquent de géo, d’autres d’histoire… Avec le nombre accru de matières et de niveaux à gérer, il faut que je simplifie quelque part.

– Dès qu’un imprévu survient, il est impossible de remanier l’horaire pour y faire face, ou de mettre de côté la matière sautée pour un petit devoir de fin de semaine.

– Je me penche présentement sur un horaire basé sur le nombre d’heures par matière chaque semaine. Je ferais des périodes à temps fixe et je jouerais avec les périodes pour avoir le nombre requis à la fin de la semaine.

– La séparation des journées sera donc toujours pareille tout au long de la semaine.

– Il me reste encore à inclure Lili dans cet horaire.

– Et il y aura toujours aussi la variable Elliot qui viendra faire danser les périodes 😉

– Une chose est sûre, l’an prochain, chacun des trois plus vieux aura son agenda. Fini les: «Quel cahier je fais?» «Quelle matière on fait?» Finies les poursuites de mes enfants jusqu’au toilette pour me demander ce qu’ils doivent commencer comme travail. Là ils sauront. Pour Lili, je ne sais pas encore ce qui nous attend ni quelle forme prendra son horaire. Je crois qu’elle aimerait bien avoir un agenda.

Je viendrai vous montrer le résultat de ce nouvel horaire une fois terminé.

Journées-type 2013-2014

J’écrivais, sur la page Facebook de l’AQED, que ma maison avait changé d’aspect avec l’évolution de notre école maison à travers les années.  Nous n’étions pas organisés de la même façon avec deux enfants en âge scolaire qu’avec 4, que les besoins avaient changé selon les années où un nouveau poupon était présent ou un préscolaire actif, que le manque de luminosité du sous-sol avait fini par nous déprimer, etc.

Notre système de journées-type a aussi évolué.  Chaque année je les passe en revue, et j’adapte avec les changements de notre aventure.  L’an passé le secondaire entrait dans notre vie, cette année notre petite poupoune de 4½ ans suivra un peu plus notre horaire.  Voici donc les journées-type qui réguleront notre quotidien d’école maison de la fin d’août 2013 à la fin de juin 2014:

English homework day

Journée Choix

Journée Mini-test-ordi

Journée Nature

Journée Science

Journée Univers social

Journée Voyage dans le temps

Pour vous aider à vous y retrouver, quelques petites notes à ajouter:

– Sur mes journées-type, les sigles YS, MA, LO et LM sont les prénoms de mes enfants: Yann-Salomon 5-6e année, Mathis-Alexis 4-5e année, Lili-Océanie 1re année et Lucie-Maud 2e secondaire.

– Les heures sont en général assez respectées. Si quelque chose nous retarde, je coupe une des périodes de la journée.

– Cette année l’horaire sera beaucoup plus régulier: le lundi = univers social, le mardi = science, les mercredis, jeudis et vendredis il y aura des alternances mais ce sera régulier tout de même.  Notre journée d’anglais en groupe est un mercredi sur deux, notre club nature est le vendredi, un à chaque mois.  Depuis l’an passé, j’ai besoin d’une plus grande routine, pour me permettre d’arriver à tout faire.  Je ne peux plus naviguer efficacement dans le désordre et l’imprévu.  Est-ce que je vieillis? (oui inévitablement 😉  Mais je constate que mon énergie est plus limitée et que de savoir où je vais m’aide à en faire plus.  Je trouve parfois triste que Lili ait à fonctionner dans une aventure école maison plus stricte que Lucie-Maud au même âge.  Cette liberté, que j’avais il y a 10-12 ans me manque parfois.  Mais ma réalité est tellement différente aujourd’hui avec le secondaire, les troubles d’apprentissage et les soucis différents.

– Lili joue énormément seule depuis un an et demi.  Elle nous laisse assez bien travailler.  Elle affectionne les jeux de petits bonhommes, mais joue aussi souvent à des jeux éducatifs à la table à nos côtés.  Elle aura la possibilité de jouer encore beaucoup dans son horaire de première année.  Comme elle ne devrait même pas être en maternelle cette année (elle aura 5 ans en novembre), et qu’elle commencera la première année, j’ai décidé d’y aller TRRRRÈÈÈÈÈSSSSS doucement pour qu’elle conserve ce désir de tout découvrir.  Je doute aussi que sa maturité scolaire suive le rythme de deux ans d’avance  indéfiniment, tranquillement elle prendra le rythme d’une année d’avance selon moi.  Alors je vise cela pour lui permettre de s’amuser plus longtemps.  D’ailleurs je lui fournis des cahiers et des apprentissages formels à sa demande, pour moi ce n’était pas une nécessité de la faire commencer plus tôt. Je lui laisse aussi une petite plage de 45 minutes d’émissions, en anglais.  Elle veut de plus en plus parler anglais depuis qu’elle les écoute (et comprend de plus en plus), et pendant ce temps je suis assurée d’offrir aux trois autres une oreille plus qu’attentive.

– Mathis, qui a un déficit d’attention et une hyperactivité assez prononcés, va souvent terminer ses périodes de français et de maths (prévues d’une longueur de 1h30) de 15 à 30 minutes plus tôt que les autres.  J’en profite pour corriger avec lui et revoir les notions, ou très souvent j’en profite pour le laisser aller faire autre chose.  Lui aussi n’a pas la même liberté que Lucie-Maud au même âge dans notre aventure d’école maison.  Il a dû suivre un horaire plus serré très tôt, alors j’adapte en lui laissant le plus de liberté possible.

– Lucie suit son horaire du secondaire avec entrain.  Elle a pris le rythme et le soutient.  Elle a deux périodes de travail de plus par jour pour réussir à voir sa matière du secondaire et suivre malgré tout, et à sa demande, nos activités en famille (histoire, univers social et science).

– Yann a besoin de plus de temps pour réaliser ses tâches (plus d’efforts aussi mais ça c’est une autre histoire).  Les périodes d’une heure trente sont donc parfaites pour lui permettre de faire le travail qu’un autre enfant ferait en une heure.  C’est sa dernière année de primaire (sauf pour les maths), donc l’an prochain il aura lui aussi à travailler de plus longues journées pour faire son programme du secondaire.  J’aurai de nouveau à remanier mes journées-type.

Voilà donc notre fonctionnement pour l’année qui commence bientôt.  Bien que ce soit notre 12e année d’école maison, que je sois souvent fatiguée et un peu préoccupée par la venue du poupon qui fera une vague de changements dans notre quotidien, je suis encore très enthousiaste à commencer cette nouvelle année.  J’aime être avec mes enfants et les voir grandir, répondre à leurs besoins de façon plus soutenue que juste le soir après 18h et la fin de semaine.  J’aime voir les liens qui se tissent entre eux aussi, qui au quotidien ne ressortent pas toujours positifs, à travers les conflits inévitables, mais qui pointent de temps en temps et nous émeuvent grandement.  (Hier nous sommes allés chercher Lucie-Maud à son camp, nous ne l’avions pas vue depuis une semaine, les gars et elle se sont fait une accolade à tirer les larmes d’émotions)  Je suis si heureuse d’avoir pris cette décision il y a 12 ans pour répondre autrement aux besoins spéciaux de mon fils Jackson (qui a aujourd’hui 17 ans).  Cet enfant a apporté beaucoup de bouleversements difficiles dans notre vie, mais cette décision-là de faire l’école maison, je ne l’aurais pas prise sans sa venue dans notre vie.  L’école à la maison nous a permis de renouer avec la vie malgré les bouleversements difficiles vécus.  Merci petit Jack d’avoir traversé notre route il y a 15 ans.

Le calendrier, outil incroyable!

Je reviens encore avec un  article sur le calendrier.  Pourquoi? parce que c’est un outil qui a ici une place très importante dans l’apprentissage des enfants.  Il a encore sa place de choix sur notre mur de cuisine et est consulté quotidiennement par les enfants et les adultes.  C’est vraiment incroyable la somme de notions que l’on acquiert avec un simple calendrier.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Premièrement j’ai tout simplement dessiné, sur un grand carton blanc, des cases rectangulaires en rangées d’une semaine du dimanche au samedi.  J’ai laissé une place pour les 4 saisons au haut, le nom du mois et le nom des jours.  Je l’ai fait plastifier. Les nombres (dates des jours) sont imprimées sur de petits cartons plastifiés et avec velcro.  Le calendrier est refait chaque mois en repositionnant les nombres sur les bonnes cases.  J’enlève tous les nombres du vieux calendrier et tous les pictogrammes.  Je mets les nombres sur la table et je demande aux enfants d’aller chercher le nombre voulu.  Lorsqu’ils étaient petits, je ne faisais que nommer le nombre à aller chercher et à montrer son emplacement sur le calendrier.  Il est possible de montrer que les chiffres de 0 à 9 se répètent sur trois dizaines, il est possible de les coller par bonds de 2, 5 ou 10, il est aussi possible de les coller à rebours.  Puis à mesure qu’ils vieillissaient, je leur demandais des complémentaires (additions et soustractions), des multiples et diviseurs (place-moi tous les multiples de 3, place-moi les facteurs de 36) ou des multiplications et divisions.  Une infinité de possibilités selon ce qu’on travaille et notre imagination (place ceux qui ont un trois à la position des unités, place ceux qui ont 3 dizaines).

Le fait de suivre la ligne de la semaine puis de revenir complètement à gauche pour recommencer une autre ligne par la suite a été un apprentissage long et difficile pour mon fils dyspraxique, mais oh combien efficace.  La répétition de l’exercice s’impose d’elle-même chaque mois, donc ce n’est pas de la drill ennuyeuse sur papier imposée par maman.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’ordre des saisons est aussi une notion que l’on travaille.  Aidés des affiches des éditions Marie-France qui précisent les dates des saisons, et du pictogramme que l’on fixe sur la case du premier jour de la saison, elles s’acquièrent facilement et naturellement.  L’ordre des mois est aussi vu.  Comme le mois est  à velcro aussi, l’enfant doit fouiller parmi toutes les affichettes de mois pour trouver la bonne.  Il doit donc réciter la comptine des mois, pour savoir lequel chercher et lire les mots pour trouver le bon.  Il peut s’aider des dessins sur l’affichette pour s’orienter (le sapin de Noël sur l’affichette de décembre).  Le truc des mois récités sur les jointures de la main pour savoir s’il y a 30 ou 31 jours dans le mois est utilisé chaque fois pour que l’enfant me donne l’information.  Tout ça pratique la séquentiation, la mémoire et les trucs mnémotechniques et l’utilisation d’outils de soutien.  Pour savoir où nous en sommes dans le mois, un petit bonhomme sourire se déplace de case en case.  Chaque matin un enfant l’avance à la case suivante.

Les cases du calendrier ont 4 velcros chacune.  Un pour la date du jour et les trois autres pour les activités ou mentions spéciales du jour.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

– Les fêtes officielles, les premiers jours des saisons, les fêtes de mes enfants (chaque enfant a un gâteau coloré différemment pour souligner le jour de sa fête)

Pictogrammes calendrier_0001

– Les journées spéciales de club nature, de concert des Jeunesses musicales, dans un musée, chez le médecin, en congé, en journée pédagogique, pour mettre le recyclage à la rue, pour un journée de camp de jour ou pour le bénévolat à la bibliothèque

Pictogrammes calendrier_0003

– Pour les activités sportives et culturelles des enfants: hockey, curling, karaté, soccer, cours de théâtre, danse, piano ou dessin

Pictogrammes calendrier_0002

– Les journées d’école sont montrées d’un pictogrammes de cahiers.  La couleur du pictogramme renvoie à une feuille de même couleur décrivant une journée-type.  Les matières scolaires sont distribuées dans des journées-types.  Donc lorsque l’enfant voit le pictogramme école vert pâle, il sait que c’est la «journée univers social».  Il y aura de la mémorisation de vocabulaire et une période de français le matin, et l’après-midi commencera par la mathématique et suivra l’univers social.  Les matières supplémentaires du secondaire y sont aussi écrites.  Les enfants savent quelle matière est à l’horaire à quel moment, peuvent sortir les bons cahiers et même se mettre au travail par eux-mêmes si je suis occupée.  Ils ont aussi un agenda avec les pages à couvrir pour chaque matière. Cette façon de procéder les a rendu de plus en plus autonomes.  Lucie-Maud est devenue très autonome au courant de cette année-ci de première secondaire.  Elle a son propre agenda, le consulte et en rature les choses faites au fur et à mesure.  Elle sait aussi ce qui sera à faire en devoir la fin de semaine, car elle entoure ce qui n’a pas été fait pendant le cours donné.  Les gars partageaient le même agenda cette année que je consultais pour leur dire quoi faire.  L’an prochain, Yann-Salomon migrera vers son propre agenda que lui consultera.  Je veux l’habituer tout de suite, car cet apprentissage sera plus long pour lui, compte tenu de sa dyspraxie.  Mathis et Lili se partageront le même agenda probablement.

Pictogrammes calendrier_0004

Les enfants savent d’avance ce qui sera à l’horaire du mois, les sorties prévues, les activités de groupe et les congés.  Je trouve que cela les motive (surtout lorsqu’une semaine cumule un congé, une activité de groupe et une sortie 😉  Le calendrier, et son prolongement l’agenda, au départ créés pour baisser le niveau de stress de mon aîné par rapport aux changements et aux imprévus, sont devenus des outils essentiels à notre aventure.  Et ce calendrier indique même à mon mari, sans mon intervention, le jour où il aura à passer la balayeuse car le lendemain une activité de groupe se déroulera chez nous.  Je vous le dis, c’est vraiment essentiel 😉

Notre mode de fonctionnement journalier

J’avais posté, il y a quelques années, des journées-types qui régissaient notre horaire quotidien.  Eh bien sur tous les systèmes essayés au cours des années, c’est le seul qui a fonctionné.  Il est encore en place.  Les enfants le comprennent bien, et le réclament au calendrier lorsque je tarde à le faire.  Ils m’ont demandé de continuer selon cette formule.  Alors je me suis mise à l’ordi pendant plusieurs heures et j’ai refait mes journées-types avec la nouvelle variable du secondaire.

Chaque journée-type est imprimée sur du papier de couleur différente.  Et au calendrier il y a des pictos d’un cahier avec un crayon que j’ai imprimés sur du papier des mêmes couleurs.  Mon calendrier est sur un gros carton plastifié avec des velcros dans chaque case. Lorsque le mois change, je refait le calendrier et je pose sur chaque case-journée le picto école de la couleur de la journée-type que nous vivrons cette journée-là.

Voici mes feuilles de journées-types:

ESL Day    Une journée aux deux semaines avec trois autres familles (mercredi)

Choix piano   Une journée par mois (mardi)

Géographie Une journée aux deux semaines

Histoire et science Une journée par mois

histoire arts Une journée par mois avec une autre famille

Logic-ordi   Une journée par mois

Nature  Une journée aux trois semaines (vendredi)

Rattrapage Une journée aux deux semaines

Science Trois journées par mois (à raison d’un jour par semaine le mardi)

Voyage dans le temps Une journée par mois

Taptouche + Homework Une journée par deux semaines

Univers social Une journée par deux semaines

Il reste à ajouter un vendredi sur trois où on fait une journée avec une autre famille sur différents projets: présentement Les Explorateurs.  Et il y aura probablement une activité de philosophie chez les plus vieux de notre groupe un vendredi matin de temps en temps.

Ce calendrier date de plus de 15 ans.  Je l’ai fabriqué lorsque je travaillais avec les 3 à 5 ans, avant même d’avoir des enfants. Il a été utile pour mes aînés qui sont arrivés si mêlés dans leur positionnement dans le temps.  Et il continue sa vie utile avec l’école à la maison depuis 11 ans.  Les activités parascolaires (hockey, piano, karaté, théâtre, dessin) y sont aussi représentées, ainsi que les fêtes familiales, les sorties au musée ou à la plage.

Ne vous en faites pas, mon mois de juillet n’est pas si occupé d’école.  Je n’ai simplement pas changé le nom du mois pour prendre ma photo.  Je l’ai rempli comme si c’était un mois scolaire…N’appelez pas la DPJ parce que je ne laisse pas de vacances aux enfants 😉

La structure fonctionne…pour l'instant

J’ai posté mes journées-type dans un message précédent et après 3 semaines d’utilisation, je constate que c’est très positif.  Il y avait quelques petits détails à modifier et à ajouter car j’avais oublié des matières que j’avais le goût de voir et aussi d’intégrer l’ordi.  Comme je n’ai encore qu’un seul ordi, les enfants n’y jouent que sous surveillance, car j’en ai besoin pour mon quotidien et je ne pourrais me permettre qu’il saute.

J’ai donc modifié la Journée Projet en Journée Voyage dans le temps.  J’ai ajouté une Journée Choix et une ½ Journée Logic-ordi.  J’ai aussi modifié la journée d’anglais car une semaine sur deux une autre famille la fait avec nous et l’autre semaine nous en faisons juste nous mais moins longtemps et j’ai ajouté une heure de biologie que nous affectionnons beaucoup ici.  Les enfants veulent finir par voir Arthur Sans Peau complet un jour.  Eh oui nous sommes encore là-dessus.  Je vous l’ai dit, j’ai implanté ce système pour m’obliger à faire plein de choses que je n’arrivais jamais à mettre à l’horaire avant.

journee-voyage-dans-le-temps.doc

%c2%bd-journee-logic-ordi.doc

journee-anglais-gym-piano.doc

journee-choix.doc

La journée Choix  les excite beaucoup.  À la première heure, ils ont le choix entre Français ou Maths.  Lorsque je leur ai montré la feuille, Lucie-Maud et Jackson se sont écriés simultanément «Français!» pour l’une et «Maths!» pour l’autre pour ensuite se ruer sur le calendrier pour constater quand serait leur première journée Choix.  Les projets y seront parfois communs (comme celui de Léonard de Vinci qui est presque terminé) et parfois individuels (comme celui de Lucie-Maud sur Hans-Christian Andersen).  Les enfants devront alors choisir ensemble.

Voici notre calendrier du mois d’octobre.

calendriercouleurs09.jpg

Le bonhomme sourire rose indique la journée où l’on est.  Il y manque les cours de théâtre le vendredi soir, ils ont commencé le 2 octobre et je n’ai pas eu le temps de mettre les pictos.  Et il manque aussi les cours de chinois le mercredi après-midi, je n’ai pas encore créé de pictos pour cela.  Eh oui, des cours de chinois.  Jamais je n’aurais pensé que nous en ferions, mais une maman organise des cours de groupe avec beaucoup de compléments sur tous les aspects de la Chine.  Et je crois donc que mes enfants adoreront, tout en s’amusant à apprendre quelques mots de la langue.

Voilà.  J’espère que je serai tout aussi positive à Noël.  Mais c’est un système qui me respecte et me convient et qui semble répondre aux besoins de routine-sans-trop-de-routine de mes enfants.  Il ne reste plus qu’à un jour obtenir la haute vitesse internet afin de vous faire part de toutes nos belles journées plus régulièrement.

De la structure

J’ai lu sur plusieurs blogues qu’ils avaient fait le changement dans leur organisation pour entrer les Workboxes.  Bien que le système semble très intéressant et m’a certainement titillée quelque temps, je n’ai pas embarqué dans l’aventure.  Cela me semblait une montagne de planification pour moi et je n’étais vraiment pas sûre que ça collerait à notre école maison.  Je n’avais pas le goût de monter le tout pour une semaine, ce qui ici arrive souvent.  Mais, je vous l’ai dit, cela m’a titillée et a donc suscité chez moi une réflexion de plusieurs semaines.

Mes enfants manquent de structure.  Je l’ai déjà exprimé dans des posts au cours des années.  Lucie-Maud est une autodidacte, mais elle est aussi très paresseuse…et moi je ne suis pas capable de «unschooler».  J’ai besoin d’un minimum de structure potentielle, c’est-à-dire que même si je n’atteins pas  une structure adéquate, je dois y tendre dans mes intentions 😉

J’ai instauré un système de motivation où Lucie-Maud avait 3 heures d’école à faire par jour, avant le souper. Je l’ai laissée gérer son temps dans la journée pendant quelques mois.  Mais elle commençait à 14h00 et devait donc travailler 3 heures en ligne sans pause.  Après deux heures de travail, son rythme ralentissait et après 2h30 ele n’était plus capable (ce qui est compréhensible, quand même)  Elle n’abattait pas la somme de travail demandée ou si elle le faisait, cela s’éternisait et c’était assez lamentable comme résultat.  Je croyais qu’elle se prendrait en main, qu’elle changerait son horaire pour adopter une attitude plus normale de commencer plus tôt et d’ainsi se permettre des pauses.  Elle ne l’a jamais fait.

Cela a donc alimenté ma réflexion.

Finalement, une idée a germé.  Je ne voulais pas d’un horaire fixe par jour ou par semaine.  Notre vie est bien trop débridée pour cela.  J’ai donc pensé à un système de journées-type, avec lesquelles je jonglerais pour faire notre horaire.  J’utilise déjà un calendrier avec des pictogrammes pour que les enfants puissent savoir ce que nous ferons dans le mois comme activités mais aussi comme journées d’école.  Ils avaient un petit picto blanc qui signifiait qu’on ferait de l’école cette journeé-là.

J’ai pris le même logo et je l’ai imprimé sur des feuilles de couleur.  Chaque couleur correspond à une journée-type.  J’ai plastifié les horaires des journées-type et je les ai accrochés à côté du calendrier.  Alors lorsqu »ils voient sur le calendrier un picto d’école rose, ils savent que c’est la journée Club de lecture.  Ils consultent l’horaire et savent où est leur liberté et quels sont les plaisirs de la journée.  Car j’ai ajouté, un peu à la manière des Workboxes, des plaisirs dans les journées, en espérant que l’attente du plaisir fera travailler plus vaillamment les boudeurs.  Avec ce système, je voulais aussi ajouter à l’horaire des choses que l’on ne prenait jamais le temps de faire ou de finir.

journee-club-de-lecture.doc

journee-projet.doc 

journee-geographie.doc 

journee-anglais-gym-piano.doc

journee-paysages.doc

journee-rattrapage.doc

La journée rattrapage a été créée pour éponger ma culpabilité.  Lorsque l’on aura eu assez de sorties et que l’on aura pris du retard dans nos matières de base, ou lorsque j’aurai besoin d’une journée de planification pour une activité que j’anime ou d’une journée de téléphones et de préparation de colis pour la bibliothèque, au lieu de les laisser libres toute la journée (ben oui, ça m’arrive trop souvent), je les ferai travailler aux matières de base, des exercices de drill qui ne me demandent pas d’être autant disponible.  Ce qui est plus plate aussi comme journée.  J’ai donc inséré dans cette journée une période de lecture tous ensemble (au lieu de la lecture individuelle, ici maman lit une histoire à tous) et une activité surprise qu’ils ne connaîtront pas avant la fin de la journée.

– Faire une recette spéciale: c’est très rare car je déteste cuisiner et encore plus avec les enfants, chez nous c’est papa qui cuisine, mais il ne fait pas dessert, alors c’est vraiment une activité recherchée de faire des desserts avec maman

– Faire des bulles mangeables (au lieu du savon, c’est un liquide sucré mangeable)

– Jouer à l’ordi

– Jouer à un jeu de société

– Jouer dehors avec maman

– Toute autre idée jugée géniale!

Cela dure depuis une semaine et… on n’a pas encore lâché.  Il me reste deux ou trois petits ajustements, mais ça va bien  (ajouter deux horaires de demie-journée, entre autres)  Les enfants consultent l’horaire et le respectent…presque.  Lucie-Maud est montée travailler à 11h30 aujourd’hui.  WOW c’est toujours bien mieux que 14h00!

À suivre…

Savoir ou ne pas savoir

J’ai aussi préparé une feuille de pictos pour l’école. Un aide-mémoire. Jackson ne comprend pas qu’il est en apprentissage et qu’il est normal de ne pas tout savoir, de se tromper, de recommencer, d’utiliser des outils. S’il fait une erreur, pour lui c’est la fin du monde, il est un pourri à 100% sans nuance. C’est la perception d’un enfant de trois, quatre ans qui est entier. Un enfant de trois-quatre ans apprend que derrière sa mère fâchée reste encore sa mère aimante, qu’elle ne disparaît pas sa mère aimante lorsque l’autre mère fâchée apparaît. C’est une étape normale du développement de l’attachement chez l’enfant: acquérir la permanence du parent. Puis ensuite, il faut que l’enfant étende cet apprentissage à soi-même: la permanence du soi. Lorsque je me trompe, seule une partie de moi est impliquée, la partie de moi qui travaille la grammaire, par exemple. Même si je me trompe en grammaire, la partie de moi qui est championne en astronomie existe toujours, donc je ne suis pas un pourri, mais un champion qui se trompe tout simplement. C’est aussi pourquoi un enfant de deux ans peut faire des crises incroyables lorsqu’il n’est pas capable. Chez Jackson, la permanence n’est pas acquise, ni la permanence de l’objet, ni celle des parents, et encore moins celle du soi.

Alors ce tableau est donc un aide-mémoire pour lui répéter tous les jours qu’il est possible de ne pas savoir. Tous les matins avant de commencer la journée d’école, je place cette feuille devant lui et je reprends: Lorsque tu te trouves devant une question tu peux connaître la réponse alors tu l’appliques directement ou tu peux ne pas connaître la solution. Alors tu dois t’arrêter et prendre le temps de chercher dans ta tête la solution, chercher si tu as connu une situation similaire et ce que tu as fait alors. Cette partie est très difficile pour Jackson car dans sa tête tout est un fouillis. Lorsqu’une information est enregistrée, il ne la classe pas bien dans sa tête, et alors aller la rechercher est une épreuve de force. Souvent c’est impossible, parfois c’est possible mais avec beaucoup de temps, de patience et parfois encore cela prend maman qui fait le chemin de la déduction à sa place pour aller retoruver l’endroit où cette information avait été placée la dernière fois…dans SA tête. Car ce n’est pas dans MA tête, mais dans la sienne. Depuis plusieurs années, je m’en viens bonne pour savoir comment son cerveau fonctionne, mais nous devons encore très souvent tout recommencer à zéro car l’information est introuvable dans sa tête.

Enfin ensuite s’il trouve l’info dans sa tête, il peut solutionner le problème, sinon il doit alors prendre un outil pour s’aider: dictionnaire, Bescherelle, grammaire, atlas, tables de multiplication… Je dois répéter quotidiennement qu’utiliser un outil est un signe d’intelligence et non d’ignorance. S’il ne trouve toujours pas, alors là il doit demander de l’aide. Et ÇA C’EST TOUT UN TOUR DE FORCE! En effet demander de l’aide pour un enfant en trouble de l’attachement tient de l’impossible. Ils ont survécu sans aide lorsqu’ils étaient bébés, alors jamais ils n’auront besoin d’un adulte. Nous travaillons donc très fort à répéter que demander de l’aide est un geste très intelligent.

Donc cette feuille nous aide à tous les jours répéter la leçon et je recommence à la moindre question soulevée. Lorsque le regard de Jackson se perd parce qu’une question s’est pointée, je le retire de sa planète avec cette feuille, et on répète les étapes à suivre. Ça aide, mais ce n’est pas une baguette magique n’est-ce pas?