L’Halloween au musée

Une invitation à visiter l’exposition Les reines d’Égypte au musée Pointe-à-Callière, hors des heures d’ouverture et avec le thème de l’Halloween en toile de fond. Des capsules animées par des guides juste pour nous (les membres du musée).  La possibilité de poser toutes les questions souhaitées. Ça ne se refuse pas.

Nous nous sommes donc rendus, le 18 octobre dernier à 18h00, avec nos masques et coiffures, et avons eu droit à des bonbons d’Halloween et un verre de vin (refusé, je vous rassure).  Notre famille a fermé la place, dépassant de près d’une demie-heure le temps prévu pour cette visite.

L’exposition, bien que très intéressante, ne nous a rien appris de nouveau. Je crois que nous explorons les sujets bien en profondeur à la maison. Mais de revoir tout ça nous rafraîchit la mémoire, et nous permet de nous émerveiller encore et toujours devant ces découvertes incroyables.

Ce fut une double chance cette visite, car cette année nous n’avons pas pu passer l’Halloween avec les enfants. Lili était tellement fiévreuse.  Les enfants ont relevé que c’était la 2e fois que Lili nous empêchait de passer l’Halloween. L’année de sa naissance, j’avais eu de fausses contractions toute la soirée du vendredi 31 octobre (elle est née, provoquée, le lundi 3 novembre). Nous avions alors fait une pinata et avions eu bien du plaisir. Cette année, nous avons joué à des jeux de société à thème de fantôme et écouté The Witches (du roman de Roald Dahl Sacrées sorcières, lu au préalable par les enfants). une soirée tranquille, en famille, au sec et au chaud.

Les murales de Sherbrooke

Nous avons accompagné mon mari lors d’une de ses sorties pour son travail. Ce n’était pas une semaine à Chicago ou au Nouveau-Brunswick, mais c’était une journée à Sherbrooke. Nous avions tout préparé pour une belle visite du

Musée de la nature et des sciences. Une visite gratuite en plus puisque nous avons nos cartes de membres du Musée des sciences de Montréal. Mais le matin-même… je réalise que le musée est fermé le lundi.  Qu’allions-nous faire de notre journée à Sherbrooke?

En cherchant un peu sur le net, je suis tombée sur une visite des murales de Sherbrooke. À pied, pour une distance bien raisonnable de 3,5 km, nous avons pu voir 10 des 16 murales du trajet. Nous avons été voir les autres murales en auto après la marche.

Il faut stationner au bureau d’information touristique au coin de King ouest et Richmond. À l’intérieur, ils nous donnent un permis de stationnement temporaire et une carte du chemin à suivre pour voir les murales. Nous avons réussi à faire le tour en moins de 2 heures en prenant bien notre temps, en faisant deux pauses. Nous avions de petites jambes de 5 ans avec nous. Il fallait les ménager…

La préférée d’Elliot: la caserne de pompiers

Mais la robe de cette dame est en plastique????

 

Ma préférée, celle qui nous montre tout un beau chemin à emprunter l’autre côté du mur.

Musée POP

Le musée de la culture populaire de Trois-Rivières, rebaptisé Musée POP, nous a charmé cet été avec quelques expositions de choix.  Ma fille avait à passer son cours de RCR et il se donnait à Trois-Rivières, un samedi. Nous avons embarqué toute la famille et avons visité le musée pendant son cours.  Nous avons aussi été marcher au parc Châteaudun, un petit parc sans prétention avec de courtes pistes de quelques kilomètres dans le bois mais avec de larges sentiers praticables avec une poussette. Nous avons aussi eu le temps de passer par le Costco avant de revenir à la maison, remplis de souvenirs, de plein air et d’épicerie 🙂 .

 

Au musée cette année, nous avons aimé l’exposition sur la bande dessinée québécoise. Pendant que les grands lisent les biographies des bédéistes, les plus jeunes peuvent s’écraser dans les gros poufs pour lire des BD ad nauseam. De plus les enfants peuvent dessiner sur les murs ou dessiner une BD sur une planche à cases fournie. Et nous en profitons pour écrire notre BD-photo humoristique:

 

La deuxième exposition, drôle et divertissante, est sur les textes de Boucar Diouf mis en jouets par des artisans, fabricants de jouets.

 

 

 

La troisième exposition était sur la bière. Mais question que les enfants y trouvent leur compte, pendant que les adultes lisent dans un décor de taverne, les enfants peuvent s’amuser au babyfoot ou à la machine à boules. Bien pensé.

Enfin la 4e exposition porte sur le Festival de St-Tite. Avec comme accroche-attention pour les enfants, un cheval de bois, des déguisements (carotte non fournie), un jeu d’attrape veau au lasso (en jouet bien sûr).

  

 

C’est la troisième fois que nous visitons ce musée avec des enfants de tous âges. Chaque fois nous en sortons ravis. Les muséologues de cet endroit ont le tour d’accrocher toute la famille, de permettre aux grands de retirer quelque chose pendant que les petits ne se rendent pas compte qu’ils grandissent à travers leur expérience. Allez faire un tour! Et n’oubliez pas de demander le macaron Muséologue d’un jour pour l’activité du même nom offerte aux enfants.

The Halloween Tree

Nous sommes allés voir, Lili, Mathis et moi, la pièce The Halloween Tree de Geordie Production (Théâtre D.B.Clarke, université Concordia) aujourd’hui. C’était un spectacle captivant. Classé 7 ans et plus pour le fait de frayer avec la mort à différentes époques de l’humanité, le spectacle n’est pas épeurant, dégoûtant ou violent. On peut faire le saut à certains moments, mais rien de déplacé ne survient. On trouve même le temps de rire, de sourire, de réfléchir. C’était d’un niveau d’anglais assez compréhensible pour mes enfants qui en ont saisi l’essentiel pour apprécier la pièce.

Aujourd’hui était malheureusement la septième et dernière représentation pour cette Halloween, mais si vous voyez ce titre revenir vous hanter une année prochaine, allez-y. Cette pièce vaut le détour et le billet.

L’histoire, écrite par Ray Bradbury, sera probablement au programme d’anglais de l’an prochain.

Une sortie de vacances

P1060137

Les mollets sont restés raides quelques jours.

Nous avons marché le sentier de la Gorge à Coaticook. Nous avons laissé le camion dans le stationnement sachant que le soir, ce serait impossible à restationner. Nous sommes partis en marchant à la laiterie de Coaticook pour manger notre lunch et quelques fromages et terminer notre repas par une succulente crème glacée. Nous sommes revenus en marchant, avons fait un arrêt au GloGolf pour passer le temps jusqu’à l’activité finale de Foresta Lumina où nous devions de nouveau marcher la moitié du sentier de la Gorge, de nuit. Une dizaine de kilomètres presque entièrement en montée ou en descente.

Tout ça avec un poids supplémentaire sur le dos d’une trentaine de livres pour la première marche (porte-bébé sac-à-dos de randonnée) et 25 livres supplémentaires sur la hanche pour la deuxième marche (porte-bébé Tonga).

Les jours suivants, j’avais l’air d’une vieille femme marchant péniblement à petits pas le dos courbé (hihi).

Mais ce fut plaisant. Chaque étape de cette expédition fut agréable et de longueur parfaite. Et la pleine lune nous a suivi éclairant nos pas plus que les lumières du trajet.

P1060166

P1060085 P1060086 P1060087 P1060090 P1060091 P1060094 P1060097 P1060107 P1060124 P1060126 P1060130

P1060149

P1060156 P1060157 P1060158

P1060163 P1060188 P1060186 P1060181

Détails techniques: En réservant en ligne (obligatoire pour Foresta Lumina) les deux randonnées en même temps, nous avions un rabais sur la facture finale. Nous avons réservé Foresta Lumina à 22h00, sommes finalement entrés à 22h38, avons terminé la marche vers 23h15 et ce malgré une enfant de 7 ans et un bébé de 2 ans qui avaient marché tout l’après-midi. Ce dernier a dormi contre moi presque toute la marche, il avait peur de la noirceur et de certaines animations lumineuses. Mais il enfouissait son visage dans mon chandail et est très bien passé au travers. Les poussettes sont interdites. Le Glogolf a fait peur à Elliot (2½ ans). L’extra-terrestre et le squelette l’ont empêché de terminer le parcours. Mais les autres ont adoré ce 18 trous. Lili (7½ ans) était très heureuse d’avoir son bracelet réfléchissant donné au GloGolf en payant l’activité pour marcher Foresta Lumina.

 

P1060193

Atelier au Apple Store

Avec le groupe des adolescents de notre région, une activité au Apple Store a été organisée. Les jeunes pouvaient réaliser un petit film à l’aide de matériel de montage vidéo. Ils pouvaient apporter leur propres extraits de films, leurs propres photos, ou aller pêcher sur internet selon leur scénario.

Lors de l’arrivée du groupe, les employés sont placés en haie d’honneur et applaudissent l’entrée des jeunes avec grand enthousiasme. Elliot, qui devait bien suivre à la sortie malgré son âge, était bien impressionné et a refusé le «high five» d’un employé.  Ensuite, les jeunes sont placés devant un ordi avec une tablette disponible pour prendre des photos ou aller sur internet. L’ordinateur leur permet le montage vidéo. On leur offre un beau t-shirt, qu’ils sont obligés d’enfiler… Lors du départ, on enregistre leur vidéo sur support USB-bracelet offert à chacun d’entre eux aussi.

Lucie-Maud a souvent fait du montage vidéo avec tous les petits films que les enfants s’amusaient à faire plus jeunes. Mathis-Alexis fait du Stop Motion régulièrement, surtout avec la nouvelle caméra qu’il a reçue à Noël. Mais Yann-Salomon n’avait jamais touché à de tels logiciels. Disons que la technologie ce n’est pas sa force. Il a trouvé cela difficile, mais il s’est bien amusé malgré tout et a pu se débrouiller. Contrairement au film de Lucie et Mathis (ils se sont mis ensemble pour l’activité) qui avait un scénario: un début,un  milieu et une fin, Yann a plutôt fait un diaporama de photos sans but. Il a tenté de faire des effets spéciaux interminables. Mais les efforts qu’il a fournis étaient clairement visibles et ils ont porté fruit. Je l’ai trouvé assez persévérant.

P1050766P1050767

Ce fut une sortie réussie et intéressante. Et surtout gratuite. Ils sont sortis avec plusieurs «cadeaux» qui bien sûr servent bien plus de marketing que de cadeaux, mais l’entreprise n’est pas tenue de faire de l’éducation de la sorte et le fait tout de même. Alors on peut bien le souligner. Les employés étaient patients et de très bons pédagogues.

Les petits qui ont suivi ont commencé par faire du coloriage un peu à l’écart.

P1050760

Puis ils ont pu aller s’amuser avec des tablettes à leur hauteur avec des jeux à leur portée. Oui Lili était aux anges et est restée tranquille 45 minutes avec la bête. Elliot lui s’est amusé à toucher les boutons et ainsi faire réagir la machine de toutes sortes de façons.

P1050770 P1050771

 

Je tiens ma promesse, mais…

J’avais promis que nous sortirions plus, que nous prendrions le temps de voir des amis plus souvent, que des activités de groupe ponctueraient nos semaines. Je voulais que mes grands fréquentent plus de jeunes de leur âge. Je voulais que les plus petits vivent des expériences aussi vastes et trépidantes que les plus vieux au même âge.

Bébé ayant grandi, je voulais pouvoir donner un coup important pour stimuler les troupes, les motiver.

J’ai tenu promesse. Notre vie est riche, pleine d’action et d’expériences variées.

Je suis tellement essoufflée.

Nous sommes toujours en route pour quelque part, où une passionnante aventure nous attend.

Mais la routine nous manque. Le petit train-train quotidien calme et «plate» garde mes enfants à l’abri de la désorganisation. Présentement la vie est un chaos. Les enfants sont plus agressifs, manquent plus de respect, sont fatigués et moins coopératifs.

Même après plus de 14 ans en école maison, trouver le juste équilibre est encore une épreuve. La dynamique change avec les enfants qui vieillissent. Il arrive que mon énergie manque à l’appel.

Mais je me suis promis une chose très importante cette année: l’été est fait pour jouer comme le dit la chanson de Passe-Partout et cela sera pour moi aussi. J’ai survécu à une année scolaire sans être vraiment préparée. Je serai donc capable de le faire de nouveau. Cet été, la planification sera qu’une partie de mes semaines. Je compte bien profiter du reste de mes journées à modifier mon environnement (lire prendre soin de ma maison) pour que l’année prochaine soit facilitée et agréable.

Du travail sur moi à faire pour atteindre cet objectif.