Bouger en famille

Les enfants ont depuis toujours eu des sports ou activités parascolaires individuels. Et nous, les parents, notre sport devenait donc de faire du taxi les soirs de semaine et les fins de semaine. C’était un sport exigeant, voire un sport extrême, avec 5 enfants en âge de pratiquer. Il fallait parfois être à 4 activités simultanément.

Puis Mathis a délaissé son karaté.  Du jour au lendemain, adolescence oblige, il a perdu le goût à cette activité autrefois adorée. Lucie a épuisé son année de grâce au théâtre cette année. Ils lui ont donné une permission spéciale pour participer malgré ses 18 ans, mais là en septembre, ce n’était plus possible. Elliot voulait passer du patin au hockey, mais finalement pas vraiment, il voulait rester au patin, mais bof il ne le savait plus trop. Il a 4 ans. Lili a pris la décision de changer d’activité. Elle était tannée du chearleading, pratiqué depuis 4 ans. Elle voulait essayer autre chose. Yann a dépassé l’âge pour le club de hockey où il jouait.

Alors finalement, les étoiles s’alignaient pour que l’on puisse réaliser ce dont on jase depuis plusieurs années, mon mari et moi: des activités en famille. Nous avons décidé de ne pas payer aux enfants d’activités individuelles pour les sessions d’automne et d’hiver-printemps. Nous avons décidé d’investir cette argent, quand même bien plus d’un millier de dollars, dans des sports et sorties en famille: randonnée pédestre, ski de fond, patin, badminton, etc.

Nous avons décidé de reprendre le contrôle de nos fins de semaine et de nos soirées pour les passer à nous amuser ensemble avant que les grands ne quittent le nid et que tout passe trop vite sous notre nez. Nous voulons aussi faire plus de jeux de société ou de sorties comme aller patiner au canal Rideau à Ottawa ou aller glisser à St-Jean-de-Matha.

Les enfants sont emballés (sauf un, mais bon la majorité l’emporte). Ils sont contents d’avoir la possibilité de varier les activités et surtout de les faire tout le monde ensemble.

J’en suis donc à me bâtir une liste de sorties et d’activités, idéalement gratuites, à faire avec des enfants d’un an à 19 ans. Et c’est un bonus si on peut trainer le chien avec nous!

J’attends vos suggestions. Et je viendrai sûrement en parler ici pendant l’année.

Nous sommes prêts pour un changement!

La persévérance

Elliot, qui vient tout juste d’avoir 4 ans, a commencé son activité personnelle hebdomadaire lui aussi. Il voulait faire du hockey, mais ça commence à 5 ans. Nous l’avons donc inscrit à la pouponnière (apprentissage du patin pour les petits de 3-5 ans).

Sur notre patinoire maison, il patinait assez bien mais avec un support. Comme à la pouponnière, il n’y a pas de support, nous craignions qu’il ne veuille pas faire plus de deux minutes à tomber et à se relever. Nous avions tort.

Il est tombé de très nombreuses fois mais, à chaque chute, il se relevait de la façon dont les monitrices avaient montré de le faire. Une fois relevé, il se tenait les bras ouverts pour l’équilibre. Comme sur la photo.

Il s’est relevé sans relâche, et sans découragement. Vraiment fière de mon champion!

Avant-dernière ceinture

Mathis a réussi son test de ceinture brune en karaté Kenpo ce dimanche 30 avril. La progression s’est faite très vite dans les dernières années. Mais là une grosse grosse marche l’attend: l’ultime: LA CEINTURE NOIRE!!!!!!

Ce sera plus demandant pour nous avec tous les taxis qui seront nécessaires pour les compétitions obligatoires pour cette dernière ceinture.  Mais bon qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour nos enfants?

Un grand merci au dévouement de ses senseï, ceux ici sur la photo mais aussi une grande absente qui fait travailler Mathis très fort! C’est grâce à elle que Mathis se dépasse. Merci!

Patinoire très utilisée

Cette semaine de pluie et de chaleur a détruit la patinoire. Dommage que le printemps ait décidé d’arriver tôt cette année. Elle avait bien servi. Entre amis:

p1070532

Ou en famille:

p1070538

D’ailleurs Elliot s’est grandement amélioré cet hiver, il est devenu très autonome avec son support. Il reste à faire le pas de lâcher le support. Mais je ne crois pas que la patinoire sera utilisable de nouveau cette année, malheureusement. Et ce sera un projet à réévaluer pour l’an prochain. Beaucoup de travail d’entretien et de quantité d’eau pour les hivers en dents de scie que l’on a.

Une patinoire dans la cour

Nous avons souvent patiné sur l’étang mais, selon les années, la surface était plus ou moins grande, plus ou moins facile à entretenir ou encore plus ou moins accessible selon les redoux.

Cette année les garçons ont décidé de fabriquer et d’entretenir une vraie patinoire à côté de l’étang. D’ailleurs l’étang a calé cette semaine et une grosse plaque de glace a tourné de bord. Mes gars étaient bien contents de leur décision.p1060935

Beaucoup de travail. Ils ont tapé la neige et arrosé sans relâche. Les remontées de température étaient un peu crève-coeur. Mais ils ont persévéré. Yann étant pas mal plus déterminé que Mathis, qui a besoin,à cause de sonTDAH, de récompense immédiate. Travailler pendant 3 semaines sans pouvoir enfiler les patins a été une dure épreuve pour lui.

Nous avons donc patiné en famille le 31 décembre. Les enfants ont eu beaucoup de plaisir. J’avais pour ma part l’impression que mes pieds étaient dans un étau, je ne suis guère restée sur la patinoire plus de 8-10 minutes.

p1070433  p1070435 p1070439p1070442

Elliot ausi s’est découragé, il a remis ses bottes et a joué dans la neige autour de la patinoire. Mais les autres enfants ont joué au hockey ensemble pendant presqu’une heure. Ils étaient vraiment beaux à voir.

Yann s’est même essayé au patin artistique 😉 Et Mathis a fait le pitre!

p1070445 p1070436

Le lendemain, ils sont retournés. Yann avait arrosé le matin, et la glace était bien plus belle que la veille. La lumière de cette première journée de l’an était magique.

p1070451

En espérant que le redoux de cette semaine n’endommage pas trop leur suface.

Si ça vous chante, apportez vos patins et venez faire un tour. Il y aura du plaisir et Un Bon Chocolat Chaud, comme le dit la chanson de Carmen Campagne. (…oui je sais… cette référence trahit mon âge…) p1070453

Les disparitions

Ptite troupe sénior Les disparitions 2016

C’est le titre de la pièce de théâtre que ma fille a joué le 29 mai dernier à l’Arrière-Scène de Beloeil. Elle y tenait le rôle d’une narcissique. J’ai bien ri de ce rôle de composition. Une jeune fille fugue d’un centre d’art-thérapie pour adolescents, qui vivent tous avec un trouble de santé mentale quelconque. S’ensuit l’enquête policière et la réaction des autres pensionnaires.

Cette pièce est une création des jeunes acteurs eux-mêmes et de leur prof. La rédaction finale et la mise en scène sont réalisées par le professeur, Anne Bryan.

Est-ce parce qu’elle est rendue à 16 ans et qu’elle fait du théâtre depuis de nombreuses années?  Est-ce parce qu’elle était dirigée par une personne réussissant mieux à transmettre son art? Est-ce que cette pièce était tout simplement meilleure que les autres? Je ne sais pas, probablement un peu de tout, mais cela m’a plu. J’ai trouvé les jeunes acteurs très intéressants et sérieux dans leur travail.

Plusieurs poèmes et morceaux de musique ponctuaient la pièce. Certains de Beaudelaire, de Prévert… Lucie-Maud a récité son propre poème sur l’Art. Magnifique. Je l’avais déjà publié dans un article précédent, juste à cliquer sur le lien.  Elle a aussi utilisé le portrait sur lequel elle travaillait que j’ai aussi présenté dans un précédent billet. Ce portrait était celui de la jeune fugueuse de la pièce. Il était donc le portrait d’une des actrices de la troupe. Le père de la jeune fille a réclamé le dessin après la pièce. Lucie-Maud a reçu son premier chèque de paie, substantiel, pour sa petite entreprise de dessin. Elle était fière et nous aussi!!!

P1050905

Elle est déjà réinscrite pour l’automne. Elle est vraiment dans son élément. Alors qu’elle souffre de troubles anxieux dans sa vie quotidienne, lorsque’elle présente une pièce, elle n’est presque pas stressée. Elle peut en venir à vomir pour une sortie entre jeunes, mais elle arrive à la générale maitrisant bien son texte et ses déplacements et se sentant bien.

Elle avait une jolie troupe avec elle. Elle a eu du plaisir toute l’année. C’est la première fois que je la vois si bien avec un groupe. Ici en répèt…

Ptite troupe sénior en répet 2016

 

Le même théâtre offre aussi des cours à une troupe junior. Le fils d’une amie d’école maison y participe. Nous sommes donc allés voir la pièce des juniors aussi. Je l’ai trouvée bien ficelée, malgré un groupe impressionnant de 19 enfants. La pièce de Josiane Arsenault-Dubé, Sans sous-rire, était très intéressante, et les petits acteurs, ma foi, fort bien préparés et talentueux.

Bravo à cette cuvée 2016!

Les activités d’été

Comme l’an dernier nous avons fait une grand voyage à Disney (merci à mes parents), nous resterons plutôt calmes à la maison en 2016. Peut-être une petite fin de semaine de camping sera possible, mais j’en doute.

Mais les enfants ont, comme chaque année, une activité d’été selon leurs intérêts.

Cet été, Mathis jouera au baseball. Après plusieurs années à jouer, ce sport lui plaît toujours autant. Il aime bien être au premier but et se débrouille fort bien d’ailleurs à le défendre.

Lucie-Maud retournera, pour la 8e année (je crois), au camp de jour du musée des Beaux-Arts de Montréal. Ce sera aussi malheureusement sa dernière année puisque le camp finit à 16 ans.

Lili a une session de natation présentement et pourra probablement essayer un cours d’équitation. Elle y tient tellement.

Yann, quant à lui, d’une année à l’autre, il change. Il aime toucher à tout. Cette année ce sera le Dek Hockey 3vs3. J’espère qu’il s’y plaira.

Les enfants sont souvent dehors en été. Surtout les plus jeunes. Il y a tant à faire dans la nature. Mathis bâtit des ponts, Lili grimpe aux arbres. Il fabrique une arme de roseau, elle court les papillons.

Moi?

C’est une saison que je fuis: trop de chaleur, trop d’allergies.

Vraiment, je reste à l’intérieur, dans ma caverne climatisée, de laquelle je ne sors qu’à l’automne (oui je sais, je suis à l’envers du bon sens) Je suis contente de voir que je n’ai pas transmis cette haine de la saison douce à mes enfants. Et une chance aussi que j’ai de grands enfants pour accompagner les petits dehors et de grandes fenêtres (fermées) pour les regarder jouer.

Seule ombre au ciel d’été…  Beaucoup de projets extérieurs cette année: de la peinture, du jardinage, du bricolage… Vais-je survivre à la saison chaude???