Pixel vs Point de mire

Voici mon opinion de ces deux programmes de mathématiques du premier cycle du secondaire. Elle est basée sur l’utilisation des deux programmes avec mes enfants. Mon fils qui a utilisé Pixel est dyspraxique. Cela influence mon opinion.

Premièrement, ce sont deux cahiers d’apprentissage. Pixel se vend en deux morceaux: le cahier des savoirs (un genre de lexique des mathématiques et des façons de faire) et le cahier d’activités (le cahier d’exercices). Cela revient un peu plus cher que le cahier Point de mire dans lequel on trouve et les explications et les exercices, 30$ au lieu de 20$, grosso modo, pour l’année.

Mon expérience du cahier d’apprentissage Point de mire de CEC était déjà positive avant d’essayer Pixel pour mon autre garçon. Ma fille qui termine sa 5e secondaire l’a utilisé en 1re, 2e, 3e secondaires et cela l’a très bien préparée pour les cours de maths aux adultes en 4e secondaire. Ce programme est abondant. Je crois que ce serait le qualificatif juste. Il a des explications claires, des exercices d’applications nombreux (très nombreux) et gradués (gradués à petites marches). Il a plusieurs résolutions de problèmes courts graduées aussi. Le chapitre se termine par une révision couvrant les exercices d’application, les problèmes courts, une situation problème et une situation de raisonnement. Pour toutes ces sections, on retrouve aussi des reproductibles supplémentaires (donc des repros pour les exercices d’application, les problèmes courts, les situations problèmes et les situations de raisonnement). De quoi travailler en profondeur les aspects les plus difficiles. J’aime aussi la section réinvestissement de chaque chapitre qui reprend les notions vues du début du cahier jusqu’au chapitre courant dans des résolutions de problèmes courts. Je trouve intéressant de revoir la matière à plusieurs reprises mais dans les différents contextes des différents chapitres.  À chaque chapitre, on trouve aussi un carnet des savoirs de deux pages où la matière est seulement théorique, sans dessin ou exemple. J’apprécie cette section, car elle permet de mettre en mots mathématiques les notions vues. Et de voir si le jeune est capable de rendre abstraites les notions.  Les reproductibles nous donnent aussi un test par chapitre et un final, un bilan de mi-année et de fin d’année pouvant servir de révision globale et de soutien.

Pixel est moins fourni. Les exercices travaillent la théorie, l’application, les problèmes courts et plus longs. Les examens suivent le même pattern. Mais la quantité d’exercices est moindre. Les reproductibles offrent une feuille de consolidation par chapitre donc peu d’exercices supplémentaires. Les explications sont, selon moi, moins claires. On dirait que certaines choses sont poussées plus loin que nécessaire et d’autres passent par des chemins étranges pour faire comprendre les notions. Comme mon fils a des troubles d’apprentissage, il manquait vraiment de pratique pour certaines notions plus difficiles à comprendre. J’ai dû aller piger dans les exercices de Point de mire. De plus Pixel travaille beaucoup plus la géométrie, les manipulations d’outils géométriques. Cela a causé de nombreux problèmes d’exécution à mon garçon. Il est vrai que je ne lui ai pas fourni d’outils informatiques pour le soutenir comme certaines m’avaient nommé. Pixel demande aussi de nombreuses analyses écrites des situations, de nombreuses justifications. Il faut donc être capable de bien exprimer les situations en mots mathématiques. Voilà une autre difficulté majeure de la dyspraxie: l’incapacité à faire du sens dans l’écriture d’un texte. De plus les mots mathématiques sont difficiles à aller chercher dans sa mémoire où rien n’est classé, tout est fouillis. Mon autre garçon, qui ne l’a pas utilisé, aurait eu aussi de la misère avec cet aspect, bien qu’il ne soit pas dyspraxique. C’est un garçon qui comprend tout très vite et fonctionne de façon bien cérébrale, tout dans sa tête, rien par écrit. C’est un garçon de peu de mots. Il aurait donc eu de la misère avec ces justifications sans fin où il faut écrire les idées complètes en mots mathématiques pour justifier adéquatement. Mon opinion est donc biaisée par les particularités de mes garçons. Je le reconnais.

Les deux programmes offrent, dans leurs versions d’aujourd’hui, des vidéos et des exercices interactifs. Les guides-corrigés, fournissant reproductibles et corrigé des cahiers, sont faciles à obtenir chez CEC. Il suffit de commander en ligne sur leur site. Pour ce qui est de ERPI, ils ne veulent pas vendre à des parents d’école-maison, de peur que nous vendions les réponses aux enfants qui fréquentent l’école… (sans commentaires…) Il faut avoir de bons contacts pour obtenir ces guides-corrigés.

Dans les deux programmes, la planification est simple à faire, et l’étudiant est assez autonome dans sa progression lorsqu’il a un plan de travail. Point de mire se poursuit par son matériel semblable et complet au deuxième cycle du secondaire. Il couvre donc de la première à la cinquième secondaire. Ce qui est appréciable. Pixel ne travaille que le premier cycle du secondaire, nous obligeant à chercher ailleurs la suite au deuxième cycle. ERPI n’offre même pas de cahiers au deuxième cycle. Ma fille, sensible aux changements, s’est sentie rassurée de retrouver le même carcan année après année.

Oui il est clair que chez nous Point de mire a la cote. Mais un nouveau joueur s’est ajouté cette année.  Chenelière a sorti le cahier Sommets pour la 1re, 2e et 3e secondaire pour l’instant. Je ne l’ai pas feuilleté encore. Je verrai d’ici quelques années, mon autre fille étant en 4e année du primaire, ce que j’utiliserai dans l’avenir.

Thèmes 2017-2018

La période de l’année que je préfère pour l’école à la maison (pas pour les chaleurs horribles – euh torrides !): la planification des thèmes de l’année en anglais, en club nature, en club de lecture, en français… Le temps où je peux fouiller le net pour des livres intéressants, des idées d’activités originales, des mises en situation stimulantes. Le temps où je me permets des achats de livres pour pouvoir réaliser tous ces projets. Le temps où ma créativité est émoustillée. J’aurais le goût de tout faire maintenant, pas attendre au mois de janvier ou avril pour réaliser les activités.

En anglais pour les moyens et les petits, nous travaillerons les thèmes suivants: Pumpkins, Squirrels, Money, Groundhog Day, Books/Alphabet, Faces, Robots, Lost in… a city/Pigs.  Une petite mascotte sera à l’honneur pour chacun de ces thèmes. Je la ferai apparaître au début du thème probablement en réutilisant ma machine à voyager dans le temps. Une petite touche de magie pour les petits.

Pour le club nature, les projets sont moins avancés dans la planification, mais ça devrait ressembler à : Météo, Atomes et molécules, Digestion, Fossiles, Guimauve ou chocolat, Rat musqué et finalement Cochons. Il y a possibilité de changements car mes sujets sont encore au stade embryonnaire.

Dans le club de lecture, nous aurons un gros projet sur Roald Dahl en début d’année. Ensuite, les livres que je souhaiterais exploiter, surtout en lien avec l’éthique et culture religieuse, sont:

  • ABC Montréal
  • Les pierres d’Emma
  • La Tour de Babel
  • Nasreddine

Ainsi que les thèmes sur les poules, sur la fête des morts au Mexique et sur les arts.

Je sais, je sais j’ambitionne. Je n’aurai pas cette énergie. Mais bon, pour l’instant, la créativité s’emballe, c’est mon temps de l’année.  Ensuite nous verrons bien ce qui sera réalisable.  Comme j’ai prévu suivre des cahiers et manuels pour le français de mes enfants, contrairement à d’habitude où je partirais aussi dans des projets dans cette matière, j’aurai besoin de sortir de la routine pour explorer un peu plus dans le club de lecture.

J’ai tellement d’excitation à monter ces projets que j’ai toujours peur que les enfants ne s’y amusent pas. J’ai hâte de voir comment tout ça se déroulera.

 

Fairy Tales

Le groupe des moyens en anglais a travaillé un thème de Fairy Tales. J’ai utilisé les ateliers du cahier Literacy Centers Grade 2-3 de Evan-Moor pour mettre le sujet sur la table.

  • Fairy Tales Riddles : l’exercice est de jumeler l’image d’un personnage de conte à la description écrite correspondante. 
  • As Busy as a Bee : l’exercice est de jumeler la première partie de l’expression comparative à sa deuxième partie.
  • Super Sentence Sort: l’exercice est de répondre aux questions de la situation initiale du conte SETTING en jumelant les questions Who? Where? When? Did what?… avec les réponses logiques (en lien avec aucun texte).

Comme devoirs, ils avaient à lire le texte Sleeping Beauty au présent et répondre aux questions de compréhension. Ils devaient aussi prendre 4 phrases du texte et les mettre au passé et prendre 4 questions de compréhension et les mettre au passé aussi.

sleeping beauty fairy tale comprehension questions answer key

sleeping beauty fairy tale comprehension questions

sleeping beauty fairy tale picture dictionary

sleeping beauty simple present tense fairy tale

J’ai envoyé à la maison de nombreuses feuilles de théorie pour travailler le «simple past» et les «question words». Ces feuilles de théorie sont toujours facultatives, mais si les jeunes en font quelques unes, cela aide beaucoup à la leçon suivante. Je les ai trouvées sur internet ou dans des cahiers d’anglais. Les deux exercices en ligne suivants peuvent aussi être utiles pour travailler les verbes irréguliers au passé simple, ou les mots de questions.

Comme outils visuels, j’ai utilisé les fiches de Narrative Writing gratuites sur Teacher’s Pay Teacher’s, les fiches wh questions gratuites sur mes-english.com et les cartes à associer gratuites Mot de questions et ce que ça demande trouvées je ne me rappelle plus où… J’ai aussi utilisé les comic strips maker avec lesquels j’ai fait des fiches dialogues questions-réponses dans lesquelles il faut trouver les erreurs de concordance entre les questions et les réponses.

Comme second devoir, ils devaient lire le texte Catmania tiré du cahier Fun Tales 4 des éditions Marie-France. Je leur ai demandé d’y trouver au moins 5 verbes réguliers et 5 irréguliers au simple past. Il fallait aussi répondre aux questions de compréhension (#2 à #7 seulement). La question #1 demandait de faire la différence entre un fait et une opinion. Ils ont travaillé ensemble avec le matériel gratuit Fact or Opinion de Teachers Pay Teachers et ensuite ils ont répondu à la question #1.  Faire la différence entre un fait et une opinion était assez facile pour ce groupe d’âge, les moyens avaient quand même entre 10 et 12 ans. Mais de le faire en anglais, de saisir les nuances dans les choix de mots dans une autre langue, c’est ce qui a été le réel défi. Ils ont aussi fait ensemble le schéma narratif de Catmania. Ils ont pu utiliser la feuille Story Map with Calvin.

Comme devoirs après la seconde rencontre, ils ont lu le texte Several Cinderellas. Ils ont rempli la fiche comparative entre différentes versions de l’histoire et ils ont construit le Story Map de la version Disney de Cendrillon, toujours avec la même fiche que Catmania. Deuxièmement, ils ont tous reçu un conte différent qu’ils devaient lire et composer des questions YES/NO et avec WH-Words à la façon du travail fait sur The Sleeping Beauty énoncé plus haut. Ils devaient de plus en faire un dictionnaire visuel de quelques mots. Je leur ai donné les questionnaires venant avec les textes pour plus de pratique en compréhension après leur travail, si désiré. Les textes ont été choisis dans les cahiers de Evan-Moor suivants:

Read & Understand Fiction Grades 4-6

The Warrior and the Princess

Read & Understand Stories and Activities Grade 3

The Fisherman and His Wife

The Old Wise Woman

The Three Sisters

More Read & Understand Stories and Activities Grade 3

Pecos Bill

The Three Brothers and the Talking Toad

The Princess and the Pea

Le groupe des petits a aussi touché un peu à ce thème des Fairy Tales avec le monstre Nibbles de mon article précédent. Il fait le tour de quelques contes en croquant ici et là, changeant ainsi l’histoire. Avec la trame narrative du Little Red Riding Hood, que les enfants connaissaient tous, ils ont trouvé les Characters et Settings avec le matériel trouvé sur TPT. Ils ont pu l’appliquer à trois autres contes en équipe (Sleeping Beauty, Snow White and Seven Dwarfs, The Frog Prince) par la suite avec ce tableau.

Les Petits ont ensuite continué leur exploration du conte en faisant le pont vers leur prochain thème : Kangaroos and Koalas (letter K) et l’album jeunesse Finding Home.

Résultats de recherche d'images pour « finding home children book »

 

Petit format

Nous avons appris ce matin que Petite Crevette suivra le petit format de son frère plus vieux. L’échographie de croissance a montré un bébé en pleine forme et qui se développe bien, mais qui se tient sous les 20 centiles. Alors elle sera encore plus surveillée que prévu. Prochaine échographie de croissance dans deux semaines…

Mais elle nous a regardé bien en face de sa télévision au plafond. Comme si elle souhaitait prendre contact avec nous. Une belle face toute ronde. J’ai finalement bien hâte de faire sa connaissance.

Je devrai encore magasiner des petits pyjamas 0 mois. Ha la la ! si petit c’est tout de même épeurant. Si vous avez ça à donner, je suis preneuse.

 

Sentiment d’incompétence

Il vous arrive de vous sentir incompétente dans votre rôle de mère? De ne jamais prendre les bonnes décisions, d’avoir l’impression que vos enfants seraient plus heureux dans une autre famille, avec une maman performante?

Il y avait une discussion sur la crise de l’adolescence sur une page facebook que je fréquente. Ce qui ressortait est que c’est une invention des parents qui n’ont pas réussi à tisser une relation de confiance et de respect avec leur enfant.  Wow! Dites-moi alors où j’ai failli?

J’ai toujours eu une belle relation avec ma grande fille. Nous étions proches et nous jasions régulièrement de choses parfois profondes, parfois légères. Mais l’insolence du détachement s’est immiscé. Je croyais cela normal, elle veut prendre sa place. Je trouvais cela très dur, j’ai beaucoup de difficulté à accepter l’insolence, la provocation. Puis mon grand garçon est arrivé aussi à l’âge où ses propos sont inadéquats et irrespectueux la plupart du temps. Je me disais qu’avec son Tourette et sa dyspraxie, il était normal qu’il ne sache pas toujours dire les choses. Mon fils suivant a eu 13 ans en mai. Une débandade d’affrontements inutiles est née. Il est TDAH et Tourette. Les crises nous connaissons déjà. Les contentions physiques afin de calmer le tout aussi. Mais là c’est différent, il nous cherche… et nous trouve trop souvent.

Les enfants apprennent par l’exemple. Est-ce à dire que nous leur avons tant manqué de respect nous-mêmes? Selon évidemment la théorie ressortant de la discussion sur la-dite page facebook.

Chaque fois que je sens ce sentiment d’incompétence monter en moi, j’ai le goût de disparaître. Offrir à mes enfants une nouvelle vie où ils seraient respectés et aimés à leur juste valeur. Pourquoi mettre au monde cette nouvelle vie si je ne suis pas à la hauteur de l’emmener jusqu’à l’âge adulte dans l’harmonie? Pourquoi toute sa vie se donner pour ses enfants pour ne rien récolter parce qu’on s’y prend mal? Avons-nous tant vécu d’épreuves que nous en sommes sortis meurtris et incapables de bonheur à tout jamais?

J’ai ce fort sentiment d’incompténce ce matin. Comment faire pour corriger toute une vie? Ai-je gâché la vie de mes enfants? Réussiront-ils à passer au travers de cet héritage que nous leur avons tissé?

Monsters!

Tel que promis, voici le premier d’une série d’articles pour nos activités d’anglais réalisées cette année (2016-2017).  Le deuxième thème des petits fut le thème des monstres, comme déjà cité dans des articles précédents. Nous avons premièrement procédé à l’adoption officielle des monstres qui passeraient les prochains deux mois avec leur enfant. Voici les monstres qui étaient disponibles en adoption:

 

Je les ai disposé avec un nombre et les enfants devaient faire un choix secret en écrivant sur un carton leur premier, deuxième et troisième choix de monstre.

J’ai ensuite compilé le tout et remis à chaque enfant le toutou désiré. Une adoption heureuse!

Comme devoirs, ils devaient écrire une courte description physique de leur monstre, cinq phrases nous permettant de le reconnaître: textures, formes, couleurs, grosseur… Et ils devaient faire un journal d’aventure où chaque semaine, ils prenaient une photo de leur monstre dans une activité (ou ils pouvaient en faire le dessin) et sous la photo, écrire en une phrase l’activité réalisée. Les enfants avaient deux mois pour réaliser ces devoirs, puisqu’ils ne présenteraient leur journal d’activités qu’à la fin du thème.

En deuxième partie d’activité, nous avons travaillé le livre Glad Monster, Sad Monster.

Après la lecture de l’histoire, j’ai présenté les masques et nous avons discuté des caractéristiques des visages qui allaient avec l’émotion nommée. Puis ils ont eu à faire, en coloriage et collage, deux visages des monstres présentés: Visages à refaire Mais il aurait été possible de simplement colorier des visages: Visages à colorier

Comme devoir, ils avaient à remplir le petit carnet des sentiments que j’avais concocté; trouver, comme dans le livre, une situation pour chaque émotion: «I feel angry when…» et ainsi de suite.

À la rencontre suivante, nous approchions de l’Halloween, j’ai donc réinvesti les visages d’émotions avec les citrouilles. Sur le site de 1+1+1=1, dans le Pumpkin Fun Preschool Pack, pages 12 et 13, vous pouvez obtenir le petit livret des visages de citrouilles à dessiner selon les émotions. Ensuite pendant qu’un groupe faisait des muffins à la citrouille avec notre cook du tonnerre, l’autre groupe coloriait le « handout » sur The Old Lady Who Swallowed a Bat qu’on a lu pendant l’activité. Ils ont aussi joué au jeu de kim avec les objets de l’histoire. Et fait quelques reproductibles:  Halloween Activities – Spot The Difference   Halloween Activities – Word Search

Lorsque les muffins furent terminés, les enfants ont pu les glacer et j’y ai déposé un petit bonbon en forme de monstre. J’avais trouvé cette boîte de petits monstres sucrés à l’épicerie au printemps. J’avais vraiment hâte de leur offrir.

Pour continuer le thème des monstres, nous sommes allés du côté du livre Aliens love underpants.

Après la lecture du livre, les enfants ont eu à mettre en ordre les images de l’histoire et à désigner leur propre sous-vêtement. Enfin ils ont fait une course à relais dans un tunnel où des sous-vêtements (propres et de garçonnet de 2 ans) traînaient. Ils devaient en sortir un par visite du tunnel et l’attacher sur une corde à linge comme dans l’histoire. Beaucoup de rires!

Une troisième rencontre sur les monstres nous attendait. Les enfants ont pu jouer à deux jeux : un jeu de mémoire des émotions des monstres et un jeu de fabrique de monstres un peu à la manière des dominos: Moody Monster et Monster Factory. Ces deux jeux ont eu un succès … Monstre!

Ensuite est venu le temps triste de devoir remettre les monstres en toutou. Eh oui, les enfants étaient bien avertis qu’ils ne gardaient les monstres que pour deux mois. Mais ce fut tout de même un moment difficile. Si ce thème revient un jour, je devrai peut-être repenser cet aspect. Nous avons mis tous les monstres au centre de la table et j’ai lu les descriptions physiques que les enfants devaient faire en devoir. À l’écoute de la description, ils devaient me pointer le monstre dont on parlait dans la description. Ce monstre pointé disait au revoir et allait dans la boîte à monstres. Ils ont très bien réussi l’exercice malgré l’émotion.

Mais le toutou n’est pas parti sans laisser un souvenir. Un signet avec son nom et une corde au bout de laquelle pendait un pompon monstre. Alors ils ont eu à fabriquer leur pompon que nous avons attaché au signet. Puis à la façon d’un magasin, ils venaient me demander les lettres (en anglais bien sûr) qui épelaient le nom de leur monstre. ils pouvaient ensuite aller les coller sur leur signet. La beauté de la chose? J’avais trouvé au Dollarama des lettres de l’alphabet en forme de monstres. Un peu à cette façon-là:

Résultats de recherche d'images pour « alphabet autocollant monstres »

Ils ont aussi présenté leur journal d’activités réalisées avec leur monstre. Quelle agréable présentation!

L’activité qui a suivi servait de réinvestissement à la description physique de leur monstre. À l’aide du document Comparing Monsters, j’ai montré comment comparer les deux monstres dans un diagramme de Venn. Ensuite je leur ai envoyé deux monstres tirés du cahier de coloriage Monstro Color. En devoir, ils avaient à comparer les deux monstres de la même façon que le modèle. Leurs présentations étaient très divertissantes.

 

Enfin pour clore le thème des monstres et faire le pont avec le prochain thème des « Fairy Tales », nous avons raconté le livre Nibbles, The Book Monster.  Ce petit monstre jaune se promène d’un conte à l’autre pour se sauver de l’enfant qui lit l’histoire. Il n’y a pas à dire, cette histoire est vraiment bien ficelée, les enfants embarquent, cherchent les indices pour trouver par où il est passé. De plus, j’avais le toutou fabriqué par une amie.

Les enfants étaient totalement conquis. À la fin de l’histoire, le monstre est remis dans sa cage…d’où il sort encore pour une prochaine aventure. Comme devoir, ils avaient à inventer un moyen de garder Nibbles dans sa cage à partir du document suivant: Nibbles The Book Monster Activities.  Les idées, toutes plus farfelues les unes que les autres, ont fait de drôles de présentations.  Avec ce document, ils devaient aussi dessiner la visite de Nibbles dans leur livre de conte préféré.

Un thème riche à exploiter et plein de plaisir. J’ai adoré le planifier, l’animer et je crois que les enfants ont adoré le vivre.

Trop vieille

Lors de ma première échographie, je dois passer au comptoir du département de radiologie récupérer un petit papier jaune à rapporter à l’urgence pour indiquer que les radios sont prêtes. Je donne donc mon nom  à la secrétaire. Elle trouve les radiographies sous mon nom, et une date de naissance de 1973. Elle dit que ce n’est pas le bon dossier, car les radios de femme enceinte avec la date de 1973 sont incompatibles. Je dois lui confirmer que c’est bien ça…

Arrivée à la pharmacie, après mon premier rendez-vous en grossesse à risque, je commande mes médicaments pour le diabète de grossesse et les vitamines de grossesse. Je vais m’asseoir pour attendre ma commande. Lorsque je suis appelée au comptoir, une jeune, TRÈS jeune pharmacienne, me regarde et demande si les médicaments sont pour moi ou pour ma fille…

Lorsque je vous dis impossible, c’est aussi ça! 😉