Petit format

Nous avons appris ce matin que Petite Crevette suivra le petit format de son frère plus vieux. L’échographie de croissance a montré un bébé en pleine forme et qui se développe bien, mais qui se tient sous les 20 centiles. Alors elle sera encore plus surveillée que prévu. Prochaine échographie de croissance dans deux semaines…

Mais elle nous a regardé bien en face de sa télévision au plafond. Comme si elle souhaitait prendre contact avec nous. Une belle face toute ronde. J’ai finalement bien hâte de faire sa connaissance.

Je devrai encore magasiner des petits pyjamas 0 mois. Ha la la ! si petit c’est tout de même épeurant. Si vous avez ça à donner, je suis preneuse.

 

Sentiment d’incompétence

Il vous arrive de vous sentir incompétente dans votre rôle de mère? De ne jamais prendre les bonnes décisions, d’avoir l’impression que vos enfants seraient plus heureux dans une autre famille, avec une maman performante?

Il y avait une discussion sur la crise de l’adolescence sur une page facebook que je fréquente. Ce qui ressortait est que c’est une invention des parents qui n’ont pas réussi à tisser une relation de confiance et de respect avec leur enfant.  Wow! Dites-moi alors où j’ai failli?

J’ai toujours eu une belle relation avec ma grande fille. Nous étions proches et nous jasions régulièrement de choses parfois profondes, parfois légères. Mais l’insolence du détachement s’est immiscé. Je croyais cela normal, elle veut prendre sa place. Je trouvais cela très dur, j’ai beaucoup de difficulté à accepter l’insolence, la provocation. Puis mon grand garçon est arrivé aussi à l’âge où ses propos sont inadéquats et irrespectueux la plupart du temps. Je me disais qu’avec son Tourette et sa dyspraxie, il était normal qu’il ne sache pas toujours dire les choses. Mon fils suivant a eu 13 ans en mai. Une débandade d’affrontements inutiles est née. Il est TDAH et Tourette. Les crises nous connaissons déjà. Les contentions physiques afin de calmer le tout aussi. Mais là c’est différent, il nous cherche… et nous trouve trop souvent.

Les enfants apprennent par l’exemple. Est-ce à dire que nous leur avons tant manqué de respect nous-mêmes? Selon évidemment la théorie ressortant de la discussion sur la-dite page facebook.

Chaque fois que je sens ce sentiment d’incompétence monter en moi, j’ai le goût de disparaître. Offrir à mes enfants une nouvelle vie où ils seraient respectés et aimés à leur juste valeur. Pourquoi mettre au monde cette nouvelle vie si je ne suis pas à la hauteur de l’emmener jusqu’à l’âge adulte dans l’harmonie? Pourquoi toute sa vie se donner pour ses enfants pour ne rien récolter parce qu’on s’y prend mal? Avons-nous tant vécu d’épreuves que nous en sommes sortis meurtris et incapables de bonheur à tout jamais?

J’ai ce fort sentiment d’incompténce ce matin. Comment faire pour corriger toute une vie? Ai-je gâché la vie de mes enfants? Réussiront-ils à passer au travers de cet héritage que nous leur avons tissé?

Trop vieille

Lors de ma première échographie, je dois passer au comptoir du département de radiologie récupérer un petit papier jaune à rapporter à l’urgence pour indiquer que les radios sont prêtes. Je donne donc mon nom  à la secrétaire. Elle trouve les radiographies sous mon nom, et une date de naissance de 1973. Elle dit que ce n’est pas le bon dossier, car les radios de femme enceinte avec la date de 1973 sont incompatibles. Je dois lui confirmer que c’est bien ça…

Arrivée à la pharmacie, après mon premier rendez-vous en grossesse à risque, je commande mes médicaments pour le diabète de grossesse et les vitamines de grossesse. Je vais m’asseoir pour attendre ma commande. Lorsque je suis appelée au comptoir, une jeune, TRÈS jeune pharmacienne, me regarde et demande si les médicaments sont pour moi ou pour ma fille…

Lorsque je vous dis impossible, c’est aussi ça! 😉

19 fois Normal

C’est ce que j’ai compté sur le rapport de l’échographie cardiaque foetale. Le mot «normal» qui revient 19 fois.  Tout ce qui était important à voir a été vu. Le radiologue nous a rencontré pendant 20 secondes après l’examen, et tout ce qu’il avait à dire est que tout était parfaitement normal dans ce qu’il avait vu. Il a précisé que le reste non vu n’était que détails sans importance. Tout est de taille, flux, aspect, position, normal.

 

Il n’y a aucun mot comme malformation, irrégulier, absent, dysfonctionnel, etc.

Le texte est par ailleurs un peu complexe à comprendre, mais l’essentiel est dit: notre petite crevette va très bien!

La crosse aortique

Saviez-vous qu’il fallait absolument la voir à l’échographie de 20 semaines? Oui ça fait partie des gugusses à voir, compter et mesurer lors de cette échographie. Ils ne l’avaient pas vue, ça et quelques autres petits détails. Donc échographie à 23 semaines pour voir tous ces tuyaux, bouts de peau ou bidules manqués la dernière fois. C’était aujourd’hui.

La crosse aortique est encore manquante dans la liste des choses vues à cocher. Pour l’instant, cela ne semble pas trop inquiétant. Poupoune se développe bien: bonnes mesures, bons organes aux bons endroits et toujours le même sexe après une deuxième vérification probante. Mais les malformations cardiaques étant les plus fréquentes, et moi étant mère gériatrique (voir le film Le bébé de Bridget Jones, c’est devenu un running gag ici maintenant), rendez-vous pour une échographie d’urgence à Ste-Justine dans les deux prochaines semaines. Pourquoi en urgence? Parce que c’est à 23-24 semaines qu’il faut voir ça supposément. Stand by pour leur appel.

Pas d’inquiétude, juste pas vue la fameuse crosse aortique. Mais diable, un autre rv, un autre voyage à Montréal, une autre journée d’école de perdue… Cette grossesse est franchement demandante.  Il en reste moins devant qu’il y en a derrière, espérons que crevette, une fois née, sera moins exigeante.

C’est le temps de faire un vœu

canstock25006687

Ouiiiiiiii! Nous avons réussi à savoir sans vraiment de doute. À vous de deviner…

Un GROS indice, j’aime l’équilibre malgré mon côté déséquilibré.

Mais malgré que nous ayons eu accès à CE secret, il reste qu’une partie de l’échographie n’a pu être complétée car le bébé était mal positionné. Face à ma colonne, les deux mains au visage. Je dois retourner dans trois semaines pour faire une autre échographie et obtenir les infos manquantes.

Là je suis en vacances pour 10 jours. J’ai trouvé les 6 premières heures de route difficiles. Et je crois que bébé aussi, coincé dans ma position assise au volant. Demain encore 7h30 de route. Mais par la suite ce sera environ 1h30 max par jour jusqu’au trajet de retour.

Bon dodo! J’ai hâte de vous lire.

Mise à jour

Je suis absente ou peu présente.

Je le réalise, mais je n’arrive pas à faire plus. On dirait que le temps n’existe plus. Je crois que les 2-3 heures que j’avais entre 22h et 1h du matin étaient l’équivalent de journées entières de temps pour moi, pour moi seule, à planifier, fouiller, jaser, me faire des idées…

Là, dodo avant 22h30 tous les soirs. Alors je cours pour les enfants puis je me couche.

On dirait que je ne surpasserai jamais la zone de fatigue pendant la grossesse.

Bébé va bien, je sais que c’est le principal. C’est maman qui ne va pas. On dirait que tout est difficile cette fois-ci.

Je peux témoigner de façon éloquente sur le pourquoi on doit faire des enfants dans la vingtaine, début trentaine. À 44 ans, le corps passe d’autres genres de messages. Il est évidemment possible d’être plus en forme que moi. Mais le corps est tout de même passé à un autre stade de la vie.

Le diabète a commencé avant même que je sache que j’étais enceinte. Alors depuis le début de la grossesse que je me prive de manger. Après avoir perdu plusieurs livres, je viens de revenir à mon poids d’avant grossesse. Et je suis déjà à mi-parcours. J’ai décidé de manger à ma faim et d’utiliser l’insuline de façon plus abondante. J’en peux plus d’avoir le ventre qui crie. Mais la gestion de cette condition est exigeante.

Par mon poids de départ, malheureusement trop important, et puisque je n’ai pas pris en charge de maigrir avant de tomber enceinte comme mes autres grossesses (celle-ci étant une pure surprise), je vis des déceptions à répétition pour les échographies. On ne voit pas bien le bébé, on n’a pas encore pu voir son sexe, on n’a pas de bonne photo… on n’entend même pas le coeur au doppler. je dois à chaque rendez-vous de suivi passer une échographie rapide pour vérifier l’état du coeur. J’ai su que c’était aussi en bonne partie parce que le placenta est placé devant et donc qu’il empêche le doppler ou l’échographie de faire leur travail. C’est aussi pour ça que je perçois moins les mouvements. Je les sens de l’intérieur mais vraiment très peu de l’extérieur. C’est plus inquiétant et surtout triste parce que papa ne peut pas les sentir du tout.

Les enfants réagissent plus que je ne l’aurais pensé. Eux aussi étaient passés à autre chose. Là on dirait que les plus jeunes régressent et deviennent de gros bébés et que les plus vieux trouvent que les plus jeunes tapent plus sur leurs nerfs et que merde une autre «p’tite vermine» s’en vient… (excusez le langage adolescent).  Je dirais que seule Lili s’en tire avec de la hâte de voir ce petit bébé.

Mon mari doit ajouter au travail, qui déjà lui demandait du temps et du stress supplémentaires, des rendez-vous récurrents chez les médecins et radiologues. Seule bonne nouvelle au portrait, il aura 6 mois de congé à l’automne. sauf que cela demande beaucoup d’adaptation à ses patrons. Ce n’était plus au programme de son cheminement de carrière que de prendre ce long congé. Il ne s’en passerait pas pour autant. Et nous non plus à la maison.

Beaucoup de planification d’avenir. Une prise de conscience de l’âge que j’aurai lorsque ce dernier finira son secondaire à la maison (si cela reste son cheminement personnel). Je vois des bébés naissants à la télévision ou autour de moi et je me mets à pleurer. Je n’arrive pas à croire que c’est si petit un nouveau bébé. Comme si moi j’allais accoucher d’un bébé de 3 ans, déjà grand. C’est impossible d’être si petit. Je ne devrais pas avoir de nouveau un si petit bébé entre les mains.

Enceinte, je fais des rêves terribles. Ça vous est déjà arrivé? Des cauchemars indescriptibles tellement ils sont horrifiants. Cette fois-ci c’est pire. De plus je pleure pour tout et pour rien. Je n’ai jamais été sensible à ce point. Je vois un bébé, je pleure, j’apprends une mauvaise nouvelle, je braille ma vie. Oui je sais, les hormones, mais là je suis rendue à mi-parcours cela devrait s’être calmé. Tout est amplifié.

Selon les médecins en clinique de grossesse à risque, je ne dépasserai pas la date d’accouchement que j’ai eue pour Elliot. J’aurai une césarienne avant 37 semaines et 5 jours. Mon objectif est donc un 37 semaines bien fait pour qu’il soit à terme. Le reste, je l’endure et promis je ne chiale plus que c’est difficile… Jusqu’à la prochaine difficulté 😉