Projet d’auteurs 2019 – Christian Poslaniec

Les lecteurs plus chevronnés se sont attaqués cette année aux quatre romans chiffrés de l’auteur Christian Poslaniec : Le 13e chat noir, Le 12e poisson rouge, La 11e souris verte, le 10e lapin blanc.

Pourquoi lecteurs chevronnés? Parce que le langage est tout de même moins accessible qu’un roman québécois. Les histoires sont assez simples à suivre, mais les noms des villes, des régions, des mets, etc. sont typiquement français et ne nous offrent aucun repère. Malgré tout, mes lecteurs y sont arrivés, et certains en ont même redemandé.

Ces 4 romans sont bâtis sur un même canevas: le personnage principal, Christie Spivac, auteur de renom, a à se rendre dans une région autre pour une raison X. Sur place, il y a un mystère qui vient pimenter sa visite. Il aime se mettre le nez partout et trouve des indices différents auxquels les policiers n’ont pas pensé. Finalement, il arrive toujours à résoudre le mystère et dévoile sa déduction dans l’avant-dernier chapitre.  À la limite du policier et de l’aventure, les romans sont un bon divertissement, touchant à des thèmes comme la pêche et les contes classiques par la bande.

La pêche, élément important dans les romans

Le projet s’est déroulé en 2 rencontres.  À la première rencontre, j’ai présenté l’auteur brièvement et j’ai donné quelques explications rapides sur comment étaient bâtis les romans. Le reste de la période s’est déroulé en jeux de société.

À gauche, les 4 romans et différents livres écrits par Christian Poslaniec. À droite, les jeux de société utilisés.

J’ai utilisé les jeux de société pour rappeler le fait de faire enquête de façon différente. Les jeunes devaient trouver dans les jeux de société les éléments des romans. Il y avait aussi quelques énigmes, dont celle de trouver un indice supplémentaire dans les titres des romans présentés.

Énigme: Quel lien entre ces éléments et un des romans?

Ils pouvaient consigner les indices des jeux de société sur les feuilles suivantes: consignation indices jeux1

Ici un début de corrigé pour voir le genre d’indices à noter: consignation indices jeux corrigé

Voici les photos des énigmes des titres qui pouvaient aussi donner des indices supplémentaires:

À quel titre chaque photo faisait-elle référence? À écrire sur la feuille de consignation des indices des titres: consignation titres

  • Bien sûr , le 13e chat noir (K=13 aux cartes) :  Lien = monnaie de cartes =butin volé
  • L’image était pixelisée de noir, mais de plus en plus visible, le titre était en miroir dans l’eau du petit lac :  Lien= lac, vert dominant, le titre écrit en vert en miroir dans le lac, le mystère était vraiment opaque au départ, puis s’éclaircissait avec la lecture qui avançait
  • Les lettres étaient pêle-mêle, ils devaient reconstituer le titre :  Lien = tuyaux de plomberie pour les lettres
  • Il fallait tirer un indice de chaque couverture de contes classiques :  Lien = Le 7,+3 =10,  lapin,  blanc

Entre nos deux rencontres, ils devaient lire un des quatre romans. Il y avait deux équipes de 4 jeunes. Donc dans chaque équipe, les quatre romans étaient lus. Pendant leur lecture, ils devaient remplir le canevas de base sur cette feuille: Recette de rédaction des histoires numérotées de Christian Poslaniec.

Lors de la 2e rencontre, les jeunes devaient mettre en commun leurs indices découverts en lien avec leur livre lu. Puis, en utilisant les éléments des jeux de société qui n’avaient pas été retrouvés dans les romans, ils devaient bâtir un canevas de base semblable pour une histoire du 9e quelque chose.  Je ne voulais pas qu’ils écrivent une histoire complète; écrire un roman, ce n’est pas une mince tâche. Mais je voulais qu’ils inventent une histoire, en équipe toujours, en se fiant à leur canevas inventé.

Les voici en travail de création de leur histoire, qui a donné un résultat bien intéressant et très différent dans les deux équipes.

Exemple d’éléments qu’ils pouvaient utiliser tirés des jeux: VIVA TOPO a des souris et des chats et du fromage comme pions. Trois éléments déjà pris dans les livres. Il y a aussi des souris vertes, rouges, jaunes et bleues.  Les couleurs rouge et vert sont déjà prises. Le chat est orangé. Ils pouvaient donc utiliser le jaune, le bleu ou l’orangé dans leur titre d’histoire inventée.  Et ainsi de suite.

Nous avons eu Le 9e loup roux et La 9e grenouille bleue comme histoires inventées. Des histoires qui se tenaient, et qui utilisaient la même touche d’enquête que les romans de base.

Une activité qui a semblé intéresser les jeunes. Pour ma part, j’ai aimé que la formule diffère des années précédentes.

Les traverses d’animaux

À la fin septembre, nous avons commencé un projet sur les traverses d’animaux. Dans une première rencontre, j’ai commencé en racontant une histoire drôle comme mise en situation:  Why Did the Chicken Cross the Road.

To get to the other side!

Ensuite, j’ai raconté l’album jeunesse Charlie et Grisou (éditions Nord-Sud) où le lapin veut retraverser une grand-route, mais il s’est blessé en la traversant la première fois, donc il ne veut plus se risquer.

Après la lecture, j’ai présenté des traverses d’animaux à travers le monde et une dernière diapositive du document qui montre quels sont les éléments à considérer pour l’établissement d’une traverse efficace.

12 écoducs

notes et photos photos seulement

J’ai aussi présenté plusieurs cas réels pour prendre conscience des enjeux qui sont vécus. Il est intéressant de vouloir sauver les animaux qui veulent traverser une route, mais il faut que les animaux soient attirés vers cette traverse et souhaitent réellement l’emprunter. Il faut les empêcher d’utiliser d’autres endroits non sécuritaires. Et il faut apprendre des erreurs qui marqueront le projet, analyser la situation pour corriger les impairs.  L’étude de cas nous a permis cela.  Ci-dessous, les nombreux liens consulter. Ils sont en format PDF, mais les adresses des liens sont dans les documents. Je les ai sauvegardés en PDF pour mieux les consulter hors ligne.

An Underpass for Turtles in Wisconsin Is Saving Dozens of the Little Guys’ Lives _ Mental Floss

Christmas Island Red Crab _ National Geographic

crapauduc

Ecoponts et écoducs_ passages pour animaux et vitrines écolo _ Automobile

Fiche de synthese mai 2011 Eco Pont A7

How Did the Elephant Cross the Road_ _ Earth Rangers Wild Wire Blog

How effective are wildlife corridors like Singapore’s Eco-Link_

L’écoduc de Groenendael ouvert à la faune dès ce week-end

March of the red crabs – ABC News (Australian Broadcasting Corporation)

Red crabs march across Christmas Island – ABC News (Australian Broadcasting Corporation)

Salamander Tunnels Flunk First Test in Massachusetts – The New York Times

There Are Teeny Tiny Underpasses for Salamanders in Massachusetts _ Boston.com

Toads Hollow_ A Tunnel Underpass for Toads in Davis – California Through My Lens

Je souhaitais que les jeunes aient leur première idée, en discutent et se questionnent sur les éléments qui pourraient causer problème. Préalablement, ils ont dû faire une recherche sur leur animal ou écrire les informations importantes s’ils en inventaient un. Il fallait identifier les besoins, déterminer l’habitat et imaginer la traverse et les éléments attirants.

Ils ont eu 5 semaines pour compléter le tout, les présentations ont eu lieu au début de novembre. Vraiment, le résultat est assez impressionnant. Si je regarde les plus jeunes de 5 à 8 ans, qui ont multiplié les idées pour créer un environnement arboricole à leur panda roux, les objectifs de l’activité sont largement dépassés. Leur présentation était aussi très bien menée.  Les équipes variaient en âge et en nombre de membres, mais les enfants ont tous travaillé de façon autonome pour construire leur traverse. Les parents ont soutenu à la colle chaude ou à trouer des éléments.

Présentation 5-8 ans_Panda roux

Panda roux

Kangourou (et punching bags…)

Différents lémurs de Madagascar

Dracorne

Raton-laveur (et poubelles!)

Cheval

Licorne de Sibérie

Autruche

LÉGO = salamandre (tunnel à droite)

Hérisson

Centaure

Voici un exemple de court travail sur le dracorne.

 

Projet d’auteurs 2019 – Michael Escoffier

Notre projet d’auteurs 2019 a combiné deux auteurs extraordinaires. Je commence ici avec Michael Escoffier. J’aborderai le second auteur dans une prochaine publication.

Michael Escoffier, celui qui joue avec les mots, en invente des nouveaux et modifie les routiniers. Une présentation de l’auteur et de son univers a été faite par l’autre maman qui animait ce groupe. Les enfants se sont mis en équipe et ils ont choisi un livre à présenter.

Ensuite, à la maison, ils devaient préparer une présentation de leur livre à leur façon. Plusieurs possibilités étaient offertes aux participants, comme à l’habitude avec ce projet: pièce de théâtre, marionnettes, vidéo, livre, affiche, etc.

Elliot et son copain ont choisi le livre Au voleur! et ont décidé de filmer leur histoire de personnages en argile à modeler. Une heure de rire, d’effaçage de film, de reprise, et de rerire. Pour deux garçons de 6 ans, j’ai trouvé leur création vraiment formidable.

Je vous mets le lien pour écouter leur vidéo.

Et si vous préférez la version livre, cliquez sur le lien J’ai perdu mes parties

N’oubliez pas de laisser un commentaire d’appréciation pour les deux garçons.

Little Babadji et le tigre

Le tigre est le thème des rencontres 3 et 4 en anglais.  Pour le groupe des plus jeunes, j’ai exploité le livre The Story of Little Babadji.  Ce livre est assez ancien, connu sous le titre de Little Black Sambo.  Il a été réédité, selon certains «plus politiquement correct».

Cette histoire raconte qu’un petit garçon, vêtu de ses beaux vêtements, va faire un tour dans la jungle. Il va y rencontrer quatre tigres qui vont tour à tour vouloir le manger.  Le garçon leur proposera en échange une pièce de vêtement faisant de chacun d’eux le plus élégant de la jungle.  Les tigres finiront par se chicaner l’un l’autre , voulant tous être le plus grandiose.  Ceux qui seront mangés ne sont pas ceux que l’on croit.

L’histoire a une trame très répétitive, ce qui facilite la compréhension en anglais par les enfants. Après quelques répétitions, ils peuvent finir certaines phrases de l’histoire. L’idée de lui faire enlever ses vêtements un à un et de le retrouver en culotte caché derrière le parapluie a bien fait rire mes petits auditeurs.

Après la lecture, nous avons joué à un jeu que j’ai inventé. Il a fallu une petite adaptation après la première partie, mais je crois que nous avons trouvé un juste équilibre.Voici les différents éléments nécessaires pour le jeu.

Habillement du tigre

Images pour dé

Plateau de jeu et pion Babadji

Dans le premier document, Il faut imprimer le tigre nu en gros plan. Je l’ai imprimé en format affiche sur deux pages 8½ X 11. Il faut imprimé la page avec juste les vêtements (sans le tigre) avec le même agrandissement que le tigre nu, on découpe les vêtements.   Ensuite on imprime les 6 images de vêtements (pas le tigre nu) en format assez petit pour aller sur la face d’un dé de format choisi. Pour ma part, j’ai préféré le dé en mousse pour moins de bruit.

Le deuxième document est à être imprimé en format assez petit pour aller sur la face d’un dé de format choisi. Ici j’ai choisi de nouveau le dé en mousse.

Enfin dans le troisième document, on imprime le plateau de jeu en format affiche sur deux pages 8½ X 11 et le pion de Little Babdji en format régulier. On découpe le rectangle et on replie pour faire tenir le personnage debout.

C’est un jeu coopératif où les joueurs affrontent le tigre.  On place le personnage de Little Babadji sur la grosse roche (case) du plateau en bas à gauche. Ensuite les joueurs,  chacun leur tour, lance le dé avec Little Babdji et le nombre de cases à avancer.

Si le dé tombe sur un nombre de cases, le joueur avance le pion du nombre de cases demandé. Attention le moins devant le chiffre 2 veut dire de reculer de deux cases.  Si le dé tombe sur les vêtements du tigre, le joueur doit lancer le second dé avec les vêtements du tigre.

Si le second dé tombe sur le tigre portant une pièce de vêtement, le joueur pose cette pièce de vêtement sur l’affiche tigre. Si le dé tombe sur le tigre portant tous les vêtements, le joueur peut choisir la pièce de vêtement à poser sur le tigre affiche.  Enfin si le dé tombe sur les vêtements sans tigre, le joueur retire une pièce de vêtement au tigre affiche.

La partie se termine lorsque le tigre affiche est tout habillé, alors le tigre gagne, ou Little Babadji arrive à la maison sur le plateau de jeu, alors Little Babadji a gagné.

Les enfants ont bien aimé y jouer. Ils ont compris rapidement les consignes. Ils auraient pu devenir autonomes assez vite si le temps l’avait permis. Évidemment, l’idée est de nommer les pièces de vêtements et les actions à poser en anglais.

Ensuite, ils ont fait une oeuvre de peinture. Il fallait coller une image cartonnée de tigre sans rayures dans le fond d’une plaque à biscuit à rebord haut. Mettre quelques petites flaques de peinture acrylique. Des flaques oranges plus nombreuses et grosses que les flaques noires. Mettre des billes sur les flaques oranges et faire rouler les billes en inclinant de haut en bas le plateau. Du bruit, du plaisir, du résultat. Recommencer avec du vert et du jaune sur fond vert. Une fois le tout sec, découper le tigre et coller sur le fond. Elliot voulait des herbes par-dessus le tigre, alors on a travaillé vers ce résultat. Jessie a un tigre très noir. Lili, voyant les petits faire, a décidé d’essayer une fois le groupe parti. L’idée n’est pas de moi, elle vient d’ici.

 

En devoir, ils devaient illustrer en deux images cette petite comptine traditionnelle:

    • There was a young lady of Niger,
    • Who smiled as she rode on a tiger;
    • They returned from the ride with the lady inside
    • And the smile on the face of the tiger.

Le résultat fut assez amusant, toutes ces belles dames coincées dans le ventre du tigre. Tous ces beaux visages de tigre souriants.

Enfin, ils ont mangé une mignonne petite collation de clémentigre et de pudding de soya au chocolat et ils ont écouté une émission Wild Kratts Temple of Tigers (en anglais ai-je besoin de le préciser).  Attention soutenue, ils l’ont l’affaire les frères Kratt 🙂

Il reste une deuxième rencontre sur le thème du tigre. J’espère que j’aurai le temps de vous publier ça.

 

Mes choix de 6e année

Oui un peu tard, l’année est déjà bien entamée. Mais si cela peut vous être utile…

Une dernière année au primaire, une année de révision de tout ce qui a été appris pendant ces années d’enfance. Cet été, ma fille a gagné en maturité, maturité physique et mentale. Elle a tant grandi! Elle donne un bon coup de main à la maison, est une formidable grande soeur et a désormais un caractère épouvantable qui me rappelle drôlement le mien 😉

Pour l’accompagner dans cette dernière année de primaire, nous utiliserons, en français, de nouveau les cahiers Charivari et Clicmots des éditions Grand Duc. J’ajoute, comme les années passées, les romans complets des extraits des cahiers. De plus, j’ai trouvé le recueil de textes Clicmots qui donne des textes supplémentaires en lien avec les thèmes de Charivari (et de Clicmots, qui sont identiques).  Je complète avec des activités et projets en groupe de soutien. Il y a tellement d’expériences riches de toutes sortes dans nos activités de groupe.  Cela crée une super diversité dans les apprentissages.

En maths, j’ai décidé de ne pas refaire l’expérience des deux programmes simultanés, comme l’an passé.  Je croyais que cela lui donnerait de voir la matière de deux façons différentes et que cela enrichirait sa construction des savoirs. Mais finalement, ça n’a pas apporté de force intéressante.  J’ai donc pris Décimale de ERPI comme programme complet et Résolumath aussi de ERPI comme cahier de résolution de problèmes qui la pousse un peu plus vers la réflexion.

Pour les sciences et l’univers social, Lili continue de cheminer avec sa copine. Nous étions tannées, sa mère et moi, d’utiliser des cahiers réguliers. Nous avons donc décidé d’essayer de sortir de ce carcan. Nous avons pris l’abonnement à The Great Canadian Adventure: en géo en anglais (nos filles sont bilingues), en histoire en français.  J’ai aussi acheté The Canadian Adventure: A Virtual Trip Across Canada de The Canadian Homeschooler Learning Center. En plus d’utiliser de nombreuses ressources trouvées ici et là dans des ventes de livres usagés, en ligne et autres (je ferai éventuellement un article dédié à notre programme sur les provinces canadiennes).  Jusqu’à maintenant, les filles aiment beaucoup. Elles sont tellement plus enthousiastes avec ce programme qu’avec les cahiers. C’était une bonne décision.

Pour les arts, j’ai mis sur pied Une année de projets d’art pour m’obliger à faire des projets. J’ai tendance à toujours couper dans ce domaine quand je cours après mon temps. Comme nous visitons des musées, que nous voyons des pièces de théâtre et que nous assistons à des concerts, j’ai déjà une bonne partie des arts qui est faite.  Mais je souhaitais faire un peu plus de travail d’arts plastiques. J’ai découvert que Mathis aimait bien les arts plastiques et avait beaucoup de créativité, alors que Lili n’apprécie pas tellement ce domaine, bien qu’elle ait beaucoup de créativité aussi. Elliot a un talent assuré en dessin et une énorme imagination. J’ai donc mis sur pied Une année de projets d’art avec de la participation extérieure à notre famille en présentant un projet par mois sur 12 mois et en terminant toute l’année de création par un vernissage au printemps prochain. Cette aventure me force à trouver des projets et à les faire faire à mes enfants, mais il y aura une grande récompense à la fin de l’année: montrer toutes nos oeuvres aux familles étendues et amis. J’en parlerai aussi dans une prochaine publication. La réponse à mon invitation fut grandiose. J’ai tellement hâte au 5 juin 2020.

Enfin, en anglais, pour ceux qui me suivent depuis un bout, vous savez que je ne suis pas de cahier au primaire. Je continue avec mes rencontres d’anglais à la maison, divisées en trois groupes d’âge (3-7, 8-11 et 12-15). Les enfants ont le plaisir de voir leurs amis et de réaliser des projets avec eux, tout en apprenant l’anglais de façon stimulante.  La face du groupe d’anglais a beaucoup changé cette année, mais les rencontres ont été très plaisantes depuis le début de l’année. Une belle gang!

C’est ainsi qu’elle terminera son primaire. Elle me disait dernièrement qu’elle ne craignait pas du tout le secondaire, car elle aurait la même «prof», les mêmes amies, la même «classe», juste un an plus vieille.  Je crois aussi qu’elle voulait dire: le même énorme temps libre, les mêmes divertissantes activités de groupe et le même plaisir d’apprendre 😉

Rencontres Adolecteurs

L’année des adolecteurs s’est terminée en beauté encore une fois.  Après 6 rencontres d’après-midi durant l’année, à la bibliothèque municipale de Saint-Hyacinthe, rencontres où nos ados ont jasé de leurs lectures, et d’autres choses; après le vote qui a consacré Simon Boulerice gagnant 2019 du prix adolecteurs pour un roman québécois avec Le dernier qui sort éteint la lumière; après une année de lecture de 8 romans, 4 québécois et 4 étrangers; nous avons reçu une belle invitation à nous joindre aux élèves du collège Sainte-Marcelline (l’enseignante fondatrice des adolecteurs y enseigne) pour y rencontrer en personne l’auteur récipiendaire du prix.

Comble du bonheur, notre petit groupe d’école maison a pu passer 45 minutes en tête à tête avec Simon Boulerice. Ce fut très agréable. Il parle beaucoup, alors les jeunes ont posé peu de questions. Mais il a été généreux de détails croustillants et de stepettes tordantes. Les enfants ont adoré, ont remercié à répétition l’organisatrice et ont même reçu des romans donnés par les éditeurs. Il y en avait un par famille. Vraiment nous avons été choyés.

Pendant les rencontres des adolecteurs, les plus jeunes des familles, ceux qui ne sont pas encore ados, ont pu profiter d’un groupe de lecture à leur niveau (9-12 ans ou 4-8 ans)  Nouveaux de cette année, ces deux groupes ont été aussi appréciés.  J’ai déjà parlé de la sélection des plus jeunes dans un autre billet. La sélection des moyens, nommés Mollolecteurs, était celle-ci:

Celui qui a remporté notre prix maison Mollolecteurs est (roulements de tambour): La curieuse histoire d’un chat moribond. Je vous en conseille grandement la lecture, pour vous et pour vos enfants de 8 ans et plus. C’est facile à lire, hilarant et ça se poursuit avec un second tome.  Tout est réuni pour une super lecture!

Notre aventure se poursuit en 2019-2020, avec une toute nouvelle sélection adolecteurs, de nouvelles rencontres à la bibliothèque et les deux groupes plus jeunes de lecteurs en herbe.  Vous voulez vous joindre à nous?  C’est une rencontre par mois de septembre à avril (sauf décembre).  Faites-moi signe!

Sélection Minilecteurs 2018-2019

Voici les livres qui ont été lus et les activités reliées à ces livres pour le groupe des Minilecteurs (4-8 ans). À notre dernière rencontre, je leur ai fourni une feuille d’appréciation où ils devaient numéroter les albums en ordre de préférence de 1 à 9. J’avais aussi rassemblé sur une table tous les albums pour leur permettre de les feuilleter de nouveau afin de prendre leur décision.

 

La première lecture fut Le secret. Un livre intéressant à faire en début d’année autant pour le temps des pommes que pour établir une ambiance de confiance dans le groupe. Un secret partagé est toujours préférable à un coeur tourmenté.

  Deux albums pour la période de l’Halloween. Raconte-moi une histoire qui fait peur est à raconter avec effets sonores. La voix du petit personnage est écrite en mauve, le reste du texte en noir. La fin est une surprise.  Ça n’existe pas est un album plus interactif où il faut chercher les petits fantômes cachés à chaque double page. Ensuite nous avons caché et cherché des fantômes de papier. Une belle activité à faire en bibliothèque pour découvrir comment celle-ci fonctionne (découvrir le fantôme des documentaires, celui des romans jeunesse, celui des BD…).

 

Attends! Je veux te raconter une histoire! est un album avec des phrases répétitives et une fin surprise. Il est intéressant de le lire lentement, de faire participer les enfants à la répétition des phrases et à l’anticipation de la suite. Nous avons préparé des petites marionnettes de carton avec les différents animaux du livre pour pouvoir redire l’histoire après la lecture. Animaux à colorier et découper Ils peuvent aussi les dessiner eux-mêmes bien sûr.

 

Bon anniversaire Boa! permet de développer le sens de l’empathie en montrant aux enfants comment faire attention d’offrir un cadeau qui plaira à celui qui reçoit plutôt que d’offrir ce que nous nous aimerions recevoir. De plus, les cadeaux sont enveloppés, alors on peut jouer à deviner ce qui se trouve à l’intérieur des cadeaux dans le livre. Les enfants avaient apporté chacun un objet enveloppé et devaient le faire deviner aux autres enfants du groupe. Plusieurs situations d’écriture me viennent à l’esprit:

  • Écrire des indices pour faire deviner le cadeau (texte descriptif);
  • Écrire au contraire des questions à poser pour deviner le cadeau (phrase interrogative);
  • Décrire le cadeau idéal à donner à tel ou tel personnage, qu’on peut piger au hasard parmi des cartes personnages ou que l’enfant choisit lui-même;
  • Écrire un poème avec formule répétitive de ce que l’on donnerait à différents animaux (exemple pour illustrer, svp soyez indulgents, mon talent n’est pas celui des enfants)
    • Je donnerais au béluga
    • Des crayons de couleurs
    • Pour décorer sa blanche peau
    • J’offrirais au perroquet ara
    • Une cacahuète à l’heure
    • Pour ne pas qu’il devienne gros
    • J’apporterais au koala
    • un bouquet de fleurs
    • et un vase avec de l’eau.

Le chien, le chat et la souris est un livre d’anticipation. Il me fait penser à la vie entre frères et soeurs dans une famille. Les trois animaux ont fait un pacte, et le chien, incapable de résister, brise ce pacte. C’est un peu violent à la façon des cartoons américains mais très drôle. Les enfants ont adoré cette histoire.

Petit renard raconte la promenade du personnage illustrée en feuilles d’arbres. Très simple avec une seule phrase par page. J’aurais voulu faire un collage de feuilles d’automne comme activité, mais c’était impossible en bibliothèque, trop friables. Le mot qui arrêta la guerre est un beau livre pour lancer une discussion sur la nécessité des conflits armés dans le monde et l’impact qu’une seule personne peut faire. Les enfants ont tenté de trouver quel mot cela pouvait être, ils lançaient des idées et les autres argumentaient en faveur ou non de ces mots. Je crois que les enfants de 4 à 8 ans étaient trop jeunes pour cet album qui a été le moins aimé de tous .

Plus gro que le ventre a été bien apprécié, comme on peut s’attendre d’un livre de Michaël Escoffier. Il se tisse une interaction entre les enfants et le lecteur.  Il y a beaucoup d’humour dans les détails du livre, il est donc amusant d’observer longuement chaque double page et de commenter. Nous avons fait un petit projet de créer notre propre livre, où le monstre mange trois choses et lorsque le tout ressort tout est mêlé. On peut voir, sur la première photo, les pages couvertures des livrets fabriqués par deux enfants (10 et 5 ans) et la page finale du livre de la plus vieille où le monstre a mangé un livre avec des mots et que le tout ressort avec des syllabes mélangées. C’était un projet rapide fait en moins d’une heure. Mais je crois qu’avoir un peu plus de temps, le résultat pourrait être encore plus fignolé. Il serait possible aussi de fournir un canevas.