Densité et air chaud

Cette semaine, en science, cahier Bizz (éd. CEC) 4e année, expériences sur la densité de l’eau salée et sur le déplacement de l’air chaud.

 

Les 4 couleurs ont des quantités de sel différentes. Et on observe très bien que la plus légère se tient sur la plus lourde, la plus dense en sel se tient au bas de la moins dense. Lorsqu’on essaie de les mettre dans la paille en commençant par la plus lourde, on voit que la plus légère veut migrer au-dessus des autres et ça crée un beau mélange brun.  Expéricence bien montée, facile à réaliser et résultat évident.

 

Constater que l’air chaud se déplace vers le haut et provoque de la turbulence en le faisant. On le constate avec le tourbillon de papier et la fumée de l’encens qui monte droite lorsque pas au-dessus de la source de chaleur et en turbulence lorsqu’on la met au-dessus de l’ampoule incandescente.

Leurs hypothèses étaient justes, on était dans du connu, mais du plaisant quand même. Merci encore Isabelle.

 

Projet Roald Dahl

Émue encore une fois. Les présentions riches et variées des enfants m’ont totalement séduite.

À la saveur de l’an dernier avec le projet des contes réinventés, nous avons travaillé les histoires de Roald Dahl. Dans une première rencontre, j’ai présenté le personnage qu’est lui-même l’auteur. J’ai utilisé le livre Roald Dahl, Le géant de la littérature jeunesse pour bien des idées. On y trouve une description de tous les livres écrits par l’auteur, quelques articles biographiques, un article sur le langage spécial du Bon Gros Géant (le gobblefunk), un test sur quels personnages de Roald Dahl nous sommes, une ligne du temps et une photo de l’intérieur de son atelier d’écriture (petite cabane au fond de son jardin). Un super achat!

D’ailleurs, après une courte présentation de l’auteur, j’ai utilisé cette photo de son atelier d’écriture pour présenter son côté original. Les enfants ont écouté avec grande attention. Oui M. Dahl sait capter l’attention des petits et grands avec ses livres mais aussi avec sa vie.

Dans sa petite cabane d’écriture au fond de son jardin, il avait une table des curiosités. Une table couverte d’objets étranges ayant chacun une valeur importante pour l’auteur et lui apportant inspiration pour son écriture. J’avais demandé aux enfants d’apporter chacun un objet qui pourrait figurer sur leur table des curiosités, qui est donc important pour eux et qui les inspirerait pour écrire. Nous avons déposé, de façon anonyme, tous les objets sur notre table des curiosités. Ensuite les enfants devaient observer les objets et deviner quel objet appartenait à quel ami. J’ai nommé ce jeu: Connais-tu bien tes amis? On a eu beaucoup de plaisir. Avoir eu plus de temps, j’aurais demandé à chaque enfant d’expliquer le pourquoi de son choix d’objet, mais malheureusement trois heures, c’est vite passé.

 

Ensuite, j’ai choisi le moins pire des contes réinventés du recueil Un conte peut en cacher un autre et je l’ai raconté en arrêtant avant la fin.  Je leur ai demandé d’anticiper cette fin.  (Pourquoi le moins pire? Parce que ce livre ne plairait pas à toutes les familles, il est disons assez violent dans ses adaptations. Mon fils de 13 ans s’en est délecté.) Je leur ai ensuite lu la fin de l’auteur qui était vraiment inattendue.

Après la pause, j’ai séparé le groupe en quatre. Il y avait un atelier sur chaque table en rotation.

Le premier atelier était la tête de Compère Gredin (personnage tiré du roman de Roald Dahl Les deux gredins) dans laquelle j’avais glissé des objets du jeu Tactil. Sans regarder, juste en tâtant avec les mains,l’enfant plongeait sa main dans la tête, prenait un objet et le décrivait le plus fidèlement possible pour que ses coéquipiers devinent l’objet en question. Exercices favorisant l’utilisation d’un vocabulaire précis. La tête est le jeu original Ned’s head.

 

Au deuxième atelier, les enfants répondaient au test des pages 16-17 du livre Roald Dahl, Le géant de la littérature jeunesse : Quel personnage de Roald Dahl êtes-vous? Beaucoup de plaisir et d’humour dans cet atelier. Le troisième atelier portait sur le gobblefunk, ce langage spécial rempli de mots mélangés. Les enfants devaient trouver des adjectifs mélangés à partir de deux mots, et ce pour chaque lettre de l’alphabet.  L’adjectif nouvellement créé correspondant à la première lettre de leur prénom était couplé à un personnage de la liste des personnages associés chacun à une lettre de l’alphabet pour la première lettre de leur nom de famille. (pages 12-13, du même livre bleu)

ex: Katherine Léger (ça c’est moi hihi) est devenu kaléidoscopagique Oompa-Loompa.

Enfin, le dernier atelier était inspiré du roman La potion magique de Georges Bouillon. Les enfants devaient inventer une recette de potion magique, listant les ingrédients nécessaires et donnant les étapes de préparation. Ils devaient aussi dire à qui cette potion était destinée et pour obtenir quel effet. J’ai entendu bien des ricanements venant de cette table.

Nous avons terminé la rencontre par l’explication du travail à faire. Ils devaient se mettre en équipe ou seul, choisir un des livres de Roald Dahl dans la liste fournie, le lire et faire une présentation orale du résumé prenant la forme qu’ils souhaitaient.

Les présentations ont eu lieu à une rencontre deux mois plus tard.  Nous avons eu une belle variété de présentations: du jeu de société à la pièce de théâtre, de la maquette à l’exposition muséale guidée. Les enfants se sont de nouveau surpassés pour un résultat très divertissant, donnant le goût à plusieurs de lire les autres romans de l’auteur. Objectif atteint!

Le salut de la pièce de théâtre de Mathis, Xavier et Thomas : Charlie et la chocolaterie

L’exposition muséale guidée de Lili et Lausanne : James et la grosse pêche

La maquette de Damien, Édouard et Émryck : L’énorme crocodile

Et de nombreuses autres idées…

Voici différentes ressources supplémentaires et inspirantes:

RDDParty

RESSOURCE_La_malle_Roald_Dahl

  

Les éclipses (Sciences 4e année)

Ma fille de 4e année a la chance d’avoir une amie de son âge tout près avec qui elle travaille les sciences et l’univers social. Elles sont nées à 2 mois presque jour pour jour de différence, les deux familles faisaient déjà l’école maison. Elles ont donc grandi côte à côte, profitant de chaque rencontre des frères et soeurs plus vieux pour jouer ensemble.

La maman de cette copine est une amie d’importance. Nous avons affronté toutes les situations d’école maison possibles. Nous avons regroupé nos deux familles plus d’une fois pour plus de plaisir: anglais en groupe ou juste nos deux familles, club nature, français, arts plastiques, histoire du monde, projets variés, sciences, univers social, alouette!

Elle a des qualités que je n’ai pas et on se complète tellement bien. Elle cuisine et bricole de façon magique et arrive à intégrer les enfants dans ces tâches de manipulation. Elle m’aide énormément pour le découpage des pièces de matériel plastifié.

Elle devait faire la leçon sur les éclipses du cahier de sciences BIzz (éd. CEC) 4e année. Voici le brico simple et très efficace qu’elle a fabriqué pour les explications.

Merci d’être là!

4e année … déjà!

Et oui! Lili entamera sa 4e année en septembre, donc la deuxième et dernière partie de son primaire. Le temps file tellement vite. Et les choix sont tellement différents d’une année à l’autre, d’un enfant à l’autre.

Comme une petite crevette surprise viendra agrandir notre famille en septembre, j’ai décidé d’utiliser un programme complet en français et de compléter avec la littérature jeunesse que si j’ai le temps et l’énergie, plutôt que de choisir la littérature jeunesse et de complèter avec un cahier qui survole la matière. J’ai décidé de me donner une chance de moins planifier pour septembre.

J’irai donc avec Rafales de Chenelière. Et j’ajouterai le cahier de la Grammaire de base et le cahier Mission Réussite. Ma fille est rapide, je souhaite pousser la grammaire plus loin. Mission Réussite c’est tout simplement parce qu’elle apprécie ces cahiers un peu plus ludiques.

En maths, sans surprise, je continue avec Clicmaths + 4e année de Grand Duc. Mais comme cette année elle a terminé Clicmaths +, Math Monde et Mission Réussite avant la fin avril, je continue avec ces trois cahiers et j’ajoute L’Agent Math 004 pour l’an prochain. De toute façon, elle adore, elle en mange. Elle ne rechigne pas du tout à faire quelques pages par jour.

Ma fille et sa copine ont travaillé ensemble tous les jeudis de l’année scolaire (ou presque) pour faire l’univers social et les sciences ensemble. La maman et moi, nous sommes séparé la tâche de livrer la matière. Ce fut une expérience très appréciée de toutes, mères et filles. Nous reprenons donc l’expérience l’an prochain. Nous continuons de travailler avec les mêmes outils : Panache 4 de Chenelière et Bizz 4e de CEC.

En anglais, je continue les cours de groupe. Je n’ai toujours pas de programme défini à utiliser au primaire. Je monte totalement mon programme pour le groupe et je donne à ma fille des travaux supplémentaires tirés de toutes sortes de ressources de langue maternelle, dont Complete English Smart.

Je crois que ça fait pas mal le tour des ressources scolaires traditionnelles que j’utiliserai avec ma fille l’an prochain.

Ma fille est une très grande lectrice. Elle dévore toute lecture se trouvant à portée de main: BD, romans, documentaires, magazines… Depuis quelques mois, elle réclame de m’accompagner à la bibliothèque municipale, lors de mon bénévolat, pour se choisir des romans pour deux semaines. Elle a une rage incroyable de lire. Je profite donc d’occasions qui se présentent pour lui fournir des romans en lien avec ses apprentissages ou ses intérêts.

Par exemple, dans le cahier Panache de 3e année, dans la section sur les Incas, un extrait de roman est présenté. Lili était bien déçue de ne pas connaître la suite de l’histoire du personnage. J’ai acheté le roman qu’elle a lu en un après-midi. Je me suis rendu compte qu’il était 10 ans et plus en le payant à la librairie. Il était trop tard, Lili attendait le livre depuis plusieurs jours. Après avoir lu quelques pages, elle vient me voir et me dit: «Maman c’est quoi un sacrifice humain?» Je lui explique. Elle me répond qu’elle pensait bien que c’était ça mais voulait vérifier avec moi car elle trouvait cela trop triste.

Elle complète bien ses apprentissages et se divertit tout à la fois en lisant. Une amélioration marquée du vocabulaire et de l’expression écrite, qu’elle maîtrisait déjà assez bien. C’est beau de voir son évolution.

Utiliser la littérature jeunesse pour l’apprentissage scolaire

Troisième formation en enseignement avec la littérature jeunesse:  une axée sur l’utilisation de la littérature jeunesse en sciences, une seconde sur son utilisation pour mousser le développement du vocabulaire, et enfin hier, une journée entière avec deux ateliers (sur l’utilisation de la BD au 3e cycle et la littérature jeunesse au 2e cycle) et une entrevue avec l’illustrateur Stéphane Poulin avec comme toile de fond son nouvel album La boîte rouge  (écrit par Carl Norac et publié chez Pastel).

J’adore. Les idées s’accumulent dans ma tête à une vitesse folle pendant l’écoute de ces formations. Les adaptations possibles en école maison, soit pour mes enfants ou pour des animations de groupe, se bousculent dans mon crâne. Et ça me remonte le moral, je me trouve pas mal bonne, même si je suis entourée de professionnels de l’enseignement. Je trouve mes sens bien aiguisés pour trouver des idées. Je suis heureuse de trouver ainsi ma place. Je l’ai tellement cherchée. Je me questionne sur l’utilisation professionnelle que je pourrai un jour en faire. J’espère qu’après l’école maison, je pourrai tirer profit de ces formations et de mon expérience pour en faire un «travail» qui ramènera un peu d’argent au foyer.

En attendant, ces formations sortent plus d’argent qu’elles n’en rapportent. Avec toutes les suggestions d’achats de livres, je peine à me contrôler de dépenser des sommes inconsidérées. Justement ce nouvel album de Stéphane Poulin, sorti en novembre 2016, La boîte rouge, est exceptionnel. Nous avons eu la chance de voir et de toucher les vraies toiles en peinture à l’huile qui sont les illustrations du livre, nous avons écouté l’histoire derrière cette magnifique lecture. C’est officiellement le prochain titre en liste pour mes achats…ou ma fête si je suis capable d’attendre jusque là 😉

Ressources intéressantes pour les mordus:

  • le blogue J’enseigne avec la littérature jeunesse (avec des planifications annuelles, des pistes d’utilisation, des critiques…)
  • la page facebook J’enseigne avec la littérature jeunesse
  • le site Livres ouverts (des suggestions classées par thème, niveau scolaire, valeur, type, avec descriptions et pistes d’exploitation)
  • la revue Le Pollen et le blogue affilié (réseaux littéraires, critiques et suggestions de lecture, articles de fond…)
  • le site Le limier qui met l’accent sur l’utilisation de la littérature illustrée (BD, albums, utilisation en univers social…)
  • les maisons d’édition de littérature jeunesse (des fiches d’exploitation, des présentations des auteurs et des nouveautés…)
  • le site Classe de sciences (utilisation de la littérature jeunesse dans l’enseignement des sciences)
  • le blogue de littérature jeunesse Les p’tits mots dits (critiques, entrevues, idées d’exploitation…)

Le thé aux huit trésors

Une activité du club de lecture, hors programme mais reliée à notre tour du monde. Une histoire de vie typiquement chinoise, actuelle et adaptée au troisième cycle du primaire. Un roman duquel on peut tirer des tentacules vers des sujets d’autres matières.

Le thé aux huit trésors d’Anne Thiollier.

J’ai prévu une journée complète pour explorer ce roman. En matinée, nous le travaillerons en français. Ce roman est rempli de descriptions: de lieux, d’odeurs, de bruits. Nous irons donc les travailler en profondeur avec de nombreux extraits. J’ai préparé un document pour cette partie de l’atelier: descriptions-extraits . Pour aller plus loin dans le travail des descriptions et pour s’amuser un peu, nous jouerons à Identik. C’est un jeu de société où chacun leur tour les joueurs décrivent une image avec le plus de précision possible afin que les autres dessinent avec le plus de détails possibles. Ensuite les points sont gagnés en fonction de l’atteinte d’objectifs très précis. J’aime que le talent en dessin ne favorise pas ou ne défavorise pas les joueurs. J’aime aussi que les critères choisis pour les points soient assez aléatoires pour qu’il ne soit pas possible de savoir à l’avance ce sur quoi il faut mettre de l’emphase dans notre description. De plus, les participants doivent décrire rapidement en plus de décrire fidèlement, ce qui est porteur de fous rires!

Ensuite je poserai quelques questions afin de plonger plus profondément dans les perceptions des personnages. Ces questions nous mèneront vers la deuxième partie du travail qui sera en éthique et culture religieuse. Un des personnages vit sur un dépotoir. C’est une réalité dure, mais bien présente même dans nos sociétés actuelles. Nous visionnerons quelques photos et nous discuterons du phénomène.

Enfin, nous passerons à l’exploitation du thème du thé. Avec le club nature, il y a déjà quelques années, j’avais présenté une activité sur le thé. Je la reprends donc puisque ce ne sont pas les mêmes enfants. Il y a présentation de la culture du thé images, de la culture du thé informations, des couleurs du thé, des images du thé, d’un petit jeu d’association entre les pays et les théières, des rituels reliés au thé et, comme touche finale, d’une dégustation de thé. Il y aura aussi un nouveau volet tout spécialement pour le thé aux huit trésors qui n’était pas présent dans ma première animation. J’ai trouvé, à Montréal, un salon de thé où ils vendent ce thé. Les recettes peuvent grandement varier d’une région à l’autre, d’une famille à l’autre. J’ai donc élaboré ce petit volet à partir de la recette que j’ai entre les mains. Thé Long Jing

Thé aux huit trésors ingrédients selon le sachet à dégustation

Ingrédient spécial du thé aux huit trésors du roman

Je n’ai rien inventé, vous remarquerez que mes notes de présentations sont souvent du copier-coller de wikipedia ou d’autres sites ou blogues. Mon but n’était pas de créer un document à publier, mais d’avoir les informations et les photos sous la main pour en parler aux enfants. Ce sont des notes personnelles et non un texte à donner aux enfants. Sinon, je l’aurais écrit moi-même. Mais je vous offre ma recherche afin d’écourter la vôtre.

3e année, primaire, maths

Après quelques mois d’utilisation, qu’est-ce que je pense de mes choix?

Pour ma fille qui mange des maths, j’utilise comme matériel de base Clicmaths + 3e année et le petit supplément gratuit pour travailler la résolution de problèmes Sur la route des maths. J’aime qu’il y ait des mises en situation au début des chapitres. Ils nomment cette page « Souviens-toi ». J’aime les espaces de calculs quadrillés, car ma fille écrit encore très gros. Ça lui permet de se recadrer. J’aime le trait plus mince des dessins, la page peut être plus remplie tout en paraissant plus aéréé. J’aime surtout les explications, claires et détaillées, des notions. On retrouve le niveau fort des manuels Clicmaths, tout en ayant un matériel actuel et sous forme de cahiers d’apprentissage.

J’ai aussi le cahier Math Monde comme exerciseur supplémentaire et pour voir la matière autrement car chaque cahier a sa façon. Enfin pour pratiquer plus de situations Je résous (SAÉ), j’utilise à l’occasion celles de Tam Tam ainsi que les énigmes car elles sont mignonnes et plaisent bien à ma fille (mignons monstres). Elle est tombée sur un cahier dans ma tonne de livres dans ma bibliothèque et elle m’a suppliée de l’utiliser: Mission réussite en mathématiques. Ben oui elle adore le côté «magique» des exercices.

Ce programme peut paraître chargé, mais elle adore les maths et avance très vite (trop). Elle est largement en avance dans son cahier Clicmaths+ malgré la tonne d’autres sources dans laquelle elle travaille. Elle fait 3-4 pages de maths 4 jours semaine. Je la ralentis volontairement. Je suis déchirée de le faire. Mais présentement mon fils de 12 ans (niveau scolaire de sec.1) fait des maths de sec.2 et des sciences de sec.3 et comme la fin du secondaire approche et qu’il est loin de son 16 ans, je suis coincée au point de ne pas savoir comment je m’y prendrai pour l’acquisition de ses unités pour le diplôme et le décalage entre ses matières. Alors je résiste à créer le même décalage pour ma fille qui est déjà pour toutes ses matières en avance d’un an sur son âge.

Quels seront mes choix pour l’an prochain? Je ne sais pas encore. Sûrement qu’il ressembleront à cette année. Mais les manuels Clicmaths me titillent encore et toujours. Surtout que j’ai tout le matériel. C’est à suivre…