Vernissage scolaire et vente de l’oeuvre

Ma grande, qui fréquente maintenant le cégep en Arts, Lettres et Communication, a eu son vernissage il y a près de deux semaines. Le cégep est un minuscule cégep, le programme est encore plus minuscule. Ils ont commencé la session avec 9 étudiants, ils la finissent avec 4. Mais les oeuvres présentées par chacune étaient intéressantes, parlantes, criantes!

L’oeuvre de Lucie-Maud était à son image, pleine de bandes dessinées vivantes et colorées (littéralement des «bandes» «dessinées»), sur un fond plus sombre d’un portrait humain.

Son discours explicatif sur son oeuvre captait l’attention sur les détails et nous amenait dans les méandres de son imagination, de sa personnalité.

Le cégep, par l’entremise du Fonds des arts Desjardins, a acheté l’oeuvre de Lucie-Maud pour l’exposer en permanence au cégep. Donc sur cette liste des oeuvres achetées depuis 2005, figurera le seul nom de ma fille pour l’année 2018.

Toujours aussi fière d’elle et de ses réalisations qui s’accumulent avec les années.

Oeuvre

Texte

Le jet privé de Jessie-Anne

Après le permis de conduire une auto, voilà qu’elle vient d’obtenir son permis de conduire un avion!

Mathis promène sa petite soeur dans une caisse à lait ou une panier de lavage en la faisant voler dans les airs. Jessie ADORE ça, vraiment. Elle a droit à sa petite «ride» quotidienne, qui libère les bras de maman pour quelques minutes.

Pour alléger le fardeau (et disons-le s’amuser un peu), le grand frère a pris une boîte de carton et a bâti un avion sur mesure, en améliorant même certains détails après la promenade d’initiation. Et la petite soeur reste patiemment assise pendant les opérations (ce qu’on voit rarement de la part de mademoiselle).

Je crois que le sourire ne trompe pas.

Publication avec permission spéciale du grand frère.

Un calendrier de l’Avent en anglais: thème Canada

Cette année, le groupe des moyens, dans mon club d’anglais, traversent le Canada. Tous leurs apprentissages se font autour du thème du Canada. 

Je leur ai donc préparé un calendrier de l’avent à partir du livre The Twelve Days of Christmas in Canada de Ellen Warwick et Kim Smith. C’est l’histoire d’une petite fille Juliette qui va traverser le Canada avec son cousin et sa grand-mère. À chacune de ses escales, elle envoie une lettre à ses parents leur expliquant ce qu’elle voit, ce qu’elle visite. De plus, chacune des escales ajoute un vers à la chanson classique «The Twelve Days of Christmas» qui a un «Loon in a Maple Tree» comme phrase du premier jour.

J’ai décidé de leur donner une lettre par deux jours afin de leur laisser le temps, dans leurs vies très riches d’école maison, de lire les lettres et de s’amuser avec un petit dessin/mandala du cahier à colorier Colour Me Canada À Colorier que j’ai pris chez Scholastic.

Voici la lettre d’introduction au voyage et le premier mandala envoyé. Nous avons travaillé le Maple Tree dernièrement comme sous-thème de notre rencontre, ce mandala est donc tout indiqué.

12 days of xmas_Maple Leaf

12 days of xmas_3-Introduction letter

Première escale de notre Juliette: Charlottetown, PEI.

La sélection de romans du groupe des Mollolecteurs

Pour occuper les plus jeunes frères et soeurs de mes adolecteurs, j’ai décidé d’avoir un groupe de lecteurs d’âge moyen (9-11 ans). J’ai eu beaucoup de plaisir à faire la sélection de livres pour leur groupe. Québécois, traduction, humour, fantastique, émotions, réflexion, graphique, je voulais un peu de tout.

Voici la sélection:

  • À lire pour le 26 septembre: La curieuse histoire d’un chat moribond de Marie-Renée Lavoie (sélection officielle au Prix Jeunesse des libraires 2015)
  • À lire pour le 24 octobre: Hortense Craquepote et moi de K.Lambert (sélection Communication-Jeunesse 2016-2017)
  • À lire pour le 28 novembre: Même pas vrai de Larry Tremblay et Guillaume Perreault (Prix TD pour l’enfance et la jeunesse, Prix jeunesse du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Prix Marcel-Couture, Prix Alvine-Bélisle, Sélection annuelle Communication-Jeunesse 2017/2018)
  • À lire pour le 23 janvier: les 15 premiers chapitres de Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker (lauréat du Prix Jeunesse des libraires 2018, recommandé par Sophielit.ca)
  • À lire pour le 27 février: la 2e partie de Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker
  • À lire pour le 27 mars: les 11 premiers chapitres de ScaraBoy de M.G. Leonard (lecture recommandée par LesLibraires)
  • À lire pour le 17 avril: la 2e partie de ScaraBoy de M.G. Leonard

J’ai des lecteurs de toutes forces, voilà pourquoi les plus gros romans sont divisés en deux. Je me garde la possibilité d’ajouter un titre ou deux, si la lecture s’avère plus rapide que prévue.

Les dates citées ci-haut représentent les jours de nos rencontres à la bibliothèque de Saint-Hyacinthe pour jaser de notre lecture du mois et participer à une ou deux activités ludiques. Ludiques? oui. On lit ces livres pour le plaisir et la discussion, pas pour en faire du travail scolaire. Nous tiendrons un vote sur notre lecture préférée parmi ces livres à notre dernière rencontre. Mon but est d’envoyer une lettre expliquant notre club de lecture et le résultat du vote à la maison d’édition et à l’auteur gagnants de notre vote populaire.

Si vos lecteurs de 9-11 ans veulent se joindre à nous pour le vote, qu’ils lisent les livres et votent avant le 17 avril 2019. Vous pouvez me faire parvenir les votes ici sur le blogue en commentaires de cette publication. Plus il y aura de lecteurs, plus le résultat sera significatif. (Prénom et âge du voteur requis).

Anglais: un 2e enfant passe le test!

Il a passé son test d’anglais aux adultes, le Prior Learning Examination. C’est le même test que ma fille avait passé il y a deux ans. Un test qui sert de classement et de sanction en même temps. S’il est réussi, TOUS les crédits de sec 4 et 5 sont acquis pour l’anglais.

Mon fils a donc réussi ce matin, son secondaire 5 en anglais est dans la poche! S’il voulait aller chercher de nombreux crédits supplémentaires, il pourrait choisir anglais enrichi comme ma fille. Mais lui désire faire un DEP et donc tous les crédits optionnels seront acquis par son DEP.

L’enseignante d’anglais a dit que le test changeait en janvier. J’espère que ce ne sera pas de trop gros changements car j’aimerais bien que mes autres enfants puissent obtenir leurs crédits de cette façon aussi. Je suis heureuse de voir que notre apprentissage de l’anglais à la maison donne des fruits.

Aucun cours d’anglais nécessaire à l’école. Juste un seul test et c’est réglé. Maintenant si le gouvernement pouvait permettre aux enfants de moins de 16 ans d’obtenir des permissions spéciales de passation des examens aux adultes, là la vie serait parfaite !

Atelier Et si j’étais…

Et si j'étais... Un des ateliers d’écriture que j’ai donné cet automne portait sur l’album jeunesse Et si j’étais… (d’un collectif d’auteurs). Livre poétique, les pages abordent toutes un thème différent à travers la formule Et si j’étais… Les textes utilisent des mots riches, doux, féériques. Les illustrations sont fabuleuses. On pourrait être porté à croire que c’est un livre plutôt féminin, le personnage récurrent étant une jeune fille et certains thèmes tombent dans le rose et le bonbon. Mais il y a autant de pages pour attirer les garçons lorsqu’on prend la peine de le lire en entier: écureuil, ville, petit bateau…

Exemples de pages:  

Nous avons commencé l’atelier par une lecture commune où chaque enfant a lu une page à haute voix. Nous  montrions l’illustration avant la lecture et après la lecture de la page. La première fois, on attirait l’attention par le dessin, la deuxième fois on pouvait mieux s’approprier l’image avec les éléments du texte entendu.

L’étape de travail suivante, les enfants ont mimé les mots-titres chacun leur tour afin de les faire découvrir aux autres. Le mot deviné, on accrochait l’image au mur.  Une fois toutes les images accrochées, les enfants en équipe pigeaient des mots tirés des textes (3 mots ou expressions par page, sauf MOI-MÊME qui en a deux) et discutaient de la page où ils se souvenaient avoir entendu ce mot. Au besoin, ils pouvaient consulter le livre qui était à leur disposition.  Voici le document image-mots avec toutes des images à colorier disponibles gratuitement sur internet et la banque de mots.  J’ai choisi les mots les plus représentatifs des pages. Un bon exercice de cartes mentales à la base de la situation d’écriture qui suivra.

Pour cette situation d’écriture, les enfants devaient écrire un titre: Et si j’étais… (quelque chose). Puis, toujours en équipe, ils devaient trouver des mots pour se construire une banque de mots en lien avec leur thème. Pourquoi en équipe? Parce que je voulais de l’entraide pour trouver des mots riches, des verbes variés. Alors ils ont donc travaillé ensemble sur la banque de mots de chacun.  Ensuite venait l’écriture du brouillon, la correction et la version finale avec dessin.

Voici un exemple de texte, enfant de 10 ans en 5e année.

J’ai donné à chaque enfant une petite case MOI-MÊME où ils devaient écrire Unique, Fantastique et deux autres adjectifs personnels les caractérisant.

J’en ai profité aussi pour travailler le conditionnel présent. Choisir quatre pages dont on retirait les verbes au conditionnel. Trouver l’infinitif de ces verbes. Observer les régularités (verbes en er, verbes en ir, verbes irréguliers…). Et finalement choisir quatre verbes (un de chacune des pages), en essayant de varier les verbes modèles, et en écrire les déclinaisons à toutes les personnes (je, tu, il, nous, vous, ils)

En réunissant toutes les productions écrites des enfants, nous avons pu créer notre propre livre Et si j’étais…

 

(J’ai manqué de temps pour prolonger l’activité. Je souhaitais en faire une activité d’éthique et culture religieuse sur la connaissance de soi et de l’autre. Je voulais que les enfants choisissent une des quatre pages possibles: Et si tu étais un métier, Et si tu étais un oiseau, Et si tu étais un objet, Et si tu étais un livre. Et qu’ils écrivent sur la page des autres ce qu’ils pensent que cette personne serait si elle était un oiseau, un métier, un livre ou un objet. Donc Pierre choisit la feuille Et si tu étais un oiseau. Les autres enfants viennent écrire sur la feuille de Pierre. «Pierre tu serais un aigle car tu as un bon sens de l’observation.» «Pierre tu serais un colibri car tu travailles très fort tout le temps.», etc. Oui rester dans le positif serait un impératif.)

 

 

Comment fêter sa fin de secondaire en ÉAD

(ÉAD : École à domicile)

Ma grande est rendue au cégep. Elle va bien à l’école, réussit et trouve sa voie tranquillement.

Elle a fait toute sa scolarité, avant cégep, à la maison. Elle n’a mis le pied à l’école aux adultes que pour les examens. Qu’elle a d’ailleurs bien réussis.

Lorsqu’elle était à la maison, pendant son secondaire, elle a hésité un peu en 2e et 3e secondaire , à savoir si elle retournerait à l’école pour finir son diplôme. Elle s’est sérieusement posé la question. Pourquoi? Parce qu’elle voulait un bal des finissants.

Ses études à la maison, ses activités en groupe de soutien, ses sorties éducatives, ses temps libres abondants, tout ça la ravissait de l’école à la maison. Mais manquer l’étape cruciale du passage à l’âge adulte par le bal des finissants, ça la chicotait.

Ma fille est une artiste. Elle s’habille à sa façon, pense à sa façon et agit à sa façon.  Je la voyais mal suivre les conventions tellement collet-monté de la robe à flafla, la limo, l’avant et l’après-bal…

Je lui ai proposé de trouver une façon bien à elle de fêter sa fin de secondaire. Elle a aimé l’idée. Finalement, c’est moi qui ai trouvé l’idée qui deviendra son choix: aller coucher à l’hôtel du Château Frontenac à Québec. Se récompenser en vivant le grand luxe pour une nuit.

Elle aurait souhaité, au départ, y aller avec des amis d’école maison qui vivaient la même fin qu’elle, mais ce sont ses cousines qui l’ont accompagnée, dont une qui était en fin de secondaire aussi. Cela l’a comblée de joie. Elles ont eu bien du plaisir, à ce qu’il paraît. J’aurais aimé être un petit oiseau pour voir ça.  Après 18 ans passés auprès d’elle tous les jours de sa vie, ne pas prendre part à cette petite fête était un peu difficile. Mais nous lui avons fait un souper de félicitations. Et avons regardé ses photos tout en écoutant ses commentaires divertissants sur cette fin d’aventure bien particulière.

Nous avons payé la chambre d’hôtel (probablement l’équivalent de ce que nous aurait coûté un bal des finissants standard), et elle s’est payé le reste du trip.

Je crois qu’il est important de répondre à certains besoins, même en école maison. Ma fille ressentait le besoin de souligner ce passage, nous l’avons fait.  Il y a plusieurs façons de la faire, au moins autant qu’il y a d’aventures d’école maison.  Nous avons trouvé notre formule, et Lucie-Maud en gardera un souvenir impérissable, tout comme d’autres autour d’elle sont retournés à l’école et garderont un souvenir de leur bal standard. Elle aura ainsi bouclé la boucle de l’école maison.  Petits pincements au coeur pour maman, mais pincements remplis de fierté.