Mon fils, ce spécialiste

Vous arrive-t-il parfois de penser que vous avez failli face à votre enfant?

Elliot m’avait demandé, l’an dernier, de lui apprendre à lire. Nous avions commencé Enquête au village des sons. C’était assez ardu, donc nous n’en faisions pas trop souvent pour ne pas l’écoeurer, il avait 4 ans après tout. Avec le temps, nous sommes tout de même passés au livre deux avec un peu plus de facilité. Mais depuis le  milieu de l’hiver, complètement dépassée par tous les taxis familiaux à faire et les activités à préparer, j’avais délaissé le cahier.

Apprendre à lire à un enfant demande du temps. Ça demande de s’asseoir à ses côtés et d’être patient. Il est plus facile alors, lorsque nous sommes débordés, de donner du travail autonome aux plus vieux et de laisser jouer les plus jeunes. Et les jours ont passé, les semaines, puis les mois…

Mais lui n’avait pas oublié qu’il voulait apprendre à lire, et il s’est mis à essayer de lire plein de choses.  À écrire, aussi, de nombreux mots, titres, onomatopées, sur ses dessins. En observant le mot FIN écrit à la fin des films, il s’est mis à l’écrire à la fin de ses histoires. Il a réclamé qu’on lui épelle des mots, fréquemment.

Nous sommes revenus au cahier la semaine dernière. Il avait fait un bon de géant. Oui, sans avoir touché à ce cahier pendant des mois, son cerveau a mûri, a fait des liens. Et maintenant, il est meilleur, nettement meilleur. Par lui-même. Par sa détermination.  Il ne lit pas encore vraiment. Il lui manque de nombreux sons. Mais la mécanique est là. Il l’a saisie. Je crois que nous sommes sur la bonne voie. Non, IL est sur la bonne voie, car moi je l’ai un peu laissé tomber. Je m’en veux de ne pas avoir nourri plus son désir de lire.

Il a tellement hâte de dévorer les livres comme ses frères et soeur plus vieux. Il «lit» déjà beaucoup, de façon très attentive. J’ai hâte de le voir redécouvrir toutes ses lectures en les lisant vraiment cette fois-ci.

Je me sens coupable de l’avoir abandonné. Moi qui ai toujours voulu une grosse famille, je trouve difficile finalement de donner sa juste part d’attention à chacun. Les roulements de la maison et de l’école maison sont tellement prenants… Il ne gardera pas de séquelles de cet «abandon», je le sais. Il se développera très bien et sa lecture aussi. Mais quand même…

Elliot est un spécialiste des mots. Au baseball de son frère l’autre soir, il a commencé un jeu. Il s’est installé à 40 pieds de moi, il voulait écrire un mot. Il est venu me voir en courant. «Maman, tu vas me dire les lettres d’un mot et je vais les écrire dans le sable là-bas.» «D’accord» (on ne peut pas être contre ça, n’est-ce pas? 😉 ) Il se mit à réfléchir à son mot. Je m’attendais à un mot d’un garçon de 5 ans: maison, chien, ou même baseball aurait été thématique. Non, il a voulu écrire SPÉCIALISTE. Allez donc savoir pourquoi, il ne le savait pas lui-même, mais c’était le mot qu’l voulait écrire. (D’ailleurs Elliot utilise souvent des mots complexes, mais toujours dans les bons contextes.) Je lui ai donc épelé le mot, et à chaque lettre, il partait à courir, écrivait la lettre et revenait me voir pour la suivante. Après avoir terminé son mot, il a ajouté Elliot au-dessus (il faisait trop noir pour la photo).

Il était Elliot, le spécialiste. ❤

 

 

 

2 réflexions sur “Mon fils, ce spécialiste

  1. Je pari que tout le combat suite à la publication du règlement y est pour quelque chose aussi. En tout cas ici, oui! Au moins, nous n’avons pas cesser d’apprendre, bien que différemment. Ton fils en ai la preuve 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s