Le cycle de la vie, le cycle de l’inquiétude

Apprendre à être parent est une avenue cahoteuse et exigeante. Il n’y a pas de mode d’emploi, même si de nombreux auteurs ont voulu nous faire croire le contraire. Nous apprenons donc au jour le jour, à travers bons coups et échecs. Un nouvel enfant, et c’est souvent tout à recommencer; les méthodes qui fonctionnaient avec le premier ne donnant rien de bon avec le second.

Voilà la game que nous acceptons de jouer lorsque nous devenons parents. Je m’y attendais, et même si parfois la game semble trop difficile et que le désir de tout laisser tomber pour un temps est présent, on se relève les manches et on continue, parce que c’est ça la game, tout simplement. On choisit d’avoir des enfants, on doit donc choisir à répétition de continuer sans baisser les bras pour la vie entière.

Mais il y a une chose dont je ne soupçonnais pas l’ampleur. Une chose, qui se multiplie avec les années et avec le nombre d’enfants: l’inquiétude.

Je savais que l’on s’inquiète pour nos enfants, mais pas que ça pouvait devenir presqu’une obsession.

J’ai toujours affirmé que la venue d’un enfant tenait purement et simplement du miracle de la vie. Des simples petites cellules qui se forment par méïose chez l’homme et chez la femme, qui se rencontrent, qui se développent et qui débarquent dans la vie, à l’enfant qui grandit et qui devient un adulte qui a une vie complexe à son tour, les raisons de s’inquiéter se multiplient à une une vitesse folle.  Tellement de choses peuvent déraper.

On tente de tomber enceinte, on pleure le retour des menstruations. On tombe enceinte, on a peur à une fausse-couche. À l’échographie, on craint une malformation. À l’accouchement, les scénarios d’horreur pleuvent. Ensuite on a un beau bébé, dit mené à terme.  Mené à terme… on devrait être pleinement heureux, on a réussi, c’est terminé et on a réussi…

Mais non, là commencent les inquiétudes pour le syndrome de mort subite et les fièvres, puis après les premiers pas, les blessures se pointent de plus en plus nombreuses. Mais si ce n’était que ça, on vivrait bien. Mais il y a toutes les histoires sur les réseaux sociaux qui racontent des cancers, maladies rares, maladies génétiques, ces maladies qui touchent les enfants, et ces enfants qui en meurent… Puis il y a le téléjournal qui apportent les mauvaises nouvelles d’accidents routiers ou d’incendies, et ces enfants qui en meurent…Et si c’était le mien?

Quand finalement les enfants deviennent des adultes, à 18 ans, on peut souffler, on a réussi. Ils sont maintenant responsables de leur bonheur.  Mais diable on s’inquiète encore. Vont-ils être acceptés au CEGEP? Est-ce que ce copain est une bonne influence? Je vois ma fille travailler si fort pour finir à temps pour entrer au CEGEP en janvier et possiblement ne pas réussir et mon ventre se tord. C’est pourtant rendu SA vie, et elle qui la gère.

Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas devenue parano au point de ne plus sortir de chez moi et d’empêcher mes enfants de vivre. Mais parfois ça m’empêche de dormir, les scénarios se bousculent dans ma tête.  Je me prépare à des événements, je ferais ça, et ça, je corrige le tir, pense à une autre façon plus efficace, de parer aux coups durs de la vie. Comment peut-on continuer à vivre lorsque le pire arrive?

 

Et nos enfants nous donneront des enfants qui multiplieront le taux d’inquiétude…

 

4 réflexions sur “Le cycle de la vie, le cycle de l’inquiétude

  1. Non, vraiment, on s’inquiète moins pour nos petits-enfants. Quand quelque chose ne va pas, on les retourne à leurs parents. Une relation plaisante et détachée de tout souci, c’est ce que je vis avec mes petits-enfants, pour notre bonheur réciproque!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s