Nouvelles ressources en anglais

Je cherche toujours des ressources intéressantes en anglais, car je trouve que les ressources d’anglais langue seconde pour le primaire au Québec sont pauvres et n’apportent pas le vocabulaire et l’aisance nécessaires pour que l’enfant en vienne à bien comprendre et utiliser la langue.

Lorsque j’ai commencé l’école maison, je souhaitais que mes enfants soient bilingues avant la fin de leur primaire. Malheureusement mon fils aîné avait de grandes difficultés scolaires et donc j’avais mis l’anglais de côté pour travailler les bases plus importantes à la vie adulte. Et ce faisant l’anglais était un peu mis de côté pour mes autres cocos qui ont suivi. Plus tard, lorsqu’il a quitté la maison, j’ai commencé à préparer des activités de groupe en anglais pour mes autres enfants. Toujours avec des projets, jamais de cahiers. Hum… Je ne sais pas si c’est moi qui ne les poussais pas suffisamment, mais je crois que j’étais trop facile à faire traduire toutes les consignes et textes, faisant en sorte que les enfants ne faisaient pas l’effort de comprendre l’anglais, ils attendaient la traduction. J’ai fini par améliorer cet aspect et à utiliser de plus en plus l’anglais, mais j’ai perdu des enfants en cours de route qui n’arrivaient plus à suivre. Mes enfants ont été capables de suivre cependant. Ils n’ont jamais eu peur de m’entendre parler en anglais et ont toujours été très ouverts à présenter leurs productions écrites devant les autres.  Puis les plus vieux ont migré vers le secondaire, et là j’ai senti le besoin de prendre une ressource, et certains cahiers québécois ont fait l’affaire.

Le niveau atteint par mes enfants est intéressant bien qu’ils ne soient pas bilingues comme je le souhaitais. Lucie-Maud réussit à comprendre la majorité d’une conversation, elle connait bien ses règles de grammaire mais elle manque un peu de vocabulaire. Lorsqu’elle entend son père ou ses frères parler en anglais, elle arrive à les corriger. Mais elle a encore de la difficulté à se corriger elle-même. Yann-Salomon a de grandes difficultés avec la mécanique de la langue française, alors ajouter une autre langue avec des règles différentes est un pas pratiquement infanchissable. Je me questionne encore beaucoup sur la pertinence de pousser une 2e langue lorsque les difficultés d’apprentissage sont si grandes pour la langue maternelle. Pour lui, le contraire de Lucie s’applique. Il a un vocabulaire satisfaisant mais n’arrive pas du tout à avoir de la cohérence. Mathis-Alexis ne comprend pas pourquoi il faut apprendre des langues. Passionné par les chiffres, il trouve inutile de mettre des mots là où des flèches, des nombres, des symboles font très bien l’affaire. Pour lui un texte descriptif sur un objet donné se limite à « couleur: rouge, nombres de roues: 4″, et ainsi de suite. Le texte en prose et les phrases complètes, très peu pour lui. Donc ce n’est pas différent en anglais. Il arrive à acquérir un vocabulaire suffisant, mais la compréhension de texte écrits ou de consignes orales et l’expression écrite ou orale sont vraiment pauvres. Lili-Océanie écoute deux petites émissions par jour, obligatoirement en anglais, depuis deux ans. Son niveau de compréhension est supérieur à celui des garçons. Et comme elle n’est jamais gênée de parler, même en anglais, elle s ‘améliore beaucoup. Il m’arrive souvent de lui adresser la parole en anglais pour la pratiquer davantage et si elle ne comprend pas, elle pose toujours la question. De plus, son oreille s’est habituée jeune à cette deuxième langue, elle n’a pratiquement pas d’accent lorsqu’elle parle anglais.

Voilà la situation présente.

Comme je dois réfléchir aux ressources à utiliser en septembre, je me devais de faire ce bilan. Cela facilite la recherche de documents axés sur les forces et les difficultés de chacun.

J’ai trouvé, pour Mathis, un programme américain qui utilise le diagramme de phrase pour mieux en comprendre le sens et la construction. Lorsque j’étais jeune, la qualité de mon expression écrite française s’est beaucoup améliorée avec l’étude du latin et l’analyse de phrases et de fonctions latines. J’aimerais donc que ce « diagramming » donne un coup de pouce à la compréhension des constructions de phrases anglaises tout en travaillant cela de façon logique et mathématique. Les diagrammes étant des schémas simples et directs, peut-être que ça parlera à Mathis comme système. Un don à la bibliothèque de l’école de rang d’une maman d’école maison m’a fait découvrir ce programme: Voyages in English de Loyola Press. Elle m’a donné le Teacher’s manual et le Answer key for the Practice book pour la 4e année, anglais langue maternelle. J’ai commandé le Student Book et le Practice Book pour compléter le tout. Il es fort possible que je complète aussi le programme d’anglais de Yann par ce Practice book. Je crois que ce système très terre à terre l’aiderait à mieux construire ses phrases. Il a tendance à construire des phrases longues à ‘pu finir’ et surtout à les construire calquées sur le français. Ce programme pourrait lui montrer à construire des phrases simples, courtes et directement en anglais.

Comme cahier de travail pour Mathis, je penche vers Yes I can! de CEC. Ils en sortent une nouvelle édition pour septembre (qui sera Yes WE can!), alors je devrai attendre un peu pour voir si elle me convient. Je n’ai que l’ancienne édition du cahier. Les compréhensions de texte et les travaux d’écriture seront dictés par les thèmes en cours et trouvés au moment de la planification des thèmes.

Pour Yann, je trouve Kick Off B (Grand Duc – 2e secondaire) intéressant. Les thèmes sont accrocheurs et pas trop tournés vers le nombril des adolescents. Le manuel sera probablement la base de mes thèmes à travailler pour tous, que j’adapterai et agrémenterai ensuite selon les capacités de chacun. Yann utilisera le cahier de grammaire qui accompagne le manuel. Comme c’est du matériel d’anglais langue seconde québécois, il est d’un niveau assez faible ce qui est parfait pour lui.

Lucie travaillera donc aussi avec le manuel de Kick Off B pour les textes, mais je lui ferai faire de la grammaire dans le cahier Connecting through English 4e secondaire de Grand Duc aussi. Pour l’instant c’est l’option la plus plausible.

J’hésite encore à faire travailler Lili avec un cahier. Elle aime faire comme les grands et apprend très bien avec un support cahier qui s’additionne au reste des méthodes utilisées. Mais le cahier ne serait pas nécessaire si j’arrive à lui faire faire suffisamment de projets autour des thèmes. Reste à voir si j’aurai le temps de lui en préparer asssez ou si un cahier ne pourrait pas soutenir les trous inévitables causés par le manque de temps pour planifier et préparer.

J’ai trouvé, sur Amazon.ca, des cartes de vocabulaire de Sylvan Learning. Elles ont la définition et la prononciation (avec l’accent tonique anglais) des mots. J’ai acheté le paquet de débutant Spelling cards 2nd Grade et Vocabulary Cards 4th Grade. Avec une carte par jour, le vocabulaire et la prononciation des enfants devraient s’améliorer rapidement.

Je me suis procuré plusieurs cahiers pour la compréhension de texte et les stratégies de lecture, cela me permettra d’avoir des textes avec questions déjà préparées pour certains thèmes. Un petit coup de main pratique.

Enfin je continue l’abonnement aux revues anglophones de Cricket Media. Je prends l’abonnement digital (disponible en lecture sur tablette et à l’impression PDF) Il est donc possible d’imprimer facilement un texte intéressant à travailler. L’enfant peut écrire sur les feuilles imprimées et ainsi mieux travailler son texte. De plus comme ce sont des magazines américains, l’abonnement papier serait trop cher pour que je puisse en choisir plusieurs. Mais là à moins de 20$ l’abonnement numérique, il est facile de se procurer de nombreux titres. Je reprends donc: Spider (Literature 6-9 ans), Cricket (Literature 9-14 ans) et Muse (Science and Art 9-14 ans).  L’an dernier, j’avais aussi l’abonnement à AppleSeeds (Science and Art 6-9 ans) mais à partir d’avril 2015, l’abonnement se fondra avec celui de Ask (Science, History, Art and Exploration 6-9 ans) Je ne sais pas si cela me plaira, mais je vais faire l’année avec cette décision. J’avais aussi l’abonnement à Calliope (History 9-14 ans) qui s’est fondu dans Dig. Je ne crois pas que je renouvelerai pour celui-ci.

 

Bon ça c’est le résultat d’un premier débroussaillage. Rien n’est encore fixé dans le béton. La plupart des ressources sont déjà entre mes mains. Et les autres achats faits. Alors il est fort possible que je parte avec ça et que je verrai où ça nous mènera.

2 réflexions sur “Nouvelles ressources en anglais

  1. J’ai une amie qui a été professeur d’anglais langue seconde et elle m’a toujours dit que le meilleur moyen d’apprendre une langue seconde, c’est de la lire. Je crois que la télé en anglais, ainsi que des jeux d’ordi ou de tablette sont bien pour les premières années. Ensuite, quand l’enfant sait bien lire le français, je crois qu’un programme d’apprentissage de la lecture en anglais peut faire progresser un enfant assez vite. C’est ce que je vais essayer avec ma cocotte, mais présentement on est encore dans l’apprentissage de la lecture en français !

    J'aime

    • C’est pour ça que je travaille toujours autour de textes, de romans ou d’albums pour enfants. Je bâtis mes thèmes autour de textes à lire. Ici mes enfants ont réellement besoin d’entendre de l’anglais pour se faire à l’oreille. Et c’est pourquoi je tiens très fort à faire l’anglais en groupe et à bâtir des activités stimulantes. Merci pour ton commentaire.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s