La planification: bête noire ou alliée incontestable?

Chez nous, la planification est une alliée incontestable. De plus j’adore planifier. J’aime préparer les leçons à venir et penser au plaisir qu’auront mes enfants à lire tel texte, à voir telle nouvelle notion… Bon il est vrai qu’ils n’auront pas du plaisir avec toutes les notions, et que certaines planifications sont plus monotones et linéaires que d’autres.

La planification annuelle est la plus plaisante. Elle me fait découvrir de nouvelles ressources, et j’essaie de les voir à travers les yeux de mes enfants. Elle comprend le choix des volumes en fonction des matières, le dessin de la ligne directrice de mon année scolaire. Elle comprend aussi le découpage général de l’année, les thèmes abordés, les temps de pause (congés des fêtes, d’été, fériés…), les activités régulières avec d’autres familles.

Généralement quand janvier quitte ma maison, mon cerveau commence à fourmiller d’idées et mes recherches commencent pour le matériel qui sera nécessaire à la prochaine année scolaire. À la fin avril, mes choix sont habituellement arrêtés pour pratiquement toutes les matières et tous mes niveaux. Je prends donc environ trois mois pour sillonner les sites des maisons d’édition, questionner mes collègues parents-éducateurs, feuilleter les ouvrages disponibles et réfléchir aux objectifs à atteindre. Ensuite arrive le chèque de retour d’impôt, et je passe en mode achat des ressources nécessaires. Je fais ma commande à ma librairie, je prévois les achats à faire au symposium, je vais à la vente de livres des bibliothèques de Montréal, je passe emprunter les guides du maître disponibles à la didacthèque de l’université.

Lorsque je commence à recevoir mes nouveaux programmes, il est très difficile de ne pas les utiliser tout de suite. Les cahiers de l’année en cours sont presque terminés, parfois on est même tannés de les voir et pressés d’en finir. J’aurais le goût de commencer l’année suivante sur le champ, mais je ne crois pas que mes enfants apprécieraient 😉

Lorsque je m’assois pour commencer le découpage de l’année, le vrai travail de moine commence. Je prends un calendrier et je dois établir la date de début des cours, celle de la fin de l’année, et aussi prévoir tous les congés que nous aurons. Je compte le nombre de semaines, j’essaie d’avoir un total de 40 semaines d’école.

Ensuite je prends les programmes qui sont en format cahiers d’apprentissage. Ceux-là sont les plus faciles à planifier. Je prends le contenu du cahier et je le divise en 40 semaines. En fait, je le divise enun peu moins de semaines que cela, car je prévois des périodes de révision, de correction et d’évaluation. Mais en gros , c’est aussi simple que ça. Comme je connais maintenant bien le tableau (du régime pédagogique) qui indique combien d’heures de chaque matière un jeune à l’école devrait faire, cela m’aide à calculer le ratio science/histoire/maths/français/etc. Donc si en histoire en secondaire 3 ma fille a deux périodes d’une heure par semaine, alors je prendrai la matière d’une semaine et je la scinderai en 2 périodes. Je mets ça sous forme de tableau généralement. Il est rare cependant que je n’ajoute rien au contenu vu dans le cahier. Comme par exemple en univers social où, bien que nous ayons un cahier de base, je glisse un projet par-ci par-là pour agrémenter la matière.

Voici un exemple pour l’histoire de ma fille en secondaire 3 cette année avec le cahier d’apprentissage Le Québec en 2 temps de ERPI.

Le Québec en deux temps 3e

Lorsqu’un programme choisi est avec un manuel et un cahier d’activités, la planification est unpeu plus longue. Par exemple, en français pour ma fille de secondaire 3, nous avons utilisé Épisodes de Grand Duc (et c’était pareil en 1re et 2e secondaire avec Laissez-Passer) Premièrement ma fille feuillète le programme pour choisir les thèmes qu’elle voudra travailler. À la maison, et c’est comme ça à l’école, je ne fais pas tous les thèmes, ce serait trop long. Sur 8 chapitres cette année elle en fera 5 ou 6. Je m’assure que la grammaire des chapitres que nous ne ferons pas soit vue cependant. Pour cela j’ajoute entre autres un cahier de grammaire au programme complet. Suite au choix de ma fille pour les thèmes à voir, je peux commencer la planification détaillée des chapitres. J’utilise souvent les manuels de l’enseignant qui proposent des lectures supplémentaires et des pistes de projets. Je prévois ces lectures supplémentaires et ces projets à même ma planification.

Comme je suis une maniaque du matériel pédagogique, il m’arrive régulièrement de prendre plusieurs cahiers pour bâtir un programme à la mesure de mon enfant. Voilà la planification qui s’allonge encore. Je dois alors décortiquer les tables des matières des différents cahiers et guides pour faire correspondre la matière au cours des semaines. J’utilise ce genre de planification pour les mathématiques de mes garçons et, cette année, le français de mon grand de 1re secondaire. Je glisse aussi dans cette dernière, les lectures et exercices supplémentaires.

Voici un exemple pour les mathématiques de mon garçon en 6e année avec le programme principal Décimale 6 de ERPI. Comme il est fort en maths, il fait aussi L’Agent Math 006 et Résolumath 6.  Si le temps manque et qu’un retard se dessine, je coupe dans L’Agent Math 006  qui n’est que de la drill de plus.

Planification et concordance Décimale 6e

Enfin le dernier type de planification de matière que je fais est celui pour des programmes entièrement montés par moi. En français pour ma fille de première année, j’ai bâti quelque chose à partir de la littérature jeunesse. Nous l’explorons assez librement, donc je planifie chaque semaine mais en suivant une ligne directrice établie l’été dernier. Je glisse un cahier de base pour m’assurer de couvrir tout le programme et je fouille le net à la recherche d’exploitations littéraires. J’utilise aussi ce type de planification en anglais et en club nature. Je fonctionne par thèmes, dans ces matières de groupe, je me donne donc une ligne directrice qui inclut les thèmes que nous verrons, puis je les développe en détails, voyant ainsi combien de rencontres nous ferons sur chaque sujet. Vous comprendrez que cette planification à partir de thèmes est celle qui demande le plus de temps et d’investissement d’énergie. Il y a des périodes réservées qu’au défrichage des sujets et à la collecte des données, des périodes de montage d’activités, des périodes de préparation du matériel et du déroulement de la leçon et, entre tout ça, il y a du temps qui coule car ma créativité doit mijoter pendant un certain temps pour laisser les idées émerger. Des heures et des heures de planification étalées sur des semaines et des semaines de temps. Mais c’est ma planification préférée 😉 et si j’en avais le temps, ce serait celle que je ferais pour toutes les matières.

Pendant l’année scolaire, chaque semaine je prends ma planification annuelle et j’écris à l’agenda des enfants ce qu’ils auront à faire pendant la semaine. L’agenda est un outil que ma fille a commencé à utiliser en première secondaire, mais que j’ai déjà étendu à mes fils, dont celui qui fait de la 5e-6e. Ils sont ainsi autonomes pour se mettre à l’ouvrage le matin ou au retour d’une pause. Ils n’ont pas besoin de m’attendre pour que je leur dise quoi faire. Ils peuvent aussi prévoir plus facilement leur étude. Ça c’est un objectif cette année, et ce n’est pas encore acquis. Mais nous y travaillons fort. Je ne fais pas l’agenda pour un long laps de temps, car si l’enfant bute sur une notion et doit reprendre sur plusieurs cours, je ne veux pas premièrement qu’il sente tout le retard qu’il prend en butant ainsi et deuxièment devoir tout effacer pour reprendre le rythme où on est rendu. Mais ce qui est à l’horaire de la semaine (sauf les gros butages sur une notion) doit être terminé à la fin de la semaine. Et il y a ainsi parfois des devoirs pour réussir à tout finir, et ce pendant le weekend (mon fils du primaire n’a presque jamais de devoir le weekend, sauf peut-être un petit bout de projet quelquefois, mais au secondaire c’est pas mal tous les weekends). Pour ma part, il y a donc chaque semaine quelques heures de plus nécessaires pour remplir les agendas de la semaine.

 

Depuis 13 ans que nous vivons cette formidable aventure, notre horaire et ma planification ont bien changé. Le portrait de la maisonnée a évolué, et la succession des matières a suivi. Il y a plusieurs années, surtout au début, lorsque les enfants étaient plus jeunes et que les matières s’y prêtaient mieux, nous avons fait l’école toute l’année, été compris, en allégeant énormément la charge de travail d’une semaine. Mais avec le secondaire, l’assiduité demandée est beaucoup plus importante, et l’été est devenu un château fort bien gardé.

Est-ce qu’une planification aussi détaillée est nécessaire? Pour moi oui! Pour ma santé mentale, je dois être organisée. Lorsqu’il y a plusieurs enfants, plusieurs niveaux scolaires dont le secondaire et un bébé qui se faufile à travers tout ça, il faut pouvoir garder la tête hors de l’eau. S’appuyer sur un canevas permet de savoir un peu d’où l’on vient et où l’on s’en va. Si cependant votre planification vous rend stressée parce que vous avez toujours du retard sur celle-ci, il faut savoir s’arrêter et repenser les choses. Avoir toujours le sentiment d’être en retard nuit à l’apprentissage. Je revois encore et souvent les détails des planifications. Et cela est mon quotidien depuis 13 ans. Il faut se laisser le temps, apprivoiser l’organisation que cela demande et surtout pouvoir se remettre en question. Car à quoi bon faire l’école maison si le plaisir et la spontanéité ne sont jamais de la partie?

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s