Il y a un an déjà…

Il y a un an déjà tu te précipitais dans notre vie, nous obligeant à nous préoccuper des derniers jours de la grossesse comme tu nous obliges aujourd’hui à nous occuper de toi de façon intensive. Jpeg

Je sais que je me plains de tes exigences depuis un an, mais c’est seulement parce que mon désir serait de pouvoir profiter au maximum de chacun de tes petits moments de vie, ceux qui ne reviendront jamais ni pour toi ni pour un autre bébé.

Tu es notre deuxième bébé miracle, celui que les médecins n’attendaient plus, celui qu’on nous avait prédit «oeuf vide». Tu es loin aujourd’hui de ce petit oeuf qui avait un coeur solide battant finalement à l’écran pour nous réjouir tendrement.

Alors que nos deux plus vieux nous tournent le dos, alors qu’ils s’en vont vivre leur vie d’adultes meurtris sans même regarder en arrière pour nous sourire, toi tu nous serres dans tes petits bras si fort que j’en pleure de joie chaque fois. Tes minuscules bras si menus, ceux qui arrivent à peine à faire le tour de mon cou, ces bras font de véritables câlins, la tête lovée au creux de mon épaule. Et lorsque tu accompagnes ces câlins d’un «Je t’aime» (un des premiers mots que tu as dit) alors me voilà conquise!

Tes idoles sont tes frères et soeurs que tu regardes faire et que tu imites toute la journée. L’imagination de Lucie-Maud te transporte dans des histoires merveilleuses, l’entrain de Yann-Salomon te fait sourire et bouger, les frasques de Mathis-Alexis te font sursauter et rire aux larmes, les folies et les chansons de Lili-Océanie te font danser et taper des mains. Tu les réclames du bout du doigt, tu appelles même leurs noms parfois.

Lorsque ton père revient du travail, tu te lances à 4 pattes à sa poursuite en disant «Papa, papa, papa», tu lui sautes dans les bras, tu le serres fort contre ton coeur. Tu es notre petit colleux, notre boule de tendresse.

Puis tu te métamorphoses en tirailleur de première. tu avais 4 mois et déjà tu demandais à te faire brasser. Ton père passait à l’action et moi je m’inquiétais. Mais tu riais tellement, que j’ai bien dû me rendre à l’évidence, tu adores te tirailler, faire de la voltige et atterrir dans l’oreiller.

Notre famille n’aurait pas été complète sans que tu ne fasses de Lili une grande soeur. Il y manquait ta petite bouille aux perles bleu-gris. Tu mets sans dessus dessous notre univers, au sens propre comme au figuré. Je t’adore mon petit bébé!

Jpeg

3 réflexions sur “Il y a un an déjà…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s