Géographie 1re secondaire pour dyspraxique

Voilà un bon défi cette année pour Yann-Salomon. Il doit commencer le programme de géographie de 1re secondaire. J’ai décidé de lui donner 2 ans pour compléter le programme de chaque année du cycle. Je ne sais pas si c’est une bonne solution. Il y a tant d’incertitude lorsque l’on bâtit un programme sur mesure pour un enfant en difficulté d’apprentissage. Mais je sais que chaque notion facile pour moi qui adore la géographie est une montagne inégalable pour lui et ses manques liés à la dyspraxie. Je lui donne donc la possibilité de relire deux fois plutôt qu’une les textes, je lui donne assez de temps pour bien comprendre les questions et faire les recherches nécessaires à sa vitesse et ainsi réussir malgré sa lenteur. Il prendra donc 4 ans pour terminer le programme du premier cycle. Mais comme plusieurs de ses matières sont retardées, je ne crois pas que cela causera un déséquilibre.

Il aura 2 périodes d’une heure de géographie par semaine. J’utiliserai le cahier Parallèles des éditions Chenelière éducation. J’ai fait la séparation du cahier à raison de quelques pages par semaine. Il fera les notions de base, le dossier 1 sur la métropole et le dossier 2 sur les villes à risques naturels. J’ai ajouté quelques pages outils ainsi que des périodes d’étude et deux évaluations.

J’espère qu’il réussira à tenir le rythme. Pour les sujets de cette année, ce sont deux sujets qui l’intéresseront. Et comme c’est enfin de la 1re secondaire, je crois qu’il sera motivé.

5 réflexions sur “Géographie 1re secondaire pour dyspraxique

  1. J’aimerais savoir en quoi la dyspraxie complique l’apprentissage de la géographie pour Yann-Salomon. Ma fille est aussi dyspraxique et a énormément de difficultés d’organisation en mathématiques mais elle a passé son premier cycle normalement en géographie. Comprendre les difficultés au sujet de la géographie influencerait peut-être mon enseignement dans des branches que je ne supposait pas qu’il y avait des difficultés. Merci

    J'aime

    • En fait il y a plusieurs sortes de dyspraxies. Yann est dyspraxique visuo-spatial. Il a donc de la difficulté à s’orienter dans l’espace, à passer avec son oeil de la légende à la carte pour reconnaître les symboles, à se rappeler où sont situés les enjeux et pourquoi,à utiliser une règle pour calculer les échelles, à avoir une vue d’ensemble de l’enjeu en tenant compte de tous les aspects, et à mettre en mots de façon structurée les éléments d’une réponse d’analyse.L’analyse des enjeux dans la nouvelle géographie avec des questions à réponses longues est un défi très important pour Yann qui a une incapacité à structurer sa pensée, à s’arrêter pour réfléchir. Son impulsivité due à son problème de tourette ne vient pas aider la minutie avec laquelle il faut travailler en géographie.

      J'aime

      • Merci beaucoup. En effet, deux dyspraxiques n’ont pas nécessairement les mêmes difficultés mais je reconnais ma fille dans plusieurs difficultés (utilisation de la règle, synthèse et analyse, mettre des mots sur sa pensée, la structurer). Comme j’ai moins d’expérience que toi dans l’enseignement, je suis intéressée par les stratégies que tu utilises avec Yann Salomon. J’espère donc qu’il y aura une suite au sujet de la réussite de ton programme 🙂

        J'aime

      • Oh mon expérience en enseignement ne s’en tient qu’à suivre mes enfants depuis des lunes. Mais l’observation que l’on peut faire au quotidien est plus complète que ce qu’un professeur peut faire en classe. Je pourrais ajouter qu’il a les mêmes difficultés avec l’histoire: son repérage dans le temps est aussi difficile que dans l’espace. et sa compréhension et son analyse des enjeux aussi pénible en histoire qu’en géographie. C’est pourquoi il ne fera pas d’histoire de secondaire 1 cette année. Nous continuerons l’histoire en groupe de deux familles et l’an prochain il fera le cahier de secondaire 1 avec son frère. Les notions auront déjà été survolées et cela aidera. Et partir ces deux matières sur deux années permettra à Yann d’aborder les synthèses plus en douceur.

        J'aime

      • Mon expérience date seulement d’une couple de lunes alors… 🙂
        Je trouve drôle de me rappeler que ma fille a réussi histoire et géographie de secondaire 1 et 2 à l’école mais elle est incapable de me dire la différence entre les deux. Ce n’est probablement pas une mauvaise idée de ne pas les faire la même année.
        Donc, bonne chance avec la géographie de cette année. Moi je fais histoire de secondaire 3. J’espère que ça ira bien malgré ses difficultés avec le temps.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s