Rencontre de fin d'année

Lundi, Jackson et moi sommes allés rencontrer la dame de la commission scolaire qui supervise notre école à la maison…Enfin c’est ainsi qu’elle voit ça 🙂 Elle a fait passer à Jackson de petits tests diagnostic de fin troisième année, c’est-à-dire où il serait rendu s’il n’avait pas de difficultés scolaires. Il a réussi suffisamment bien pour passer en quatrième selon eux. Ça a bien encouragé Jackson. Bien sûr j’étais fière de lui et de son travail. Mais je m’interroge sur le nivellement par le bas qui s’effectue à l’école. Si Jackson passait tout juste et avec soutien chaque année, il n’arriverait pas à avoir un avenir où il aurait le choix. Il serait très limité. J’espère qu’avec l’école à la maison, je pourrai lui donner plus que la note de passage. Oui nous irons plus lentement et peut-être aura-t-il un an de plus à la fin de sa scolarité, mais j’espère qu’il aura surtout le choix de faire ce qu’il veut de sa vie.

Il a lu un petit texte d’une page, à mon avis beaucoup plus facile que les textes de deuxième et de troisième qu’il lit ici. Il y a un détail à la fin du texte qu’il n’a pas saisi et qui a faussé son interprétation des derniers paragraphes et donc de l’essence même du texte et du titre. Il a eu à répondre ORALEMENT (c’est beaucoup plus facile pour un enfant qui a de la difficulté à exprimer clairement ses idées, mais elle m’a dit qu’en troisième, c’était normal que le prof lise encore les consignes à la place de l’enfant! Ici ils le font eux-mêmes depuis qu’ils savent lire!) à des questions sur le texte, ce qu’il a bien réussi à part les questions portant sur son mépris d’interprétation. Il a raconté dans ses mots l’histoire avec beaucoup de précision, ça c’est son côté un peu autiste… les détails et la rigueur. Bref, bien réussi l’épreuve. Mais c’est insensé! Pas étonnant que certains se rendent en secondaire 5 en étant des illettrés fonctionnels. Il est passé à côté du sens principal du texte et il réussi avec une très bonne note!!! Décidément, il y a quelque chose que je ne saisi pas.

Ensuite, il y avait un petit texte où les pronoms avaient une petite bulle au-dessus et dans la bulle Jack devait écrire à qui ou à quoi faisait référence le pronom. Nous avions déjà travaillé cela avec les pronoms sujets: il, elle, je… Mais nous n’avions pas encore abordé les pronoms compléments: lui, l’, qui. Il a parfaitement réussi ce qu’il avait appris, mais il a eu plus de difficultés avec les autres pronoms, n’en réussissant que très peu. Il écrivait le référant sujet au lieu d’écrire le référant complément, il faisait le même chemin que pour les pronoms sujets. «Ça vous donne des indications sur ce qu’il faut travailler (pour qu’il soit pareil aux autres…)» qu’elle m’a dit. Je me demande combien d’enfants de troisième année peuvent placer une trentaine de pays sur le globe? Doivent-ils tous avoir EXACTEMENT les mêmes connaissances en même temps? Jackson a compris les pronoms sujets, il acquerra les autres lorsque nous y arriverons.

En mathématiques, c’est sa matière plus forte. Mais le stress que Jackson ne gère pas bien était plus présent. Première page, placer des nombres à trois chiffres en ordre croissant, avec un autre exercice dont je ne me rappelle plus: bébé facile. Ensuite venaient des problèmes plus complexes, mais Jackson en avait déjà réussi facilement de semblables à la maison. Eh bien non seulement s’est-il repris pour faire la bonne équation (soustraire au lieu d’additionner ), mais de plus il n’a pas placé les nombres correctement pour soustraire (il a mis le plus petit en haut et le plus gros dessous) Il n’avait jamais fait une telle erreur et habituellement il comprend très vite quoi faire et l’exécute rapidement. J’étais un peu mystifiée. Ensuite il n’a pas été capable de calculer la soustraction avec emrpunt, chose qu’il fait depuis longtemps et avec facilité… Enfin la dame l’a fait sauté ce problème pour aller faire la soustraction à double emprunt du second problème (440-185) Je croyais que nous en avions parlé, mais il ne se rappelait pas du tout comment l’exécuter. Enfin nous lui avons expliqué et il en a fait une autre avec un succès moyen. Là je l’ai fait lever pour qu’il court un peu et fasse ses exercices, ça le calme généralement et il travaille mieux par la suite. Ça a fonctionné. Alors il a attaqué un exercice de suite logique, chose qu’il n’a jamais pratiquée, alors il ne comprenait pas qu’il devait chercher la régularité et l’appliquer ensuite pour les trois chiffres suivants de la suite. Elle a trouvé la régularité avec lui et il a très bien réussi à l’appliquer par la suite. Puis il y a eu un autre petit problème de soustraction qu’il a eu facilement et rapidement, allez donc savoir pourquoi tout d’un coup…Les exercices physiques? Enfin, il devait répondre à deux problèmes écrits de troisième année donc qui demandent un enchaînement de deux opérations. C’était un niveau un peu plus haut que ce à quoi il est habitué, et ça demandait des multiplications, ce qu’il n’a pas appris encore. Mais il pouvait s’en sortir avec des additions répétées et plus de réflexion. Il a finalement très bien réussi, sans aucune hésitation. Il a vraiment un sens mathématique assez aiguisé. Elle m’a demandé pourquoi il ne faisait pas de petits dessins pour illustrer le problème et bien comprendre. Parce qu’il n’en a pas besoin! Pardi! Je lui demande de bien me montrer le cheminement qu’il fait dans sa tête en écrivant les calculs exécutés. Mais les petits dessins… une pure perte de temps pour lui. Une chance qu’elle n’a pas insisté.

Rencontre somme toute positive. Jackson était content de pouvoir dire qu’il passait en 4e (c’est bien ancré cette conformité au groupe!) Moi j’ai trouvé que c’était raisonnable et exécuté en ma présence et avec une latitude qui permettait à Jackson d’utiliser ses trucs antistress comme les exercices physiques. Et elle semblait satifaite du niveau général de Jackson. GROS POINT NÉGATIF: elle a à peine regardé un ou deux cahiers de travail de Jackson. Nous aurions aimé qu’elle prenne le temps de regarder tout le travail accompli et qu’elle s’intéresse aux efforts durant l’année plutôt que seulement aux résultats de ses tests diagnostic, mais pour l’institution le résultat prime n’est-ce pas?

Je lui ai aussi annoncé que Lucie-Maud suivrait le même processus d’évaluation que son frère, que je n’accepterais pas qu’elle ait à vivre plus de stress seulement parce qu’elle réussit mieux. La dame a changé d’air et on s’est dit que l’on en reparlerait en fin d’année scolaire 2006-2007, car Lucie-Maud n’a pas encore besoin d’être inscrite offciellement cette année!

Puis elle m’a dit qu’elle m’enverrait en septembre ma lettre d’autorisation pour continuer l’école à la maison… Si ça peut lui faire plaisir 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s